Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Albacete

Zozulya, un Roman politique

Visé par les chants de supporters de son ancien club, le Rayo Vallecano, qui l'ont qualifié de « nazi » ce dimanche lors d'une rencontre de D2 espagnole, l'international ukrainien Roman Zozulya, qui soutient les milices paramilitaires qui combattent l’annexion russe dans le Donbass, doit composer avec une polémique politico-sportive complexe. Un contexte délicat, pimenté ce lundi par Kiev et le chef d'État Volodymyr Zelensky, qui a profité de l'affaire pour soutenir son concitoyen.

Modififié
Les années passent, mais Vallecas, le quartier de Madrid où évolue le Rayo Vallecano, n'oublie pas Roman Zozulya. Fin janvier 2017, l'international ukrainien (33 sélections), propriété du Bétis, rejoignait le Rayo en prêt. Sauf que rien ne se passait comme prévu. Dès février, Zozulya devait prendre ses cliques et ses claques pour retourner à Séville, avant de signer avec Albacete en septembre de la même année. Le problème ? Le joueur soutient ouvertement les milices qui combattent les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine, dont certaines seraient proches d'une ultra droite identitaire et nationaliste. Rien de bien compatible avec de nombreux fans du Rayo, dont la politisation penche notoirement à gauche du spectre politique.


Alors forcément, quand, deux ans plus tard, Zozulya, qui a depuis signé à Albacete, affronte ce dimanche le Rayo Vallecano dans la banlieue de Madrid, les retrouvailles sont explosives : qualifié de nazi par de nombreux fans, conspué en tribunes, l'attaquant fait l'objet d'attaques qui conduisent les joueurs d'Albacete à refuser de continuer la rencontre et l'arbitre à suspendre le match. Fin de l'histoire ? Non. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, élu en avril dernier, ne s'est pas privé d'ajouter son grain de sel à ce décor : « Roman Zozulya, ce n'est pas seulement ton équipe qui te soutient, toute l'Ukraine te soutient, nous sommes avec toi » , écrivait ce dernier sur Facebook en ajoutant que Zozulya était « non seulement un joueur cool, mais un vrai patriote » .

Tambouille politique


Le chef d'État ukrainien n'était pas le seul à soutenir publiquement Zozulya. La porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Kateryna Zelenko, a appelé dans un communiqué les autorités espagnoles à « réagir  » à ces « insultes honteuses » et « infondées  » , quand l'ambassade ukrainienne en Espagne a dénoncé sur Facebook une « provocation » . Des déclarations qu'il faut remettre dans le contexte politique du moment. Volodymyr Zelensky a en effet rencontré Vladimir Poutine le 9 décembre pour tenter de faire bouger les lignes du conflit qui sévit depuis cinq ans dans l’est ukrainien, où les séparatistes soutenus par la Russie s’opposent aux militaires et milices de Kiev. Un sommet qui n'a pas donné grand-chose, alors que Zelensky a lui-même admis que la situation ukrainienne restait enlisée : « Honnêtement, le résultat de cette rencontre, c'est très peu. Je voudrais résoudre un plus grand nombre de problèmes. »


À défaut de trouver un accord avec la Russie, Zelensky a donc au moins pu appuyer Roman Zozulya, qui n'a jamais caché avoir fait des dons à l'armée ukrainienne qui combattent les rebelles pro russes. Il avait également publié sur Twitter en 2015 une photo avec une écharpe à l'effigie de Stepan Bandera. Ce leader nationaliste ukrainien des années 1930 et 1940 est une figure controversée, puisqu'il avait notoirement collaboré avec l'Allemagne nazie. Certaines milices para-militaires combattant l'annexion russe dans le Donbass sont de fait ouvertement ultra nationalistes, et certains de leurs combattants sont soupçonnés d'avoir des liens avec la mouvance néo nazie. Le symbole du Régiment Azov, le plus célèbre des groupes armés combattant les rebelles pro-Moscou, rappelle d'ailleurs la Wolfsangel, un symbole utilisé par certaines divisions SS. Inquiétant, mais encore un peu léger, cependant, pour cataloguer Zozulya comme « nazi » aux yeux de certains, quand d'autres, comme les fans du Rayo qui ont conspué le joueur dimanche dernier, le considèrent comme infréquentable.

