Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Leverkusen/PSG (0-4)
  4. // Notes

Veni, vidi, Verratti

Le petit hibou a été énorme face au Bayer Leverkusen. Facile, impressionnant, éloquent, utile, bref, Marco Verratti a calmé tout le monde. Y compris Frédéric de Saint-Sernin.

Modififié

Bayer Leverkusen


Leno (4) : match frustrant puisqu'il n'a quasiment aucun arrêt à faire et prend quand même quatre buts dans la face. S'interpose parfaitement devant Pastore (85'). Match de merde pour lui. Terriblement frustrant.

Hilbert (3,5) : un peu en retard sur certaines interventions – il revient de blessure –, le latéral droit laissait parfois traîner les crampons. Dommage, il était intéressant sur ses premières montées.

Toprak (3) : sauve les siens en prenant une frappe d'Ibra dans le buffet en début de match et puis c'est tout. Supposé être le maillon faible du back four, il a eu le mérite d'être moins dégueulasse que Spahić.

Spahić (0) : l'insulte facile avec Ibrahimović, du jeu aérien, de la lenteur, une faute ridicule sur Lavezzi dans la surface et puis le combo parfait « jaune + jaune = rouge » . Merci. Au revoir. Le boucher avait aiguisé ses couteaux. Il aura tenu une heure. Chapeau.

Guardado (3) : l'an dernier, il s'était fait casser les reins par Lucas avec la liquette de Valence sur le dos. Ce soir, il en a sauvé un. Pas suffisant pour en faire don à la médecine.

Rolfes (3) : Le capitaine a complètement explosé en première période. Tellement à la rue qu'il est resté aux vestiaires après la pause. Remplacé par Reinartz (5), auteur d'une bonne tête (76') et, globalement, d'une bonne mi-temps quand le PSG faisait une passe à dix.

Castro (3,5) : on attendait énormément de ses débordements et de son activité. On n'a rien vu. Rien entendu. On nous aurait menti...

Bender (3) : le jumeau de Sven, le milieu du Borussia, a été à l'image de ses deux compères du milieu de terrain : trop léger pour ce niveau. Ça allait trop vite pour lui. Après son match compliqué contre Schalke, ce week-end, il a du mal à remettre la machine en route.

Sam (3) : le futur joueur de Schalke n'a pas été fidèle à sa réputation. Bien pris par les latéraux parisiens, l'ailier a été sorti à l'heure de jeu pour laisser Wollscheid participer à la petite sauterie.

Kiessling (1) : Aucun rebond offensif, Dirk Nowitzky a raté son match dans la peinture. Entre ça et son absence au All-Star Game, le moral est au plus bas.

Son (2) : Son of anarchy. Pépite à Football Manager depuis trois piges, une coupe de cheveux hommage à Godefroy de Montmirail ou Jim Carrey dans Dumb and Dumber, le potentiel était là pour passer une bonne soirée avec le Sud-Coréen. Et puis plouf. 45 minutes de néant. Sorti à la pause par Hyypyä pour le jeune Brandt. Remuant et à revoir. Au Parc des Princes, par exemple.

PSG


Sirigu (6) : une parade sur une tête de Reinatrz au cœur de la seconde période, de l'autorité dans les airs – pour changer -, l'Italien au regard à la Terrence Hill n'a pas eu à dégainer ses pistolets. Pépère.

Van der Wiel (7) : le Batave a énormément pris son couloir, façon football total, pendant tout le match. Très propre défensivement, il a passé une soirée très correcte et confirme qu'il s'impose tranquillement comme une valeur sûre à son poste.

Alex (7,5) : Air Alex. Il est moche mais dans les airs, il est injouable. Le Tank a écœuré les rares offensives allemandes en plaçant son quintal sur toutes les trajectoires. Décidément le meilleur défenseur parisien depuis le mois d'août.

Thiago Silva (7) : Air Silva. Il a pris son repas sur le crâne de Kiessling. Entrée, plat, dessert et deux cafés. Quand il n'est pas dans la relance facile et l'anticipation jalousée, il peut se permettre des petites montées balle au pied. Cela dit, il commence à monter en puissance.


Maxwell (7) : depuis sa blessure aux côtes au cœur du mois de décembre, on attendait un vrai bon match du latéral gauche. C'était le cas, ce soir, avec des montées intéressantes (il est impliqué sur les deux derniers buts) et un travail défensif parfait. Maxwell n'a pas le coffre de Van der Wiel mais il gère mieux ses matchs. L'expérience, mon pote.

Thiago Motta (8) : la tour de contrôle. Il gère le trafic autour de lui. À toi. À moi. Par là. Pas par ici. Plutôt par là. Tiens, une ouverture. Ah, un double contact. Mizuno peut être fier de son unique représentant français. C'est un génie. Génie du mal et du bien. Le yin et le yang dans un corps de lâche. Dire qu'à son arrivée en France, d'aucuns le prenaient pour une machine à distribuer des coups… Aujourd'hui, le gaucher distribue surtout de l'Amour.

Verratti (9) : 21 ans, des joues roses, un short beaucoup trop grand et un talent exceptionnel. Passeur décisif sur l'ouverture du score, l'Italien a éclaboussé le match de son talent. Récupération, relance, humiliation, vice, tacle, Verratti a tout fait. Tout. Même rendu cette déclaration du Président de Rennes encore plus culte qu'elle ne l'était.

Vidéo
Matuidi (7,5) : buteur et averti dans la même minute, le Français va décidément trop vite pour le football moderne. Il était partout en début de rencontre, coupant énormément de lignes de passe. Toujours aussi précieux quand il se projette, c'est d'ailleurs lui qui donne le ballon de but au Z sur le troisième but. Un peu chaud dans les duels, il laisse Cabaye regoûter à la Ligue des champions en milieu de seconde période. Fair-play, l'ancien joueur de Newcastle a aidé Leno à faire son ménage en enlevant la toile dans l'une de ses lucarnes. Sa meilleure entrée depuis son arrivée en janvier.

Lucas (6,5) : sur certaines prises de balle et courses, on a retrouvé le Lucas qui avait détruit, à lui tout seul, le FC Valence en huitième de finale l'an dernier. On sent qu'il se passe quelque chose dans son cerveau depuis janvier. Le numéro 29 est plus intelligent, plus discipliné, plus tactique. Il a encore cette présence d'esprit en fin de match pour décaler Cabaye sur le dernier but. Un match qui va lui faire du bien, même s'il doit faire encore mieux.

Ibrahimović (8,5) : Un début de match bidon où il oscillait entre pertes de balle, mauvais choix et replacements minimalistes. Comme souvent dans ces cas-là, il termine le match avec une feuille de stats scandaleuse. Banco : doublé et impliqué sur les quatre buts. 10 buts en 6 matchs de Ligue des champions et une frappe de mule du gauche sur le troisième. Cet homme est un mutant et, pour une fois, il a sorti un gros match quand ça comptait pour de « vrai » .

Lavezzi (6) : remuant. L'Argentin provoque la faute de Spahić qui amène le penalty. En dehors de ça, il a beaucoup couru et varié ses appels. Une rencontre intéressante. Remplacé par Pastore, en visite Erasmus pour la soirée, qui rate un face-à-face avec le videur de la boîte locale en fin de soirée.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

il y a 5 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 62
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom