Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Liverpool-Barça (4-0)

You will never believe alone

Il faut l'admettre, il y a une semaine, une qualification du Liverpool FC semblait impossible. Les forfaits de Firmino et Salah n'ont fait que renforcer cette impression de fatalité. Mais du plus jeune supporter jusqu'à Jürgen Klopp, les Reds y ont cru. Une Masterclass de culture européenne.

Modififié
Salah et Firmino sur le flanc, une Premier League qui s'échappe, trois buts de retard face au meilleur joueur du monde... Avant d'accueillir le FC Barcelone en match retour de Ligue des champions, Liverpool n'était pas franchement favori dans le cœur des pronostiqueurs. Trop éreinté par la course au titre face à Manchester City, trop en retard face à son adversaire catalan, trop impuissant face au génie de Leo Messi, et trop diminué offensivement pour faire exploser la charnière Piqué-Lenglet... Mais Jürgen Klopp a trouvé les bons mots, en soulignant que l'important n'était pas forcément de gagner, mais de tout faire pour, quitte à mourir avec les honneurs et aucun regret. La presse liverpuldienne a enfoncé le clou en soulignant que même sans Mo Salah, Anfield restait Anfield... Autant de détails qui, cumulés, nous rappellent pourquoi Liverpool est un club à part. Un club maudit sur la scène nationale depuis 1991, mais capable de l'impossible sur l'échelle continentale, comme l'a immortalisé le millésime 2005 à Istanbul contre l'AC Milan.

Origi, Wijnaldum, la double revanche


Liverpool a renversé le Barça ce soir, non pas parce qu'il avait l'objectif de se qualifier, mais avant tout celui de faire un grand match. Ou comment penser à la manière avant le résultat. Une logique qui transpire chez les Reds de l'équipe première jusqu'au plus jeune de ses supporters. Une logique qui a pris corps dès la septième minute de jeu grâce à Divock Origi, invité de dernière minute, mais capable de jouer sa partition. Comme Georginio Wijnaldum, sacrifié du match aller dans un rôle ingrat de point d'appui en attaque, et supersub imprévu en début de deuxième acte. Dans un rôle de milieu relayeur plus habituel, mais avec deux dépassements de fonction l'ayant vu terminer les actions comme un avant-centre de métier.

Comme le Manchester de Ferguson


Qui aurait pu décemment imaginer, à cinq minutes du coup d'envoi, que les Reds en passeraient quatre au Barça sans les deux tiers de sa ligne d'attaque, avec des remplaçants pour buteurs, James Milner arrière gauche et un dernier pion qui fait passer toute la défense barcelonaise pour une bande de joueurs du dimanche ? Tous ces éléments improbables ne semblent pas si surprenants à Liverpool, un club capable de claquer une remontada de trois buts en une seule mi-temps en finale européenne. Liverpool va donc enchaîner sa deuxième finale en C1 en deux saisons. Une première pour un club anglais depuis le Manchester United de Sir Alex Ferguson en 2008 et 2009. De quoi situer l'ampleur de l'exploit. De quoi surtout souligner ce qui fait la force de ce club unique : la force de croire à la victoire, tout en étant prêt à accepter la défaite. La force d'essayer tout simplement, sans penser aux conséquences. Pour beaucoup de clubs ambitieux qui se rêvent sur le toit de l'Europe, Liverpool est un début d'exemple.




Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:16 Zlatan suspendu deux matchs pour avoir étranglé un gardien 31
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
À lire ensuite
Divock Orgie