Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Saint-Étienne-Montpellier

Valentin Vada : « Si on réussit à piquer la troisième place à Lyon... »

Prêté par Bordeaux, où il ne jouait pas, à Saint-Étienne, Valentin Vada (23 ans) ne regrette évidemment pas d’avoir quitté pour quelques mois la Gironde. Les Verts rêvent d’une troisième place qu’ils espèrent piquer au rival lyonnais, et le milieu de terrain argentin savoure cette deuxième partie de saison. Avec, à chaque instant ou presque, une pensée pour son ami Emiliano Sala, disparu en janvier dernier.


Soyez franc : dans le vestiaire stéphanois, on parle beaucoup plus de la troisième place que de la quatrième, non ?
On joue contre Montpellier vendredi. Si on gagne, la quatrième place sera assurée et Saint-Étienne jouera la Ligue Europa. Donc, en ce moment, on parle de la quatrième place. Ensuite, on verra. Si Lyon remporte toutes ses rencontres jusqu’à la fin de la saison, ils seront devant nous. Après la trente-sixième journée, on parlera peut-être plus de la troisième place.


D’autant plus que si vous y parvenez, cela signifierait que Saint-Étienne est passé devant Lyon...
Cela ne fait pas longtemps que je suis ici, mais j’ai compris qu’il y avait une grosse rivalité entre les deux villes. Cela constitue donc une source de motivation supplémentaire.
« Ça peut devenir une saison exceptionnelle, car personne ne s’attendait à ce que l’ASSE soit à ce niveau. »
C’est sûr que si on arrive à piquer la troisième place à l’OL, ce serait une vraie performance. Saint-Étienne fait une très belle saison. Si on termine troisièmes et qu’on se qualifie pour la Ligue des champions, ce serait fantastique. Ça peut devenir une saison exceptionnelle, car personne ne s’attendait à ce que l’ASSE soit à ce niveau. Par rapport aux budgets et aux effectifs, notamment.

Vous êtes arrivé en cours de saison, lors du mercato hivernal. Mais c’est vraiment depuis le succès à Caen (0-5, le 16 mars), que Saint-Étienne est au taquet...
Cette victoire à Caen, c’est le match référence. Tout était presque parfait ce jour-là. On gagne, on joue bien, on étouffe notre adversaire. Depuis, nous avons pris seize points en six matchs. Il y a de la confiance au sein du groupe. Regardez notre dernier match à Monaco. Pendant toute la première mi-temps, on est nuls. Le coach a parlé, il a changé de système, et finalement, on gagne. C’est vrai que depuis deux mois, tout va bien.

Puisque vous évoquez Jean-Louis Gasset, dites-nous en un peu plus...
Comme je ne jouais pas à Bordeaux, j’estimais qu’il fallait partir. J’en avais besoin. Je devais être prêté dans un club italien. Mais j’ai eu un appel du coach et ça m’a décidé à changer d’avis au dernier moment. Je ne le regrette pas. J’ai découvert un entraîneur exceptionnel. Et quelqu’un qui a de grandes qualités humaines. Quand un joueur ne va pas bien, a des problèmes, il lui parle, le réconforte. C’est aussi quelqu’un qui ne se cache pas pour dire les choses. Ce qu’il y a de bien aussi, c’est qu’on travaille dans une très bonne ambiance. Ça bosse, mais ça rigole aussi.

« À Bordeaux, je ne jouais pas, car il y avait des gens qui ne voulaient pas que je joue. »
Parlons de Bordeaux. Vous n’aviez participé qu’à deux matchs en Ligue 1 cette saison avant d’être prêté à Saint-Étienne...
(Il coupe.) Il fallait que j’aille ailleurs. Bordeaux, c’est mon club de cœur, auquel je dois énormément. Mais je ne pouvais plus rester dans cette situation. Je ne jouais pas, car il y avait des gens qui ne voulaient pas que je joue, que je montre de quoi je suis capable. Je ne citerai pas de noms.


C’était dans le cercle des dirigeants ?

Non, non. Dans le domaine technique. De toute manière, Bordeaux vit une saison assez mouvementée. Il y a eu des changements d’entraîneurs, l’arrivée d’une nouvelle direction... Je sais que ça va bouger la saison prochaine. Bordeaux est un grand club, avec des ambitions. En ce qui me concerne, je suis sous contrat jusqu’au 30 juin 2020. Je vais donc retourner à Bordeaux à la fin de la saison. La suite ? Je ne sais pas encore, on verra bien...

À Bordeaux, vous avez côtoyé votre compatriote Emiliano Sala, décédé tragiquement en janvier dernier...
C’était mon ami, mon frère.
« Emiliano (Sala) était mon ami, mon frère. Je pense à lui tous les jours. Je regarde ses photos... »
Je pense à lui tous les jours. Je regarde ses photos... C’est toujours très difficile d’en parler. Et ça sera toujours difficile. Emiliano était plus âgé que moi. C’était quelqu’un de bien, un vrai battant, un amoureux du football. Il me disait toujours qu’il fallait s’accrocher, tout faire pour gagner sa place. Comme il n’avait pas un gros temps de jeu à Bordeaux, il est parti à Niort, à Orléans, à Caen pour montrer ce qu’il savait faire. Et c’est à Nantes qu’il a vraiment eu sa chance. Pour moi, c’est un exemple.

L’Argentine, depuis sa Coupe du monde décevante, a beaucoup changé. À l’approche de la Copa América, croyez-vous qu’elle puisse y jouer un rôle majeur ?
Même si certains grands joueurs n’ont plus été appelés depuis la Coupe du monde, il y a encore de la qualité. Le coach a fait des choix. Lionel Messi a décidé de revenir en sélection en mars dernier (1-3 face au Venezuela, N.D.L.R). Ce serait extraordinaire qu’un joueur de cette dimension remporte enfin un titre avec son pays. Je pense qu’il le mérite. L’Argentine est une équipe en reconstruction, avec beaucoup de jeunes joueurs qu’on ne connaît pas très bien, mais qui ont un gros potentiel. La Copa América aura lieu au Brésil, et c’est le Brésil le favori. Mais je pense que l’Argentine peut aller loin.

L’Albiceleste, vous y pensez ?
Bien sûr. C’est un objectif. Quand je serai un joueur plus affirmé, je ferai tout pour saisir ma chance...

Propos recueillis par Alexis Billebault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible

il y a 24 minutes Le récap de la #SOFOOTLIGUE il y a 1 heure QSI dans la short-list pour racheter Leeds 26
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
il y a 6 heures Offre spéciale : abonne-toi à SO FOOT à partir de 13 euros ! 1