Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Espanyol-Rayo

Wu Lei vous coucher avec moi, Espanyol ?

C'est sans doute l'un des transferts les plus osés et séduisants du mercato hivernal : la star du football chinois Wu Lei, 27 ans, s'est engagé il y a deux semaines avec l'Espanyol Barcelone. Meilleur buteur de son championnat domestique en 2018, le « Maradona chinois » débarque enfin en Europe. Prêt à tout casser, mais avec pas mal d'incertitudes autour de lui.

Modififié

350. Ce nombre, c'est celui de Chinois qui ont suivi la présentation officielle de Wu Lei à l'Espanyol Barcelone. En millions, bien sûr. 350, c'est aussi presque autant que le nombre de matchs (344) que l'attaquant a disputés avec son désormais ex-club de toujours, le Shanghai SIPG. 350, est-ce enfin le nombre de minutes que le « Maradona chinois » jouera avec les Pericos ? Tel est en tout cas ce que les sceptiques se plaisent à croire. Wu Lei, 27 ans, n’est en effet pas le premier Chinois à tenter la traversée en Europe. Et pour beaucoup avant lui, elle fut périlleuse, la terre promise attendue s’étant même transformée en purgatoire. Des exemples ? En Allemagne, Zhang Xizhe n’est resté que six mois à Wolfsburg en 2015 avec zéro match officiel au compteur. Six mois, c’est également la durée du prêt infructueux de Zhang Chengdong au Rayo Vallecano (neuf petites minutes en Liga) la même année. Les deux hommes sont depuis rentrés au pays. Zhang Yuning, le moins malheureux de la troupe, vivote aujourd’hui en prêt à l’ADO La Haye après avoir été soufflé sept millions d'euros par West Brom' en 2017.


Quand on ne renvoie pas Wu Lei aux échecs de ses prédécesseurs, c’est le joueur lui-même qu’on attaque. Flou autour de son transfert (on parle d'une indemnité de deux millions d'euros seulement et d'un contrat de deux ans), recrutement réduit à son aspect marketing plutôt que sportif, physique fragile (sa blessure à l’épaule subie lors du premier match de Coupe d’Asie pourrait l'éloigner trois mois des terrains en cas d'opération), tendance des adversaires à se concentrer sur ses ex-coéquipiers Hulk et Oscar qui auraient fait gonfler ses stats en Super League... Wu Lei est prévenu : son arrivée en Espagne suscite autant d’espoirs qu’elle cristallise d’inquiétudes.

Pro à quatorze ans


Pas un problème pour lui. « Cette réaction est compréhensible quand vous ne connaissez pas un joueur. C’est logique, car peu de joueurs chinois ont montré quelque chose en Europe, déclarait-il lors de sa présentation officielle à la presse. La pression est mon moteur, c'est ce qui me pousse. Je veux démontrer aux supporters du monde entier qu'en Chine, il y a des joueurs capables de briller dans les meilleurs championnats du monde. »


S’il y a bien un bonhomme capable de montrer la voie, c’est effectivement lui. Plus jeune joueur à avoir débuté en pro en Chine à l’âge de quatorze ans, meilleur buteur chinois du championnat lors des six dernières saisons, meilleur buteur tout court en 2018 avec 27 buts en 29 matchs – devant Cédric Bakambu, Hulk ou Graziano Pellè, Wu Lei est une véritable idole en Chine. Il représente même LA star de l’Empire du milieu. Celui sur lequel le président Xi Jinping fait reposer ses rêves de voir La Grande Muraille se pointer parmi les meilleures nations mondiales.


Avec 102 pions et 57 passes décisives en 172 rencontres de Super League, l’ailier gauche ou avant-centre a de quoi s'épanouir à l'Espanyol. La Liga n’a ni la discipline tactique de la Serie A ni l’intensité physique de la Premier League, et devrait favoriser son jeu tout en vitesse et en qualité technique. En rejoignant un club présidé par son compatriote Chen Yansheng et qui finit régulièrement dans le ventre mou du championnat espagnol, Wu se garantit du temps : de jeu et d’adaptation.

Quarante millions de téléspectateurs pour douze minutes


Un temps que l’attaquant a su prendre, aussi, avant de faire le grand saut. Le gamin de Nanjing a admis lui-même avoir longtemps refusé les offres d’une foultitude de clubs européens, avant de rallier l’Espanyol. En 2013 déjà, c’est Ole Gunnar Solskjær, alors entraîneur de Molde (D1 norvégienne), qui tombe sous le charme du joueur âgé de 21 ans lors d'un tournoi amical en Espagne comme il le reconnaît face à la presse : « S’il signe à Molde, je pense qu’il peut progresser pour jouer dans une équipe de Premier League anglaise rapidement. » Mais Wu ne bouge pas une oreille, et repousse chaque année cette Europe qui lui tend les bras... jusqu'à il y a quelques semaines. À 27 ans, Wu est aujourd'hui mature dans son jeu et en tant qu’homme, et a senti que son heure était venue.


Reste à savoir si le bougre, loin de son cocon, sera capable de supporter la pression qui pèse sur son épaule blessée. En filant à l'Espanyol, Wu Lei sort de sa zone de confort et devient le porte-drapeau à l'international d'un club qu'il connaît à peine. Depuis sa signature, le club de Barcelone a gagné 20 000 followers, vendu 2000 maillots floqués à son nom en deux jours et équipé son site officiel d'une version en mandarin. Dimanche dernier, à l'occasion de sa première en championnat, ce sont quarante millions de téléspectateurs chinois qui étaient agglutinés devant leur télé pour suivre les douze minutes de jeu de leur idole contre Villarreal (2-2). Wu Lei est en mission à Barcelone et l'ampleur de la tâche le dépasse sans doute un peu, mais le néo-Perico n'a pour l'instant qu'un seul objectif en tête : apprendre la langue de Cervantès. Ce serait déjà une belle victoire.



Par Douglas De Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

il y a 4 heures Bolt choisirait Mbappé, Bale et CR7 pour courir le 4x100m 25 il y a 5 heures José Mourinho apprend l'allemand 21
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Rouge, rouge, rouge