1. // Jeux vidéo
  2. // Portrait

Castolo, le silence n’est pas un oubli

Légende du PES United avec lequel il a gagné bon nombre de Ligues des Master, Castolo coule discrètement des jours paisibles dans son Brésil natal. Loin des caméras et de ses anciens coéquipiers avec qui il a parfois eu des relations compliquées, le gamin de Rio restera le dernier garant du Joga Bonito, sur et en dehors du terrain. Portrait.

Modififié
Seuls quelques kilomètres de D4096 séparent Manosque de la commune de Sainte-Tulle. En s’aventurant plus loin dans cette ville d’un peu plus de 3000 âmes, on aperçoit des dos d’âne à en faire cauchemarder nombre de bas de caisse et le Parc municipal des sports Max Trouche, où les robustes platanes offrent de l’ombre aux boulistes et à leurs bouteilles de Cristaline remplies de Ricard, posées sur le sol avec une minutie semblable à celle de Rafael Nadal. Il faut ensuite s’armer d’un peu de courage pour grimper le chemin de Saint-Jacques et ses allures de col de quatrième catégorie du Tour de France. Mais après l’effort vient le réconfort. Chapeau de paille vissé sur un crâne que les cheveux ont décidé de déserter et cigare dans le bec, monsieur Espimas accueille les fesses posées dans une belle chaise à bascule. Fier de son jardin verdoyant, l’homme propose un verre d'Henri Bardouin – « le pastis, c’est pour ceux qui ne connaissent rien » – et pose son regard là où il semble se sentir le mieux : dans le vide. Pour contempler le temps qui passe, certainement, car c’est bel et bien un mélancolique qui ouvre les portes de son mas en ce beau jour de printemps. « Vous savez, parler de Castolo, c’est difficile. C’est quelque chose qui me rend autant heureux que triste. Heureux car c’est l’une des plus belles rencontres de ma vie. Triste car même si je suis bien dans mes espadrilles aujourd’hui, c’est une page de ma vie personnelle que j’ai eu énormément de mal à tourner. Tant de victoires en Ligue des Masters, ça ne s’oublie pas – il montre un tatouage avec le trophée sur son avant-bras. Les groupies, l’argent, la fête, ça ne s’oublie pas non plus. Enfin vous me direz, le père Castolo, il a dû en oublier un peu vu ce qu’il s’envoyait dans le gosier ! » Les yeux brillent et l’intense soleil du Luberon n’y est pour rien. Joueur de devoir, milieu de terrain travailleur, Espimas se qualifie lui-même de « chanceux » : « Je suis de ceux qui ont su tirer le maximum de piètres capacités. J’ai pu jouer avec Castolo et ça, mes enfants, coincés devant la console à jouer à FIFA, ils ne comprennent pas ce que ça représente. » Meilleur ami du Brésilien à l’époque, le Français admet l’avoir « perdu de vue depuis plusieurs années » . Retourné dans son Brésil natal, l’ancienne gloire du PES United balaye les demandes d’interview d’un revers de main comme pour ne pas remuer le couteau dans une plaie béante : celle de la nostalgie. Comme pour ne pas remuer un passé aussi lourd que glorieux : celui du dernier garant du Joga Bonito. Espimas, lui, met ses deux espadrilles dans le plat : « Si vous le voyez, dites-lui que je l’embrasse, ce con. » C’est ça, Castolo : beaucoup d’amour.



Boy from Ipanema


L’amour d’un grand-père, d’abord : Wellington De Azevedo. Né de l’amour risqué entre un baron du narcotrafic et une adolescente qui aurait pu inspirer La Belle et le Bad Boy à MC Solaar, celui que les Brésiliens connaissent comme Luis de Lima de Araujo est élevé par Wellington à la suite du décès précoce de ses deux parents dans ce que la police carioca a classé comme « accident de voiture » . Homme de valeur, le grand-père décide d’élever le pequeño. Le gosse a 4 ans, il grandira dans un environnement aussi sain que loufoque. Connu comme le « Rodin d’Ipanema » , Wellington De Azevedo est un précurseur dans le domaine de l’art sur sable. Les mains abîmées par des années de travail et le citron vert de la caïpirinha, l’homme de 83 ans reçoit au Poste 9 de la célèbre plage d’Ipanema, les pieds dans le sable, évidemment. « Ici, il n’y a que des touristes depuis que le député Fernando Gabeira s’est mis en string dans les eighties. Tu les entends même dire aux taxis "posto 9". Quand j’ai commencé l’art sur sable, il n’y avait personne ici à part la chanson de Stan Getz, reprise par Frank Sinatra. » S’il montre volontiers quelques photos de ce que son petit-fils appelait des « châteaux de sable » , le vieil homme sait de quoi on veut lui causer. « Mon petit-fils n’aime pas parler à la presse, mais ça ne le dérange pas que je parle de lui. De toute façon, avec Luis, c’était assez simple : c’était foot, foot et encore foot. Je l’emmenais avec moi sur la plage et il jouait avec son ballon. » Et si très vite, au cours de partie de Futevolei, beaucoup se rendent compte que Luis, comme Cesaria Evora, est une diva aux pieds nus, Wellington se souvient plutôt des moments où le gamin « frappait dans mes œuvres avec vigueur pour les détruire » . « Je suis sûr que c’est de là qu’il a hérité sa frappe de mule » , ajoute-t-il. La relation entre le grand-père et le petit-fils va même plus loin. Le 22 mai 1984, alors que le jeune footballeur n’a que six ans, De Azevedo est sacré champion du monde de châteaux de sable à la maison, sur la plage d’Ipanema. En plus d’une coquette somme d’argent, il gagne un surnom : « Castelao » , le grand château. De manière quasiment immédiate, Luis devient « Castelinho » – il deviendra ensuite « Castelo » puis « Castolo » en hommage à celui qui l’a élevé –, le petit château. Un surnom qui le suit jusqu’à chez les jeunes de Flamengo, où il joue aux côtés d’une autre légende du football carioca : Adriano.

Astrud Gilberto & Stan Getz ◊ The Girl From Ipanema ◊ 1964

Quelques reais suffisent à convaincre les gamins du bas de la favela de Vidigal de vous emmener plus haut à moto. Sans casque, évidemment. Ici, la vue est à couper le souffle et il n’y a guère que l’ombre faite par le ventre de l’homme qui assure le comité d’accueil pour rendre l’air à peu près respirable. Le gaillard ouvre une canette d’Antartica, bière locale frappée de deux pingouins, et tend sa grosse paluche. « Bonjour, je suis Adriano Leite Ribeiro. Bienvenue dans mon nouveau chez moi. » Originaire de Vila Cruzeiro, où le père de Castolo a grandi, la légende de l’Inter a établi domicile à Vidigal et prend cinq minutes pour parler de son compatriote et ancien partenaire au centre de formation. « Ça n’a pas été facile pour lui d’être à la fois le joueur brésilien le plus connu et le plus talentueux, mais de ne jamais avoir connu les joies de la sélection. Au fond, on a tous les deux été des légendes de cette époque, mais lui, il n’a été la légende que d’une seule équipe. Il a peut-être aussi payé le niveau de ses coéquipiers en Europe... » Des collègues qui garderont de Castolo un souvenir impérissable, mais qui ne sont pas tous aussi bienveillants qu’Espimas au moment d’évoquer le cas du buteur en série.

Entre bromance lusophone et amour des femmes


« Comment vous dites ça, en français ? Un blédard ? Oui, c’est ça, un blédard ! » Il fait semblant de chercher ses mots avec la modestie qui le caractérise. Mais il les trouve comme il a toujours trouvé ses coéquipiers sur la pelouse. Devenu entraîneur du Benfica, o senhor Minanda, meneur de jeu emblématique du PES United, rigole encore de l’arrivée de Castolo dans le club où il était le leader technique. « Aujourd’hui, je souris beaucoup quand je lis des tonnes d’articles sur la relation entre Ibrahimović et Maxwell. En réalité, bien avant eux, j’ai été le Maxwell de Castolo. Quand il est arrivé, il ne connaissait personne, il n’était pas débrouillard, il ne comprenait rien. Je n’avais rien à lui apprendre sur le terrain, où il était un crack, mais je pense que je l’ai aidé à devenir un homme. C’est en partageant un appartement que notre relation exceptionnelle sur le terrain est née. » Seul lusophone de l’effectif, Minanda est et restera l’ami d’un joueur pétri de talent, mais parfois isolé au sein d’un vestiaire qui n’appréciait pas toujours son comportement. Directeur sportif à Reims, Valeny a troqué son short court pour le costume. Mais ses souvenirs sortent aussi aisément de sa bouche que son élégant mouchoir en tissu de sa poche de devant : « Avec Castolo, c’était tout ou rien. Par moment, et alors que j’étais le meilleur défenseur de ma génération, il me faisait me sentir ridicule. Et parfois, il arrivait pinté de la veille et le coach devenait fou. C’est comme ça que Huylens et Burchet ont commencé à jouer. Et depuis ce jour, certains pensent que Castolo a fait bien plus de bruit et de matchs qu’il aurait dû... »


« Surcoté » . Le mot est violent, mais a le mérite d’être posé. De ceux qui aimaient Huylens et Burchet, Ordaz, qui a passé de nombreuses saisons sur le front de l’attaque avec Castolo, a énormément pris sur lui. Rentré dans son Espagne natale, où il coule des jours paisibles, il sort la sulfateuse : « Vous avez vu Scarface ? Vous vous rappelez la scène des mains faites pour l’or et qui sont dans la merde ? Bah Castolo, c’est le contraire : des pieds faits pour la merde et qui étaient dans l’or. » Amer, Ordaz a des raisons de l’être. En effet, si le personnage Castolo divise, c’est en grande partie à cause de son comportement en dehors du terrain. Non, pour le Brésilien, Alcools n’est pas un recueil de poèmes de Guillaume Apollinaire. Non, pour le Carioca, une mine n’est pas une frappe de trente mètres. Le Brésilien aimait la fête et la fête le lui rendait bien, si on en croit Adriano, pas le dernier à lever le coude : « À mon époque Inter, il était capable de prendre la voiture jusqu’à Milan juste pour faire la bringue. On a grillé quelques années de vie à faire les cons, mais putain, on mourra pas moins heureux. » Le bonheur, c’est à peu de choses près ce que vivait Ordaz avec sa conjointe, Maria, brillante avocate à Madrid. Mais le buteur a encore frappé. « C’était après un match face à Man Red. On gagne 3-0, doublé de Castolo et coup franc de Minanda. On va en boîte dans la foulée, je décide de rentrer un peu plus tôt. Maria, qui était une amie de la compagne de Ximenes, reste un peu. La suite, je préfère la taire » , sabre Ordaz. Présent ce soir-là, Espimas lui pardonnerait presque : « Il est comme ça, Castolo. On l’aime ou on ne l’aime pas, il ne laissera jamais personne indifférent. Ce qui est paradoxal, c’est que je pense qu’il a voulu rester toute sa carrière avec nous par amour de l’équipe. » S’il a préféré garder l’anonymat, un membre éminent de cette grande équipe dit le contraire : « S’il est resté, c’est surtout parce qu’il n’aurait pas su s’imposer ailleurs. Quand Merseyside Red et Catalunya sont venus se renseigner à l’époque, il était dans une condition physique déplorable et était déjà sur le déclin. Qui veut d’un joueur bedonnant, même au milieu des années 2000 ? »


Si ses cheveux longs sont tombés, le ventre d’Espimas a poussé, comme pour partager un dernier quelque chose avec celui qui « a fait de ma carrière de footballeur un moment meilleur » . Au fond, si aujourd’hui, Castolo préfère l’anonymat au Brésil, c’est peut-être parce qu’il sait qu’il n’était pas si bon, pas si sympa et pas si indispensable, mais qu’il a été celui qu’il a été et que le silence ne sera jamais un oubli. La preuve : le doigt pointé vers un rocking chair qui vient tout juste de passer à l’ombre, Espimas se remet une rasade de Bardouin et dit : « Il y aura toujours une place pour lui sur ce rocking chair. » Comme il y aura toujours une place pour Castolo dans le cœur d’une génération. Putain de nostalgie.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 9
Putain de nostalgie. Putain d'article merci. Putain de jeux Pes ou en contrôlant 4 bouts de pixel, sans le vrai nom des joueurs j'ai pu m'imaginer nouveau Aldaïr, passeur pour Totti et faire briller Zidane.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 3
Pour moi PES, c'est les tournois le samedi avec les potes. On faisait un système de draft à chaque nouvelle édition, on avait le droit de conserver que 2 joueurs (histoire de redynamiser les effectifs). Moi, je conservais toujours Zizou et Puyol.
Quand on jouait pas, on faisait les commentaires du match, j'adorais ça !

