Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // International – Barrages Coupe du monde 2014

Une option pour la Grèce, l’Islande toujours en course

On attendait un match fermé entre la Grèce et la Roumanie, on attendait une rencontre un peu fofolle entre l’Islande et la Croatie, c’est finalement tout l’inverse qui s’est produit. La faute à une Croatie sans génie, à des Islandais courageux, à des Grecs enfin inspirés offensivement et à des Roumains au bord de la dérive.

Modififié

Islande – Croatie : 0-0

« Vous allez voir le vrai visage de la Croatie » , avait promis cette semaine le nouveau sélectionneur de l’équipe à damier, Niko Kovač, anciennement en charge des U21 et qui a remplacé en urgence Igor Štimac, débarqué il y a un mois pour une série de mauvais résultats et une vilaine entente avec certains cadres de l’effectif. Il peut légitimement se montrer déçu de la prestation de ses ouailles, incapables de marquer un but lors de ce premier match disputé dans le froid à Reykjavik, face à des locaux courageux, mais limités. La partie démarrait pourtant sur un gros rythme, Modrić se mettant tout de suite en évidence, avec une réponse immédiate du camp d’en face par Finnbogason. Généreux en attaque, les Islandais se sont en revanche trouvés vite en difficulté défensivement, notamment côté droit avec le dénommé Ólafur Skúlason, méchamment bougé par Ivan Perišić, le joueur croate le plus dangereux ce soir. Ouverte et parfois plaisante (pas toujours quand même…) malgré l’absence de franches occasions, la rencontre aurait pu basculer en début de seconde période en faveur des visiteurs, l’Islande se trouvant confrontée à un double problème : la sortie sur blessure de Sigthórsson tout d’abord, touché lors d’un duel juste avant la pause avec Modrić, puis l’expulsion du fameux Skúlason, sanctionné pour avoir bousculé Perišić en position de dernier défenseur à l’entrée de la surface. On jouait alors la 50e minute de jeu et il semblait probable que la Croatie allait pouvoir profiter de son avantage numérique pour ouvrir la marque. Il n’en a rien été : ni Rakitić, ni Olić, entré en cours de match, ni Mandžukić ne sont parvenus à tromper la vigilance du gardien Halldórsson, tandis qu’Eduardo s’est montré bien trop discret. Le plus sollicité sur le terrain ce soir a finalement été l’arbitre, qui a dû beaucoup user de son sifflet au cours de ces 90 minutes disputées avec un maximum d’engagement. La seule occasion islandaise en seconde période a été un coup franc sauvé sur sa ligne par Šimunić.

Avant cette rencontre, le sélectionneur viking Lars Lagerbäck donnait aux siens entre 30 et 40 % de chances de se qualifier. Il peut garder son estimation d’ici le match retour : la Croatie reste clairement favorite, mais va devoir faire preuve de plus d’envie et de génie pour voir le Brésil et satisfaire complètement le nouveau sélectionneur, qui a dit lors de sa nomination vouloir « voir des étincelles dans les yeux de (ses) joueurs » .

Grèce – Roumanie : 3-1

Buts : Mitroglou (14e et 66e) et Salpingidis (20e) pour la Grèce, Stancu (19e) pour la Roumanie


L’autre match de la soirée entre maillots bleus et maillots jaunes a tourné à l’avantage des Bleus de Grèce, qui ont largement été à la hauteur du rendez-vous. On disait cette équipe timorée offensivement, s’appuyant surtout sur sa discipline défensive pour obtenir des résultats. Elle a pourtant montré un excellent visage devant son public, avec un jeu plaisant, pas mal de jolis mouvements et trois buts à la clé contre un pour la Roumanie. Le score aurait même pu être beaucoup plus large, Katsouranis, Mitroglou, Gekas et Samaras étant tout proches d’alourdir la marque dans la dernière demi-heure de jeu. Redoutable avec son club de l’Olympiakos cette saison, Konstantinos Mitroglou a cette fois répondu présent en sélection en signant un doublé, alors que Dimitris Salpingidis avait permis de tout de suite reprendre l’avantage après l’égalisation roumaine par Stancu de la tête. Le trident offensif grec composé de « bulldozer » Mitroglou, de « boule de nerf » Salpingidis et de « Jésus » Samaras n’est clairement pas le plus classe d’Europe, mais franchement il fait plaisir. En face, la Roumanie a en revanche beaucoup déçu face à un adversaire qui lui avait plutôt bien réussi par le passé. La dernière confrontation entre les deux nations, disputée il y a deux ans jour pour jour en amical, s’était d’ailleurs soldée par une victoire roumaine 3-1. À sa décharge, le sélectionneur Victor Pițurcă a dû composer ce soir avec les absences sur blessure de son habituel portier titulaire Ciprian Tatarusanu, de son meilleur défenseur Vlad Chiriches et du milieu du Steaua Mihai Pintilii. Dommage aussi d’avoir laissé sur le banc Claudiu Keserü, qui va peut-être se voir offrir une chance lors du match retour, où il faudra que les Roumains marquent au moins deux buts à la Grèce pour renverser une situation bien mal embarquée…

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 18 minutes Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE