Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // MLS
  2. // New York City FC

Vieira, le statut de la liberté

Adjoint puis entraîneur principal des jeunes à Manchester City, Patrick Vieira est parti vivre le rêve américain en tant que numéro un au New York City FC, avec lequel il entame sa troisième saison. Pour l'heure, c'est un succès.

Modififié
Dans la famille des champions du monde 98 devenus entraîneurs, il y a à boire et à manger. Quand Zinédine Zidane, Didier Deschamps et Laurent Blanc réussissent à se bâtir un palmarès ou une réputation, d'autres rament. Au hasard, Thierry Henry, adjoint en équipe nationale de Belgique, laisse ses dents rayer les parquets qui croisent sa route et attend son heure. Entre ces deux extrêmes, le no man's land est occupé par Patrick Vieira qui, à tout juste 42 ans, avance étape par étape. Celui qui vient de commencer sa troisième saison en temps que coach titulaire séduit de l'autre côté de l'Atlantique au New York City FC, et croque la pomme à pleines dents dans la peau d'un coach désormais prêt à revenir sur le Vieux Continent.

On n'attend pas Patrick ?

L'arrivée à New York City au début de l'année 2016 de Vieira n'était pas pour autant écrite depuis longtemps. C'est bien vers la fin de sa carrière que l'idée de devenir coach a germé dans l'esprit de l'ancien milieu de terrain d'Arsenal, comme il le confiait dernièrement à L'Équipe : « Je me surprends, moi aussi. Je ne savais pas que j'allais tomber dedans. Mais quand, à la fin de ma carrière (en 2011), je disais que je ne voulais pas, je répondais finalement à une question à laquelle je n'avais pas la réponse. »


Baladé avec son consentement par le directeur sportif de Manchester City Brian Marwood aux quatre coins du club après avoir raccroché les crampons, c'est avec les jeunes que Patoche se prend au jeu une première fois. Tout en passant ses diplômes, le natif de Dakar devient adjoint de Manuel Pellegrini, « un type formidable » , avant de prendre en main les jeunes Citizens. Une période d'adaptation salutaire pour Vieira : « On pense toujours, quand on a joué à un certain niveau, qu'on a réponse à tout. (...) Si j'avais dû faire ça tout seul, au départ, je serais allé dans le mur. » Ainsi, début 2016, à quelques jours de la prise de fonctions de Zidane au Real, Vieira est nommé à la tête du New York City FC. Moins tape-à-l’œil, mais l'essentiel est ailleurs.

Pep Vieira

Au moment de composer son groupe avant la reprise de la MLS qui a lieu au début du mois de mars, Vieira passe plusieurs coups de fil, notamment à Maxime Chanot, alors référence de D1 belge sous le maillot de Courtrai. Titulaire depuis le début de l'ère Vieira au New York City FC, le défenseur central franco-luxembourgeois n'a pas hésité longtemps avant de suivre son nouveau coach : « J'avais des offres en Angleterre et un projet intéressant en Pologne, mais quand Patrick t'appelle, tu ne réfléchis pas trop. Il m'a exposé sa façon de voir le football, et j'avais besoin à 26 ans d'avoir un coach qui allait m'apporter footballistiquement quelque chose d'intéressant. Aujourd'hui, je peux dire que je suis content de mon choix. »


Tout de suite, Vieira impose son style offensif inspiré de Guardiola, à qui il rend même visite à la fin de sa première saison américaine pour parfaire son apprentissage. Une influence que ressent Chanot : «  Tu sens qu'il est passé par plusieurs championnats et qu'il a une grande expérience. On fait du vrai football avec lui, inspiré de Guardiola. Il participe aussi beaucoup aux séances et quand on fait des jeux à l'entraînement, il fait encore partie des meilleurs joueurs ! Il n'y a pas de longs ballons, seulement des petites passes et notre gardien relance le plus possible au sol. La semaine dernière face à New England (2-2), il a d'ailleurs fait 88 passes dans le match. Le précédent record était de 45, et il datait de 2010, pour te dire. »

L'Europe lui tend les bras

S'il a réussi à emmener New York en play-off lors des deux premières saisons, Vieira le doit aussi à une rigueur et un leadership inné qu'il a gardés malgré le changement de costume. Chanot : « Il veut en permanence que tout le monde soit concerné. Je n'aime pas comparer, mais je pense avoir plus appris avec Vieira en deux ans que durant le reste de ma carrière. Il a le souci du détail, du très haut niveau. Si tu fais une passe à ton coéquipier en défense centrale sur son pied gauche, alors qu'elle devait être sur son pied droit, il va te le faire remarquer. »


Cette saison, Vieira en veut d'ailleurs plus et explique qu'il est « capable de mener cette équipe et d'essayer de gagner le titre » , car il sait aussi qu'un sacre installerait encore un peu plus sa légitimité. Cet été, il n'était d'ailleurs pas loin de rejoindre Saint-Étienne, qui lui avait finalement préféré Óscar García. Aujourd'hui, c'est même du côté d'Arsenal que plusieurs médias anglais l'annoncent dans un futur proche, à la lutte avec Thierry Henry en cas de départ d'Arsène Wenger. Entre un homme qui a coaché Frank Lampard, Andrea Pirlo et David Villa ces deux dernières années et un autre qui gonfle les ballons et installe les plots aux séances d'entraînement des Diables rouges, il semblerait qu'un candidat soit un peu plus légitime que l'autre.

Par Andrea Chazy Propos de MC recueillis par AC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 4 il y a 4 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des Champions
il y a 1 heure Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Rony Delight