Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Mais qu'est-ce qu'ils foutent
  2. // Cédric Mouret

Une histoire de chasubles

Après une vie de remplaçant avec une C3 face à Parme en point d'orgue, Cédric Mouret a décidé de fabriquer ce qu'il a souvent porté : des chasubles.

Modififié
Quand on lui demande ce qu'il ressent de ne pas avoir planté le moindre but en Ligue 1, lui l'ancien attaquant de Cannes puis de l'OM, Cédric Mouret reprend de volée : « J'ai marqué deux buts à Nancy, notamment lors d'un derby contre Metz. Je suis le dernier Nancéien à avoir marqué au Stade St-Symphorien. Un journaliste d'une radio locale m'a appelé avant le derby cette saison. » Quinze ans après son exploit, l'Avignonnais ne sévit plus dans le foot, il fait du business et a monté sa propre structure, Xenium Diffusion. « C'est un showroom où je travaille avec des collectivités et clubs sportifs, on peut toucher tous les sports, même si c'est essentiellement dans le ballon parce que c'est là que j'ai fait mon trou et que j'ai mes relations. On a un magasin basé à Carpentras, qui s'appelle Xenium, et moi je suis sur la route sur tous les secteurs de la région PACA. » Ses produits ? Un peu de tout, du petit matériel comme plots et chasubles, jusqu'à des maillots sublimes et « même des caleçons » produits dans une usine en Tunisie. S'il ne compte pas ses heures, le jeune entrepreneur se régale et ne regrette pas le monde du football, pour lequel il estime avoir été trop gentil et s'être trop souvent laissé dicter sa conduite. Comme à l'hiver 1998 : « Le 30 janvier, mon agent Henri Zambelli me dit : "Demain, on va à Bordeaux, tu signes 4 ans." Le lendemain, le président de Cannes m'appelle : "Ok si tu veux partir, mais tu vas à Marseille." Finalement, je suis allé à l'OM. » Un club où il va « se régaler  » sous les ordres de Rolland Courbis et aux côtés de Laurent Blanc, Christophe Dugarry et consorts.

L'arbre Buffon et caleçons Dream Bigger


Mais pourri par les blessures, l'international espoir ne fait que de la figuration, avec en point d'orgue la finale de la Coupe UEFA 1999 contre Parme : « c'était un souvenir énorme de voir Thuram, Buffon ou Boghossian dans le tunnel. J'étais impressionné, comme un gamin qui en prenait plein les yeux. » L'OM aussi en prend plein la gueule et repart avec une défaite 3-0. Malgré les suspicions de dopage des Italiens, Mouret se veut bon joueur : « C'est vrai que quand on les voyait arriver, c'était des Golgoths, Buffon c'était un arbre, mais je ne dis pas que c'est à cause des piqûres hein ? » Après ce sommet de Loujniki, « dommage le stade était un peu vide et il faisait froid » , la carrière de l'Avignonnais bat de l'aile, notamment parce que son corps ne suit pas. « Quand je me blessais, c'était jamais à moitié, toujours un truc sérieux genre les croisés, avec des complications. » Mais alors qu'il a l'opportunité de se relancer, Mouret se laisse une nouvelle fois imposer un choix qui n'est pas le sien par Stéphane Courbis, fils de, devenu son agent lors de son passage à Marseille. «  L'OM devait me prolonger et me prêter à Lorient, mais il me fait résilier en disant que je vais ainsi signer définitivement à Bordeaux ou Montpellier. J'ai fini à Istres en Ligue 2. » Aujourd'hui, il est redevenu son propre patron et s'avance avec confiance car « (s)on père (lui) dit souvent que ce que le football (lui) a pris comme joueur, il va le (lui) rendre comme homme » . Dégoûté par le milieu à l'arrêt de sa carrière, Mouret est désormais réconcilié, et joue avec les anciens de l'AS Cannes ou de Marseille. « J'ai revu Laurent Blanc à Montpellier il y a deux ans, il se souvenait de nos années à l'OM comme si c'était hier. » Si la clientèle de Xenium est actuellement dans le monde amateur, il ouvre donc la porte aux écuries pro. Jusqu'à aller vendre des caleçons sublimes avec la mention « Dream Bigger » au PSG ? « Ce serait costaud, un aboutissement et une belle histoire (rires), avoir le même caleçon, cela renforce l'esprit d'équipe. » Une nouvelle piste pour gagner une Coupe d'Europe.


Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75