Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // OM/Valenciennes

Vie et mort de Mandanda à l'OM

Sept ans et toutes ses dents. 2013-2014 est la septième saison du bon Steve Mandanda du côté de l’Olympique de Marseille et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour la première fois depuis son arrivée au club en 2007, le portier international est livré à lui-même. Délaissé par sa défense, celui qui discutait avec Monaco cet été est souvent l’arbre qui cache la forêt. Il est également la preuve que le métier de gardien est un job à part entière.

Modififié
Les errements d’Abdallah, ceux de Morel ou de Mendy, de Nkoulou ou de Diawara. S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à l’Olympique de Marseille et à ses défenseurs, c’est de s'éparpiller. Ils poussent tous dans le même sens : le mauvais. Tous sauf un. Ces temps-ci, pour Steve Mandanda, l’arrière-garde de l’Olympique de Marseille a des allures de caisse de grande surface. Lui qui affiche un calme olympien et le sourire radieux en dehors du terrain, a parfois des envies de prendre le micro : « Le grand Steve attend sa défense au rayon frais, merci pour lui. » Et ça, c’est pour ne pas penser à une autre envie légitime, mais compliquée : celle de se barrer. Loin. Très loin.

Un mannequin en Desigual

15 décembre 2013. Un soir d’OM-OL comme Steve Mandanda en a vécu beaucoup d’autres en six saisons complètes passées à garder les bois marseillais. Lui qui était du fameux 5-5, qui a vécu la peur de Juninho ou encore les pralines de Govou n’avait jamais bu le calice jusqu’à la lie. C’est désormais chose faite. Héroïque comme il lui arrive de l’être en ce dimanche d’hiver, Mandanda n’est pas du genre à donner dans la satisfaction personnelle. Ce soir-là, l’Olympique de Marseille, auteur d’une première mi-temps à faire roupiller un insomniaque, arrache le match nul au bout du suspense. Ce soir-là est une des gouttes d’eau qui fait déborder le vase de Steve Mandanda en 2013-2014. Après avoir connu une période plus compliquée lors de laquelle lui-même s’avouait en dedans, notamment en ce qui concerne la forme physique, le gardien de 28 ans a retrouvé son meilleur niveau. Au fond, bien malin est celui qui peut critiquer son bilan après six saisons passées à la Commanderie.

Des points ? Il en a rapporté. Des parades spectaculaires ? Il y en a eu à la pelle. Des bourdes ? Il y en a eu aussi. Ce qu’il n’y a plus, c’est le respect. Il en a ras le bol, Steve, de se donner à fond pour, au final, se faire canarder à bout portant parce qu’untel a fait une erreur de marquage de poussin. Exemplaire sur le terrain, il donne cette année plus que jamais l’impression d’être un élève de troisième coincé en CM2. Un gardien de grand club bloqué dans une équipe que Vincent Labrune - apparemment fan de Merseyside Red qui a fait la légende d’ISS Pro – veut transformer en « Dortmund à la française » . À la raté, en somme. Un mannequin sapé en Desigual, en somme.

Des pilotes de Formule 1


Le train est passé cet été et il passe tellement rarement que Steve Mandanda a réfléchi. Courtisé par l’AS Monaco, désireux de trouver un portier qui colle à son projet royal, le gardien de l’Olympique de Marseille a hésité. Puis il a discuté avec Vincent Labrune, dont la verve a permis à l’OM de conserver le Fenomeno. Le souci pour le grand frère de Riffi et Parfait, c’est que le marché des gardiens est un marché particulier dans le monde du football. Portier, c’est un poste avec très peu d’opportunités. Les mouvements sont rares et encore plus dans le gratin européen où seul Manchester United, avec l’arrivée de De Gea à la place de Van der Sar, a réellement bougé. Il faut dire que les gardiens sont, en moyenne, les joueurs qui jouent le plus longtemps, et ça, l’emploi des séniors, ça vous flingue les chiffres du chômage pour les jeunes actifs. En somme, la rareté des postes à pourvoir pour les gardiens de but est assez semblable à celle des pilotes de Formule 1. Certains garçons sont des conducteurs hors pair, mais faute de place dans les meilleures écuries, un Jean-Eric Vergne atterrit chez Toro Rosso.

De plus, la valeur marchande du gardien est extrêmement difficile à évaluer. Si, évidemment, Mandanda et ses homologues évoluent au poste le plus exposé, il est quasiment impossible de les analyser comme on le fait avec les joueurs de champ, les attaquants en tête. De fait, leur valeur est relativement faible et on ne trouve pas la trace d’un gardien dans le top 50 des transferts les plus coûteux de l’histoire. Pourtant, des points, ils en rapportent. D’ailleurs, Chelsea s’en est bien rendu compte, puisque Courtois devrait être rapatrié sous peu. Et il se murmure que l’Atlético Madrid aurait un œil sur Mandanda. L’occasion de quitter enfin ce foutu rayon frais.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE