Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Liverpool-Barça (4-0)

Une remontada comme une autre

Après Rome la saison dernière, le Barça a été victime d'une nouvelle remontada ce mardi à Anfield (4-0) après avoir largement remporté le match aller à la maison (3-0). Plus que jamais, ce terme popularisé le soir de l'humiliation du PSG au Camp Nou en mars 2017 a pris une nouvelle ampleur dans le football actuel, au point de rendre l'impossible possible à tous les coups.

Modififié
Qui pouvait bien croire que la soirée du 8 mars 2017 allait donner naissance à une mode improbable dans le monde du foot ? Ce soir-là, le Paris Saint-Germain se ramène au Camp Nou pour retrouver le FC Barcelone et valider son ticket pour les quarts de finale de la Ligue des champions après avoir cartonné le club catalan à l’aller trois semaines plus tôt (4-0). Si quelques médias espagnols ont fait monter la sauce avant la rencontre, tout le monde (ou presque) en France n’imagine même pas une seconde un retournement de situation. Et pourtant. La suite, aucun amateur de ballon rond ne l’a oubliée : dans les ultimes minutes, le bout du pied de Sergi Roberto est venu crucifier Paris (6-1) et le terme « remontada » a pris vie. Un exploit ? Oui, évidemment. Sauf que personne n’avait prévu que cette folie pure devienne une habitude en à peine deux ans sur la planète C1.

Personne n'est à l'abri


Le mot hispanique a envahi toutes les têtes. Toutes. Tout au long de cette saison, les couacs du PSG se présentaient toujours comme une bonne occasion pour rappeler les dégâts causés par le cauchemar du Camp Nou. Sauf que depuis cette soirée tragique pour le club de la capitale, l’Europe a pu constater que ce phénomène ne touchait pas seulement les Parisiens. En fait, qui peut vraiment être à l’abri d’une remontada ? Pas besoin d’aller chercher très loin pour trouver la réponse, il suffisait de se poser dans son canapé ce mardi soir pour être témoin du retour dingo de Liverpool contre le Barça (4-0), une semaine après avoir terminé le nez dans le gazon à Barcelone (3-0). Donc non, personne n’est à l’abri. Même pas l’incontestable champion d’Espagne. Même pas l’équipe dans laquelle joue Lionel Messi. Même pas le club qui a lancé cette mode en humiliant Paris, victime de cette épidémie pour la deuxième fois en treize mois, après son élimination en quarts de finale contre la Roma la saison dernière (4-1, 0-3).


La logique n’existe plus, peu importe le niveau, peu importe le tour de la compétition. Chaque confrontation aller-retour est devenue un frisson, et ce même si les forces en présence ne sont pas celles attendues.
Dans les prochains mois, à la prochaine édition de la Ligue des champions, plus personne ne se demandera s’il est possible pour une équipe d’en renverser une autre après avoir pris une branlée à l’aller.
Dans les prochains mois, à la prochaine édition de la Ligue des champions, plus personne ne se demandera s’il est possible pour une équipe d’en renverser une autre après avoir pris une branlée à l’aller. Cet exploit de Liverpool – car ça en reste un – à Anfield a un peu plus renforcé la mode, il lui a donné de la consistance, il a encore fait entrer le phénomène dans une nouvelle dimension. Le retour de Manchester United à Paris ? Fort. La remontée de la Juventus contre l'Atlético de Madrid avec un triplé de CR7 ? Très fort, mais terriblement attendu. Le renversement du Real Madrid par l'Ajax à Bernabéu ? Exceptionnel, mais différent. Ce mardi soir, c'était une demi-finale de C1, un niveau encore au-dessus. Et cette remontada a peut-être donné un nouveau statut au Barça sur la scène européenne : celui du loser.

La bascule psychologique


Il va falloir que les hommes d'Ernesto Valverde – qui ne devrait plus rester très longtemps sur le banc catalan – se remettent d'une telle claque. Pour la deuxième fois. En quelque sorte, le Barça a été victime du monstre qu'il a lui-même créé (avec le PSG) ce soir de mars 2017. L'ironie du sort est terrible et elle met en évidence une nouvelle approche psychologique dans les matchs à élimination directe en Ligue des champions (et même ailleurs). À quel point un score fleuve au match aller est un avantage pour le vainqueur ? Le rapport de force est-il vraiment si déséquilibré ? La mission remontée est-elle vraiment de l'ordre de l'impossible ? Plus maintenant, la donne a changé. L'équipe balayée dans une première manche peut adopter une nouvelle mentalité, une nouvelle philosophie, celle qui dit que tout est possible.


Jürgen Klopp avait d'ailleurs parlé dans ce sens au micro de Sky Sports avant la réception de Barcelone : « J’ai déjà connu ce genre de matchs plusieurs fois. Pour moi, ce n’est pas juste avant la rencontre que vous vous dites : "Je crois qu’on peut le faire." Je suis sûr que nous pouvons le faire et je ne pense pas qu’on ait plus de chances ou moins de chances de le faire. Nous avons besoin que les choses soient en notre faveur. » Pas besoin d'en dire plus pour créer une bascule psychologique. Pendant que le vaincu se dope à la confiance et à l'optimisme, le vainqueur se prépare à gérer son avantage dans un nouveau climat, dans une peur inconsciente et en gardant dans un coin de sa tête qu'un retour humiliant n'est pas inimaginable. Et maintenant, à qui le tour ?

Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:25 Griezmann fustige l'homophobie en une de Têtu 240