Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Quarts
  3. // Uruguay-France (0-2)

Varane, quatre ans après

Alors qu'il s’était fait postériser par Mats Hummels en quarts de finale de Coupe du monde 2014, Raphaël Varane tient sa revanche et a envoyé toutes les idées reçues sur sa fébrilité en équipe de France au fond des filets de Muslera. Alors, c'est qui le patron ?

Modififié
4 juillet 2014, Rio de Janeiro, 18h15 (heure française). La France est opposée à l’Allemagne pour une place en demi-finales du Mondial alors que le soleil atteint son zénith au Maracanã. À la douzième minute, Kroos se charge de botter avec précision un coup franc légèrement excentré sur la tête de Mats Hummels, qui domine littéralement le pauvre Raphaël Varane, en retard sur le défenseur allemand, et ouvre le score.


Ce n’est que le début du match, mais déjà la fin, tant les Bleus se montrent trop tendres devant la sérénité de l’Allemagne, laquelle fonce vers son quatrième sacre dans la plus belle des compétitions. À l’image extrême d’un Ginola en 1993, le jeune défenseur madrilène est le coupable idéal. Non pas pour son sélectionneur cette fois, mais plutôt au sein de l'opinion publique et des observateurs. Son inexpérience évidente est pointée du doigt.

La transformation


Après des années en dents de scie et des périodes de doute, la saison 2017-2018 semble être celle de la réelle maturité pour l’ancien Lensois, qui rend à Zidane la totale confiance qu'il lui a donnée depuis sa prise de fonction. Dans les rencontres charnières de Ligue des champions avec le Real, Varane n’apparaît plus comme le jeune padawan de Sergio Ramos, mais bien comme un vrai taulier de l’arrière-garde merengue.


Auteur de prestations XXL face au Bayern en demies et Liverpool en finale, il contribue largement au triplé du club espagnol en C1. C’est donc regonflé à bloc que Varane grimpe dans l’avion pour la Russie avec un statut de leader totalement assumé. Le numéro quatre des Bleus est transformé. Prises de parole régulières dans les vestiaires et devant la presse, ton décidé sans trop en faire... Cette confiance en soi se traduit par des performances plus que solides sur les trois premiers matchs de poule. À tel point que le capitaine officieux s'appelle bien Varane.

La consécration


Cependant ce n’est pas contre l’Australie ou le Pérou que Varane est attendu. Mais dans un match couperet, un quart de finale de Coupe du monde où les duels s’annoncent féroces. Face à la garra et le vice de Godín, Giménez ou encore Luis Suárez par exemple, qui ont pour habitude d'être assez mordants dans les duels. Mais ce Varane est un homme nouveau, un adulte mûr qui ne se laisse plus impressionner. Et qui est donc allé chasser ses vieux démons de juillet en caressant idéalement un bonbon de Griezmann dans le petit filet adverse, faisant sauter le verrou uruguayen à cinq minutes de la pause.


Certainement le but le plus important du Mondial pour les hommes de Deschamps. Varane peut désormais se regarder dans un miroir en apercevant son propre visage, et plus celui de Mats Hummels. Outre cet instant magique, le vice-capitaine des Bleus s'est en plus montré une nouvelle fois impérial dans son rôle, encourageant souvent par des applaudissements un Umtiti parfois hésitant. À l’inverse d’il y a quatre ans, c’est bien la France qui dicte le jeu sous l’impulsion de son leader et poursuit sa belle histoire à l’accent russe. Un taulier est né.

Par Salim Badiaga
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo

Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5