L'ombre de Kolomoïsky


La récupération du cas de Zozulya par la classe politique permet cependant à l'appareil d'État ukrainien de réaffirmer de manière détournée sa volonté de tenir tête à Moscou. Si Zelensky n'a manifestement pas plié le genou face à Vladimir Poutine le 9 décembre dernier, il n'en reste pas moins confronté à un casse-tête diplomatique insoluble. Alors que le président ukrainien doit préserver l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, il doit aussi jongler avec le jeu politique de son bienfaiteur et soutien principal, l'oligarque Ihor Kolomoïsky. Ce dernier avait notamment diffusé sur sa chaîne de télévision 1+1 Le Serviteur du peuple, la série qui a fait de Zelensky une figure iconique en Ukraine, Zelensky étant lui-même parfois qualifié officieusement de « pantin de Kolomoïsky » . Kolomoïsky a aussi dépensé des millions de dollars pour envoyer et équiper des combattants pour aider à stopper l'avancée russe sur le territoire ukrainien, depuis 2014.


Il affiche néanmoins depuis quelque temps des positions beaucoup plus modérées à l'encontre de Moscou, avec qui il semble désormais prôner la réconciliation : « Nous devons améliorer nos relations avec la Russie. Les gens veulent la paix, une bonne vie, ils ne veulent pas être en guerre... Vous tous, à l'OTAN, vous ne nous intégrerez pas... Alors que la Russie aimerait nous faire entrer dans un nouveau pacte de Varsovie.... Donnez-nous cinq, dix ans, et le sang sera oublié (avec la Russie). J'ai montré en 2014 que je ne voulais pas être avec la Russie, mais je décris objectivement ce que je vois et vers où les choses se dirigent. » Un revirement que certains interprètent comme un geste de défiance envers Zelensky. Kolomoïsky, soupçonné d'avoir détourné 5,5 milliards de dollars de sa banque privée, Privatbank, nationalisée en 2016, tente depuis de récupérer la firme des mains de l'état, un processus où il attendrait plus de conciliation de la part du pouvoir en place et donc, de Zelensky. Voilà qui constitue la dernière pièce d'un puzzle géopolitique alambiqué, où la mésaventure de Zozulya, bien que loin, très loin de la Russie, ne pouvait évidemment pas être ignorée par Kiev. En attendant, le joueur, lui, a reçu le soutien de l'association des footballeurs espagnols et pourrait, qui sait, débuter lors du match qui opposera Albacete à Elche, le 21 décembre prochain.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 18:12 En coupe d'Essone, une équipe d'U16 s'impose 39-0 27 Hier à 17:27 L'énorme raté de Chicharito avec le LA Galaxy 10 Hier à 17:26 Une arbitre agressée et insultée à Pontoise 67
Hier à 16:04 Un hommage à Samuel Paty en Ligue 1 et Ligue 2 le week-end prochain 80
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:33 Un arbitre sauvé par des supporters après un arrêt cardiaque 1
Hier à 13:35 Deux joueurs de Tenerife se blessent pendant le tournage d'une vidéo 1 Hier à 11:59 Les Coupes d'Europe avec un Final 8 à partir de 2024 ? 38 Hier à 11:30 Le Racing 92, Bruno Fernandes et Z Event sont dans la newsletter Time To So Foot Hier à 11:27 Le conflit entre Luzenac et la LFP continue 16 Hier à 10:40 La Japonaise Yuki Nagasoto raconte son premier match dans un championnat masculin 37