Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3J
  3. // Groupe C
  4. // Anderlecht/PSG (0-5)

Une raclée pour le PSG, une fois

Sans souci et en donnant beaucoup de plaisir, le PSG s'est amusé ce soir à Anderlecht (5-0). Zlatan, serein, a planté un quadruplé dont deux buts complètement fous. Ce type vient d'une autre planète.

Modififié

Anderlecht - Paris S-G
(0-5)
Ibrahimović (15'), Ibrahimović (21'), Ibrahimović (36'), E. Cavani (54'), Ibrahimović (63') pour Paris S-G.


Il y a des rencontres comme ça où tout doit paraître évident, voire facile. La forme des deux équipes dans leurs championnats respectifs un peu, l'écart entre les deux onze de départ surtout. Ces rencontres-là, le PSG canal historique savait avec talent les louper dans les grandes largeurs. L'an dernier, celui d'Ancelotti, déjà très costaud, mais sans doute par respect de la mémoire collective, ne se privait pas d'un petit match pris à la légère à Auguste-Delaune, Marcel-Picot ou Auguste-Bonal. Avec Laurent Blanc, les choses donnent l'air d'avoir définitivement changé. Ce soir, en rendant visite au Royal Sporting Club Anderlecht dans le stade Constant Vanden Stock, les joueurs ont terminé tranquillement l'entraînement commencé samedi dernier au Parc contre Bastia et l'ont emporté 5-0.

N'Sakala fout mal

Dès les premières minutes, le PSG monopolise la balle alors qu'Anderlecht attend sagement de pouvoir placer des petits contres. Prévisible, l'histoire de la rencontre est écrite, même si Mitrović et Suárez, de la tête et d'une frappe lointaine, veulent nous persuader du contraire. Preuve que l'histoire se répète rarement deux fois, après son brillant premier quart d'heure samedi dernier contre Bastia, Ibrahimović vendange une première opportunité face à Kaminsky. Mais pas la deuxième. Bien servi sur un centre à ras de terre de Van der Wiel, le Suédois ouvre le score face au but vide. Quelques minutes plus tard, les deux Parisiens remettent ça avec une facilité qui en devient gênante. Le scénario est le même, seule la finition change. Cette fois, Zlatan se permet de marquer à l'aide d'une madjer qui passe presque inaperçue. Pour info, l'arrière gauche d'Anderlecht se nomme Fabrice N'Sakala. L'année dernière, il évoluait sous les ordres de Jean-Marc Furlan et donc, vous l'aurez compris, à Troyes. Ceci expliquant peut-être cela. Sans doute pas encore rassasié, Zlatan décide d'en faire encore un peu plus. Il reprend un ballon mal dégagé par la défense belge dans l'axe, aux trente mètres, après quelques rebonds, et nettoie la lunette du but adverse. Un deuxième chef-d'œuvre pour lui.

Zlatan, par quatre fois

Il fallait bien un signe de relâchement. Il arrive à la 48e minute, lorsque Sirigu, à la recherche de Marquinhos sur une relance au pied, trouve Gillet. Sans conséquence. Quelques minutes plus tard, en revanche, lorsque le pauvre Mbemba glisse à l'approche de sa surface et offre à Cavani un caviar pour se montrer un peu, l'Uruguayen ne se fait pas prier et exécute froidement Kaminsky. Presque en marchant. 4-0. Puis cinq lorsque Ibrahimović, bien lancé en profondeur par Motta, croise sa frappe dans la surface et score une nouvelle fois. Dennis Praet, la pépite belge, sort du terrain déçu. On le comprend, à même pas vingt ans, il vient sans doute de prendre la plus méchante fessée de sa carrière. Peut-être un mal pour un bien finalement. Parce que Sirigu s'ennuie, il s'incruste à la fête en détournant superbement une frappe de Gillet contrée par Camara. La rencontre peut alors se terminer avec un coup de sifflet final qui ravit tout le monde.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 59 minutes Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 8 il y a 1 heure Infantino contre les matchs de Liga aux USA 11 il y a 33 minutes GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7 Hier à 12:40 Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 12 Hier à 12:10 Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico