Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es
  3. // Bastia-Noisy le Grand

Yohan Bocognano : « On voit que les gens se retrouvent en nous »

L’an dernier, en misant sur ses jeunes, Bastia loupait la montée de peu, écrasant ses espoirs fous de retrouver la Ligue 1 d’une traite. Cette saison, le Sporting a décidé de s’appuyer sur ce que la Corse fait de mieux : des joueurs de caractère, passés par la Ligue 2, les meilleures équipes amateurs de l’île ou des destinations exotiques. Taulier d’une défense imperméable, leader avec huit points d’avance, Yohan Bocognano est prêt pour la cerise sur le fiadone : un 16e de finale contre Noisy-le-Grand, dans un Furiani extatique à l'idée de retrouver les ambiances de l’ère du professionnalisme.

Modififié

Tu vas jouer un 16e de finale de Coupe de France, plutôt à votre portée. Comment te sens-tu ?
« On est déjà passés contre Le Mans et Concarneau, qui sont deux divisions au-dessus. Forcément, il y a des attentes. »
Quand les résultats vont bien et que le groupe vit bien, on ne peut être que bien. On est un noyau de joueurs composé presque uniquement de Corses. On est une équipe de copains, voire même d’amis. J’espère que ça va être une très belle fête. Ça fait dix ans que le Sporting n’a pas atteint les huitièmes de finale. On sait qu’on affronte une équipe athlétique, première de sa DH parisienne. Par rapport à la division d’écart, on sait que c’est à notre portée. On est déjà passé contre Le Mans et Concarneau, qui sont deux divisions au-dessus. Forcément, il y a des attentes. Mais, honnêtement, on n’a pas de pression. La Coupe de France, c’est du bonus.

Tu as signé cet été. C’est comment, pour toi, l’Ajaccien, ces premiers mois au Sporting ?
J’ai fait les trois clubs phares de l’île. J’ai été formé à l’ACA, mais je n’y ai joué qu’un match en professionnel. Après, j’ai joué au Gaz en National et en Ligue 2. C’est vrai que le Sporting, c’est impressionnant. Je ne m’imaginais pas ça. C’est un engouement qui est complètement différent. On sent des gens qui crèveraient pour leur club. En National 3, on a entre 4000 et 5000 supporters à domicile à tous les matchs. Il n’y a pas beaucoup de clubs de Ligue 2 aussi suivis. À l’ACA et au Gaz, ils ne font que 3000. Pour notre premier déplacement, à Aubagne, toute la tribune était bleu et blanc. On a toujours 200 supporters à l’extérieur. On a vraiment l’impression d’être chez nous partout. Il n’y a qu’au Sporting qu’on voit ça.


Dans l’émission en ligne Minenfootu, tu as évoqué un passage à Furiani compliqué avec Nîmes. Tu l’avais vécu comment ?
Ça m’a fait mal, à l’époque. On en avait pris 6, mais au-delà de la défaite, tous mes amis et toute ma famille étaient montés à Furiani. Entendre en tribunes « o Ajaccien de merde  » , ça m’a affecté. J’étais plus jeune. Aujourd’hui, je ferais abstraction, mais je ne m’y attendais pas. Je pensais me faire insulter personnellement, ça ouais. Mais pas par rapport à mes origines, sur mon île. Pour moi, il n’y a pas d’Ajacciens ou de Bastiais. Il n’y a que des Corses. Et je me sens partout chez moi en Corse.

En 2016, tu jouais en DH. Comment es-tu descendu si bas ?
Après le Gaz, je suis allé à Istres. Ça ne s’est pas bien passé. Je suis parti en Azerbaïdjan. Le club a eu des problèmes financiers et j’ai signé en D1 roumaine où, là, ça s’est très mal passé. Au bout d’un mois, le club a décidé de ne pas homologuer le contrat. Le mercato était fermé, alors je n’avais pas de club.
« Propriano, ça a été une superbe expérience, et en décembre, j’ai pu repartir loin à Mulhouse, en National 2. J’avais retrouvé le plaisir de jouer au ballon. »
Je suis rentré m’entraîner avec l’ACA. Je devais signer, puis ils sont passés devant la DNCG et ont été interdits de recrutement. J’arrive à rebondir en D2 en Belgique, à Tubize. Je fais 10 matchs sur 12, je marque, on finit troisièmes. Je m’attendais à avoir des propositions, mais je me retrouve sans rien. Je n’avais pas envie de repasser un été sans club, à m’entraîner seul. Moralement, c’est dur. J’ai bien réfléchi et j’ai décidé de revenir aux sources, au football plaisir et j’ai signé à Propriano. Il n’y avait plus aucune prise de tête. J’allais à l’entraînement juste pour être avec des copains. Les avant-matchs, tu es tranquille, tu rigoles, tu chambres. Après les victoires, tu vas te boire un coup. Je sortais de la douche et j’allais à la buvette, qui était en travaux, me boire juste une petite Heineken, avec un sandwich. Puis on allait au restaurant. Ça m’a fait vraiment du bien. Ça a été une superbe expérience, et en décembre, j’ai pu repartir loin à Mulhouse, en National 2. J’avais retrouvé le plaisir de jouer au ballon.



On disait que le Sporting avait perdu l’amour de son public. Ou du moins d’une grande partie. On en est où, dans cette relation ?
« On a un groupe qui n’a peur de personne. On sait où on va et de toute façon, on est chez nous partout. »
L’engouement parle tout seul. La relation va bien. L’an dernier, je n’étais pas là, mais le groupe manquait peut-être un peu de maturité, voire d’envie. Ça arrivait qu’on siffle les joueurs. Cette année, non. Pas parce qu’on gagne, mais parce qu’on propose des choses auxquelles les gens adhèrent. Tant dans le jeu que dans l’engagement. On a un groupe qui n’a peur de personne. On sait où on va et de toute façon, on est chez nous de partout. Si on nous met la pression, on répond. Quand j’ai mis mon tir au but (en 32e de finale, qui scelle la victoire face à Concarneau, N.D.L.R.), j’ai ressenti beaucoup de joie. Je ne vais pas dire qu’on voyait des larmes en tribunes, parce que ce n’était qu’un 32e, mais on voit qu’ils se retrouvent en nous. Parce qu’on est des lions. Si on bat Noisy, j’ai envie de passer encore un tour, mais en même temps, je prendrais bien un gros. Même le PSG, ça ne me dérangerait pas. Ce serait une belle fête.

Vidéo


Propos recueillis par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:04 Prolongation : 10€ offerts sans sortir sa CB pour parier ce week-end 4
Hier à 17:10 Serie C : à sept, Pro Piacenza prend vingt buts 22
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 09:30 Gignac se rapproche des cent buts 24