Le nombre de fois où l'on s'est engueulé : "J'ai perdu parce que t'as mis aucune intensité dans tes commentaires, franchement ça donne pas envie de jouer !" ahaha la puissance de la mauvaise foi !
Pouretcontre Niveau : CFA2
Non mais c'est vrai merde ! Je détestais les types qui commentaient du bout des lèvres ou qui se contentaient d'énumérer les noms de joueurs quand qui touchaient la balle. Tu fais bien d'en parler et ce n'est pas que de la mauvaise foi.
Cantona que l'amour du jeu Niveau : CFA
Note : 5
Nous on était tellement fan de beau jeu qu'on bannissait les "buts de pute" (gros sprint + passe en retrait) comme on les appelait juste pour se forcer à être créatif via un jeu de passe à terre ou en louche.

J'ai jamais pu retrouver ces sensations dans FIFA.
TEENAGE FANCLUB Niveau : DHR
Entièrement d'accord pour la perte de sensations avec FIFA. La jouabilité et l'intérêt du mode FUT est ridicule par rapport à l'immersion de notre regrettée Ligue des Masters où les stats des joueurs évoluaient.

Ordaz, oui ! Je me souviens que Burchet ou Huylens c'était pas fameux quand même. Dans l'équipe il y avait aussi Ruskin, l'arrière gauche écossais, qui était pas mauvais.
Perso, j'inclue les ouvertures L1+triangle dans les buts de pute...
javier passedoré Niveau : Loisir
Bah y'a aussi les carrière dans fifa hors ligne ou les stats des joueurs augmentent ^^
javier passedoré Niveau : Loisir
Et niveaux jouabilité c'etais minable PES ,j'y jouais beaucoup , mais pour y avoir rejoué récemment franchement c'est pas terrible et ultra stéreotypé! Mais bien sur y'a un peu de nostalgie ^^ Moi ce que je kiffé c'etait les matche amicaux ou on pouvait mélanger les equipes ou les pays pour se faire une equipe à notre sauce, pourquoi e mettent-ils pas ça sur fifa??!
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Presque à en pleurer putain... mais tellement jouissif, du grand Swann comme on l'aime !

Les 5 pixels de Castolo ont probablement marqués toute une génération à travers le monde, putain la nostalgie...

PES 2 3 4 5 et 2006, ou toute frappe aux 20 mètres rentrait deux fois sur trois...

Même le meilleur fifa du monde n'égalera jamais le plaisir de l'enfance.
C'est pas 2006 mais 6!
Comment ose-tu! C'est le meilleur de toute la série, le jeu le plus marquant sur play2 niveau foot
roue doux roux Niveau : DHR
je me remémore, mon voisin partir en pleurant, eteigannt la play apres un 4-0 mémorable...
Je me souviens avoir mis 10-1 a un pote turque, bon il avait pas le jeu mais il avait ouvert le score et avait pas pu s'empecher de chambrer... Apres 10 buts dans la tronche, il a plus rien dit...

Personne pour avouer a demi que la vraie star de l'equipe c'etait Minanda?
11 réponses à ce commentaire.
Note : 5
Je sais pas quelles sont les sources d'inspiration chez SoFoot mais putain, c'est high skill !
Jean Culassec Niveau : CFA
Note : 3
Énorme cet article.
Vous auriez pu également évoquer la volonté de chaque entraîneur d'associer Babangida et son légendaire 99 en vitesse à Castolo le plus tôt possible, d'où l'amertume d'Ordaz.
touchefresh Niveau : Ligue 1
Il était effectivement la recrue n°1! très rapidement, Castolo s'effaçait et babangida prenait toute la lumière !

Mais initialement, ma star, c'était Macco, pas Castolo !
enzo-l'idole_de_zizou Niveau : DHR
Exact avec une fusée à droite ça faisait des étincelles dès l'intersaison! Je me souviens que je sauvegardais avant pour être sûr de l'avoir en transfert.
Complètement d'accord pour Macco ! Dommage qu'il valsait dès qu'il se prenait un coup d'épaule, et qu'il était cuit à la 50e minute...
Mais Ivarov, Ruskin, Stein, Jaric voire Dodo ou Ordaz tu pouvais les garder au fur et à mesure des saisons sans que ça choque trop !

Par contre le joueur qui devenait monstrueux sur PES 6 c'était...Park Chu Young !
Jaric sur coups de pieds arrêtés était pas mal, surtout que Minanda était cramé un match sur deux.
Minanda etait souvent cramé mais perso c'etait mon zizou a moi, le mec tres bon en CF de memoire qui faisait de bonnes passes a Castolo...
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Macco tu le fais rentrer à 20 minutes de la fin quand Castolo baisse de régime : Macco s'épuise trop vite pour jouer longtemps et sa vitesse peut faire mal à la fin du match.

Un Solskjaer quoi.
6 réponses à ce commentaire.
Le Gars Lactique Niveau : District
Géniale l'idée de l'article ! C'est plaisant d'avoir des nouvelles de Castolo. J'attends avec impatience les prochaines interviews de Burchet et Huygens qui composaient l'attaque de l'équipe initiale en Ligue Master.
Claude le Gentil Niveau : National
Avoues le Swann : tu as ressorti PES 6 hier soir ?
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Aaaaah PES 6, avec cette équipe de dingue qu'avait l'Inter (Ibrahimovic, Adriano, Recoba, Figo, Cambiasso, Stankovic, Vieira, Zanetti, Crespo, Cordoba...). Quelle équipe !

Concernant la Ligue des Masters, j'affiche tout de même une petite préfèrence pour le gaucher Ximenez
LeCasModric Niveau : Loisir
Pareil! Ximelez avait une patte gauche soyeuse, je le maintenais le plus longtemps possible dans l'équipe
PES 6 avec Didier Drogba sur la jaquette !!!
The Buccaneer Niveau : CFA2
Adriano et ses stats de malade!!! Que de bon moments, c'était avant que j'ai une copine qui m'empeche de vivre ma vie librement. Enfin, il y avait toujours ma mère pour appeler "A table!" alors que la séance de penalty allait commencer...
TEENAGE FANCLUB Niveau : DHR
Adriano c'était 99 en puissance de tir. Tu pouvais envoyer des frappes de mulet du milieu de terrain au fond des filets.
"Adriano, dans le jeu: il est ghetto youth!"
Henrik mot compte triple Niveau : DHR
Salif souvent oublié mais il fait partie des meilleurs.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Et le pied gauche de Habib Bamogo putain...
9 réponses à ce commentaire.
Sama Eder Niveau : DHR
Peut-être le seul joueur qui me fait regretter d'être passer à FIFA.
J'espère qu'il profite bien de sa retraite après m'avoir fait tant rêver.
PierreFanFanJoséKarl Niveau : National
Note : 4
Article génial !

Par contre, je m'identifiait trop à Ordaz en pensant qu'il venait des alentours de Sion. Mince, il est espagnol en fait !

J'en profite pour saluer Schalke qui vient de recruter Stremer au poste de coach.

Espimas, il a mal vieilli physiquement. Mais au moins, il tombe pas dans les vieilles citations et sous entendus racistes de Jaric et surtout d'Ivanov (je ne comprends pas pourquoi le fédération bulgare le soutient après ces propose tendenciaux sur l'edf ou sur la radinerie d'Arsenal dirigé par des juifs).
Sama Eder Niveau : DHR
Ivanov est très proche du parti nationaliste bulgare, qui est dirigé par le meilleur ami du président de la fédé.

Coïncidence?
1 réponse à ce commentaire.
Après avoir lu cette article, on peut partir bosser tout en repensant à notre jeunesse !!!

Excellent !
C'est du génie
Elchelito delgado Niveau : DHR
sujet sur le mythique PES + mauvais oeil dans le titre , on est sur 2 chef d’œuvres de mon adolescence! Merci a toi sofoot
C'est pour ce genre d'articles qu'on aime Sofoot
Putain vous êtes géniaux là dessus. J'ajoute que Girl From Ipanema chantée par la divine Astrud Gilberto fait indéniablement partie de mes 10 chansons préférées de tous les temps. Il fut une période il y a 3-4 ans où je n'écoutais que de la bossa nova et de la samba en trouvant tout le reste fade...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 4
Quand tu te perfuses avec la joyeuseté de la samba, tout le reste te semble fado.
Dire que cette petite perle est passée inaperçue, +10000 alegria :)
2 réponses à ce commentaire.
Note : 5
Le paradoxe Sofoot, une brève sur les cheveux de Mbappé, un article de génie que je ferai lire à mes enfants
CurvaSudTunis Niveau : District
Le bon vieux temps de PES4. On se fait vieux
cascarino9 Niveau : DHR
La nostalgie m'envahit. Les patates de loin avec Castolo en R2 + carré. Les stratégies "full contre" L2 carré, snif... c'est loin tout ça
Je n'ai jamais joué à PES. Je n'ai jamais entendu le nom de Castolo avant cet article. Mais je lis beaucoup et je dois reconnaître, Swann, que tu portes bien ton nom, tu as la plume légère et l'inspiration puissante du cygne.

Très bel article.
Swann Borsellino Niveau : DHR
Merci !
Ce commentaire a été modifié.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Arrête Swann, on sait tous que tu fais récrire tes textes par ZizouGabor :

https://thatwasabitmental.files.wordpre … dise-5.jpg

PS : je me joins aux louanges de l'ami Samo, toujours un plaisir de tomber sur tes articles.
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Tiens, grace à toi, je vais me le remater pour la 100e fois dès ce soir! Un grand merci!
3 réponses à ce commentaire.
prtcl2x89 Niveau : CFA2
putain pile quand je viens de relancer une partie de LM sur PES, cet article sort, j'y vois aucune coïncidence bien sur ! perso mon buteur prolifique a toujours été Ordaz
Swann Borsellino Niveau : DHR
Alors qu'au fond vous savez tous que le meilleur joueur de l'effectif c'était Valeny...
IscariotWorld Niveau : Loisir
Effectivement Valeny etait mon joueur prefere. Et le plus grand pro evolution restera a jamais le 3 ( avec le deluxe sur super nintendo ).
enzo-l'idole_de_zizou Niveau : DHR
Valeny c'était Thuram pour moi! Je le gardais jusqu'au déclin.
Doug Wilson Niveau : CFA2
Burchet ! La fusée australienne.

Ou Vornander, le géant allemand qui marquait 10 buts sur corner.

Mythique.
Minanda !
4 réponses à ce commentaire.
joker7523 Niveau : CFA
Note : 3
Génial!!

Je crois que là on peut clairement parlé de nostalgie!!

PES époque PS2, de loin la période ou je me suis le plus éclaté sur des jeux de foot ( pes 1 à pes 6 pour ma part ).

Tellement de souvenirs, les soirées entières avec les potes ou chacun ramenait sa carte mémoire pour pouvoir faire des duels d'anthologie avec nos équipes de L.M respectives .

Du coup, après avoir lu l'article, je me suis tapé les intro des trois premiers PES ^^.

Cadeaux :

https://www.youtube.com/watch?v=yNECabzQgAQ

https://www.youtube.com/watch?v=uqRTsSIsCCE

https://www.youtube.com/watch?v=qvaHYwbw_xg
Beau moment de nostalgie à une époque où le gameplay était vraiment + important que d'avoir les vraies licences... La Ligue Masters, c'était autre chose que l'ultimate team...
il y a 8 heures 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
il y a 4 heures Nantes, la mascotte et le plagiat 25 il y a 6 heures Brian Fernández arrive à Metz 3
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:37 Valdés lance sa société de production 8 Hier à 13:27 Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13
mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)
À lire ensuite
Amour, gloire et Didier