Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Chelsea-PSG

West Sidi Story ou le marabout du PSG

C’est une histoire que les vrais initiés du PSG connaissent. Peut-être moins le grand public. C’est, en tout cas, l’une des plus belles performances du club en C1, contre Bucarest. Et ça, Paris le doit en grande partie à celui que l’on appelle simplement Sidi.

Modififié
« La risée de l’Europe. » Claude Le Roy, directeur sportif de l’époque, ne mâche pas ses mots. Et il a de quoi avoir les boules. Au match aller de ce barrage contre le Steaua Bucarest, Paris a perdu sur tapis vert 3-0. Son tort ? Avoir fait jouer Laurent Fournier, à cause d'un fax égaré, alors qu'il était suspendu par l’UEFA. Du coup, pour le match retour, toutes les solutions sont bonnes à prendre. Paris doit se relever, qu’importe la manière : « Quelques jours avant le match retour, je reçois un appel de Birama Diop, un recruteur d'un quartier de Dakar que je connaissais bien. J'ai passé quatre années de ma vie avec lui. Il avait vu ce match catastrophique et il me dit : "Je sais que tu es contre ce genre de procédés. Mais là, tu n’as rien à perdre. Je peux te présenter un marabout. Ok ?" Et il a réussi à me convaincre. Alors j'en parle à Michel Denisot qui me dit lui aussi OK. » Le duo parisien entre alors en contact avec celui qui se fait appeler Sidi, qui signifie « Sir » sur le continent africain.

Western Union, fax et Florian Maurice


Car au Sénégal, les marabouts sont rois. Et ce fameux Sidi n’échappe pas à la règle. Gambien de naissance et ami de longue date de Birama Diop, il œuvre principalement dans le pays de la Téranga, avec des clubs qu'il connaît. Et plus rarement à l’étranger, quand on le réclame. Les deux hommes se font principalement connaître durant les Navétanes, ces championnats de football organisés par des associations pour repérer les jeunes de quartier. Claude Le Roy a par exemple vu décoller Victor Diagne, l'a même vu jouer en sélection, sans jamais être passé en club. Bref, les deux compères sont des faiseurs de miracle. Ils travaillent souvent main dans la main, échangent les bons tuyaux et se partagent les gains. Leur plus bel exploit à ce jour reste bien entendu le 27 août 1997, jour du barrage retour entre le PSG et le Steaua Bucarest.
Pistonné par Birama Diop, Sidi récupère donc cette mission « sauvetage du PSG » . Et après avoir récupéré ses 1000 francs français envoyés par Michel Denisot en mandat cash via Western Union, Sidi reçoit le nom et les numéros des Parisiens par fax, comme il l'a réclamé, car c'est comme ça qu'il travaille. Durant plusieurs jours, tout au plus, il s'isole et met tout en œuvre pour « filer un coup de pouce » aux joueurs de la capitale. On parle alors d'un travail de « bénédiction » . Et puis quelques jours avant le match retour, Sidi appelle Michel Denisot et Claude Le Roy : « C’est bon. Tout est réglé. Vous allez vous qualifier. Le numéro 18 va marquer le quatrième but qualificatif à la 37e minute. » Soit Florian Maurice et, donc, avant la fin de la première période. Plutôt couillu.

« Tu déconnes ! Tu nous as fait perdre 4 minutes »


Plus de 40 000 personnes prennent place au Parc des Princes ce soir-là. Et dès l’entrée des joueurs, ça gronde très fort. Les Parisiens n’ont pas le droit à l’erreur, coach Ricardo le sait, c'est pourquoi il aligne une équipe ultra offensive. Une sorte de 4-1-5 avec Bruno N’Gotty en sentinelle, et Raí, Leonardo, Franck Gava, Marco Simone, Florian Maurice devant. Avant d'entrer sur la pelouse, ce dernier reçoit une messe basse de la part de Claude Le Roy, sur le ton de l’humour : « Ne te fais pas de souci, ça va passer. C’est même toi qui va marquer le but de la qualif’. À la 37e. » Au coup de sifflet de l’arbitre, une pluie bien grasse s'abat sur la pelouse. Une invitée surprise qui profite à Florian Maurice, deux minutes plus tard, retenu par le maillot dans la surface. Pénalty. Raí transforme. 1-0.

Vidéo

Paris a débloqué le compteur. Le plus dur est fait. Les Roumains sont sonnés, apathiques, comme ensorcelés. Vingt minutes plus tard, Raí, encore lui, coupe au premier poteau un bon corner de Leonardo. 2-0. Marco Simone prend le relais à la demi-heure de jeu, d’une frappe croisée à l’entrée de la surface. 3-0. Et puis la 37e minute arrive... Mais rien ne se passe. Le fameux but qualificatif arrivera finalement quatre minutes plus tard, à la 41e exactement. Raí finira le boulot en seconde période. Score final : 5-0. Paris aura le droit de disputer la Ligue des champions. Le Parc est en ébullition. Claude Le Roy, lui, est d’humeur taquine : « Quand je suis rentré aux vestiaires, je suis allé voir Florian et je lui ai dit : "Tu déconnes, tu nous as fait perdre quatre minutes." »

Mort d'une absorption d’acide chlorhydrique



Au final, dans la poule du Bayern, du Beşiktaş et de Göteborg, le PSG ne passera même pas les poules. Beaucoup d'efforts pour pas grand-chose. Mais Michel Denisot et Claude Le Roy gardent de cette soirée-là un souvenir impérissable. Dix-huit ans plus tard, soit à la fin de l'année dernière, l'ancien président du PSG a déclaré être toujours en contact téléphonique avec Sidi. Mais depuis, plus de nouvelles. Certains proches au Sénégal le disent décédé, empoisonné en Allemagne, sans réelle certitude. Claude Le Roy n'en sait pas plus non plus. En revanche, il a récemment déploré le décès de son ami Birama Diop : « Il est mort de façon atroce. Après un footing, il s’est trompé de bouteille. Il a bu de l’acide chlorhydrique à la place de l’eau. » Terrible et tragique. Une issue shakespearienne que même Hollywood n'aurait pu imaginer.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:23 Kondogbia : « J'ai toujours voulu jouer pour la Centrafrique » 162
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 11:48 Bolt s'insurge contre un contrôle antidopage 25