Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Copa Libertadores
  2. // Finale retour
  3. // River-Boca

Wanchope Abila, le maçon du cœur

Il y a deux semaines, le football a découvert en mondovision, dans un des matchs les plus importants de la planète, un avant-centre de 30 ans à la dégaine de charpentier habité par la foi du charbonnier. Cet homme, c’est Ramon « Wanchope » Abila. L’arme numéro 1 de Boca pour aller chercher la Copa Libertadores face à River Plate.

Modififié
24/11/2018, 21:00
Copa Libertadores - Finale
Diffusion sur

Wanchope est un âne qui marque un but toutes les dix occasions. Un somnambule qui vit hors jeu, un garde du corps maladroit. Pendant des années, Ramon Abila a entendu ces critiques. Il a enduré les moqueries et avalé les couleuvres. Alors quand il a reçu le ballon à l’angle de la surface de réparation à la 34e minute du Superclásico, le week-end dernier, il n’a pas réfléchi. Il a frappé comme une mule, avec la confiance de ceux qui viennent de loin, de ceux qui n’ont rien à perdre. Armani a repoussé difficilement le ballon, mais Wanchope a insisté. Quand le ballon est revenu sur lui, il a allumé le goal de River une seconde fois, sans réfléchir, le forçant à la faute de main. Et puis il a exulté avec la Bombonera toute entière, conscient que sa présence sur le terrain tenait autant du miracle et de l’alignement des planètes que de son abnégation. Avant d’être l’idole de la Bombonera, Ramon a longtemps été un attaquant des bas-fonds. Un buteur qui erre dans les divisions inférieures du football argentin. Celles où l’on apprend autant à donner des coups qu’à en recevoir sur des pelouses pas franchement vertes.

Acheté 200 dollars


Après avoir débuté sur le terrain en terre battue de son quartier de Córdoba, il est acheté à 16 ans pour 800 pesos (environ 200 dollars) par des amis de son père, soucieux de lui filer un coup de pouce. Il signe alors à Instituto, le grand club de la ville. Son club de cœur surtout, dont il va voir les matchs chaque week-end. C’est chez lui que Ramon devient Wanchope. Et tant pis si sa ressemblance avec le grand attaquant costaricien est loin de sauter aux yeux. Jusqu’à ses 25 ans, il est un attaquant moyen de D2. Avant de découvrir l’élite avec Huracán et d’exploser enfin. Ce qui lui vaut un transfert à Cruzeiro où il brille et devient champion du Brésil. Un tremplin vers la consécration : une signature à Boca Juniors, il y a un an.


De sa trajectoire sinueuse, Wanchope a conservé une maxime qui lui sert de carte de visite : « L’argent et la peur sont deux choses que je n’ai jamais eues. » Si la première affirmation est désormais erronée, la seconde est indiscutable. Abila n’a jamais peur. Quand il signe pour les Xeneizes, il n’a pas peur d’aller voir le président Angelici et de lui affirmer : « Président, si je ne marque pas, ne me payez pas. Payez-moi à chaque but marqué. » Il n’a pas peur de n’être qu’un choix par défaut pour son coach Barros-Schelotto, ni d’être le quatrième avant-centre de la rotation derrière Benedetto, Bou et son grand pote Carlos Tévez. Enfin, il n’a pas peur d’affirmer qu’il céderait volontiers aux sirènes du football chinois si jamais elles venaient le chercher : « Si on m’appelle, soyez tranquilles, j’y vais. Je ne suis pas un couillon. Avec cet argent, je pourrais même devenir président d’Instituto et sauver le club. »

Un hincha comme un autre


En réalité, Wanchope est un joueur comme seul le football argentin peut en produire. Un hincha comme un autre devenu joueur pro, avec qui le fan s’imagine qu’il pourrait s’envoyer un asado et descendre quelques Quilmes. Sans doute pour cela que quand il rate une occasion, la Bombonera ne le siffle pas, mais préfère l'encourager et souffrir avec lui. Comment ne pas aimer un homme capable d’affirmer que son idole est Miliki Jimenez – attaquant anonyme d’Instituto, qui empilait les buts en deuxième division argentine, mais n’a jamais fait la maille pour l’élite – ? L’avant-centre du plus grand club sud-américain qui confesse avoir pour idole un buteur à la petite semaine, c’est un peu comme si l’idole de Kylian Mbappé était Guilherme Mauricio, le buteur en série lavallois. Suffisant pour incarner une certaine idée du football argentin, celui des potreros et des tacles à la gorge, de l’amour du maillot jusqu’à la démesure. Celui de la garra, de l’instinct, de la roublardise. Des valeurs fantasmées et pourtant indispensables à l’heure de jouer un Superclásico. Wanchope ne jouera jamais dans un top club européen, mais il est ce type indispensable pour gagner une finale de la Copa Libertadores.

Par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Copa Libertadores - Finale retour - River Plate-Boca Juniors




Dans cet article


il y a 6 heures Le joli but de Frenkie de Jong avec l'Ajax 9
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi