Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 8e journée

Une échappée déjà gagnante ?

Paris, Monaco et Marseille sont déjà devant. Après huit journées, le futur podium se dessine déjà. Derrière, on commence à perdre l’OL et Saint-Étienne. Salement.

Modififié
- Reims, ça pétille

Lille et Lyon sont déjà tombés contre Reims, Monaco vient de se faire esquinter contre l’escouade drivée par Hubert Fournier (1-1). Les hommes de Claudio Ranieri reviennent de Champagne avec un point, mais une sacrée frayeur. Par deux fois, les Rémois ont déglingué les montants de Danijel Subašić. C’est dire la folie qui régnait sur le pré d’Auguste-Delaune où Devaux, Ayité, Fortes and co ont livré la plus belle des publicités pour la Ligue 1. Un championnat décidément complexe, physique, où même un Falcao peut être parfaitement serré par un Tacalfred tout en dreadlocks. C’est fou, c’est beau, c’est n’importe quoi, mais on aime tellement ça.

- Vous avez raté Saint-Étienne – Bastia (et vous n'auriez pas dû)

Un but dans les arrêts de jeu de François Modesto, deux mètres hors-jeu, et le Saint-Étienne-Bastia prend une toute autre forme. Menés 2 à 0 jusqu’à la 85e, les Corses n’en mènent pas large dans un chaudron flambant neuf (inauguration du kop Sud). Pis, les Stéphanois étaient à un gant de Mickaël Landreau d’en planter un troisième à cinq minutes de la fin. Et derrière, sur une galette de Palmieri, Bruno nettoie les ficelles de Ruffier. Bastia sauve l’honneur avant de braquer le point du match nul sur une nouvelle offrande de Palmieri pour Modesto. Dépassés à Monaco la journée d’avant (0-3), les Corses se sont bien repris. Pour les Verts, par contre, ça devient compliqué avec un seul point pris en trois rencontres. Comme quoi, sans Brandão, c’est compliqué. Qui aurait pensé dire ça un jour ?

- L’analyse définitive du week-end

Lopes, Zeffane, Umititi, Gonalons, Grenier, Fekir titulaires. Ferri, Benzia et Malbranque qui entrent. Contre Lille, le centre de formation de l’OL occupait la moitié de l’effectif de Rémi Garde. Un gage de qualité ? Même pas, puisque les Lyonnais ont bu la tasse pendant 90 minutes. Obligés de faire des économies drastiques depuis deux ans, les Rhodaniens se retrouvent dans l’obligation de lancer des jeunes, des jeunes, et encore des jeunes (sauf pour Malbranque, un ancien jeune). Moralité, on ne comprend plus rien. On découvre une nouvelle pépite, ou présentée comme, chaque semaine, mais aucune ne perce. Le modèle lyonnais, longtemps prisé par tous les clubs de Ligue 1, est en train de s'essouffler. Jean-Michel Aulas s‘en cogne, il a découvert Twitter.

- La polémique de la machine à café

Quelque part au siège de l’arbitrage français :

« T’as vu la main d’Étienne Didot en première période au Parc des Princes ? C’est penalty. »
« Bah non, la main est involontaire, il n’y a aucun geste intentionnel, la balle lui tombe dessus.  »
« Dans ce cas-là, pourquoi le Corse Gonçalves est expulsé contre Montpellier ? La balle arrive involontairement sur sa main, aussi. Derrière, il y a rouge et penalty. »
« T’es sûr ? C’est quoi la règle, en fait ?  »
« J’en sais rien. T’as demandé au chef ? »
« Il dit qu’il en sait rien. Tu sais quoi, on va laisser pisser. On va encore passer entre les gouttes. »

- Le Top 5

- Filip Djordjevic (Nantes). Quand il ne colle pas des reprises de volée dans les mâchoires de ses coéquipiers, le Serbe enfile des buts. À Rennes, c’est lui qui ouvre le score. Le début de la démonstration des Jaunes.
- Clément Chantôme (Toulouse). Une semaine après la standing ovation réservée à Mamadou Sakho, le Parc des Princes a poursuivi son jubilé de l’émotion avec le retour de « Biactol » au stade de la Porte de Saint-Cloud. C’était beau.
- Christian Brüls (Nice). Déjà trois passes dé pour le Belge. Trois fois pour Dario Cvitanich. La dernière, c’était contre Guingamp pour le but de la victoire. Ça pue le gros coup.
- Mathieu Valbuena (Marseille). Le meilleur joueur offensif français continue d’écœurer tout le monde. Un caramel sur coup franc pour gifler Fabien Audard. On appelle ça une revanche. Mais celle-là, elle ramène trois points.
- Roy Contout (Sochaux). L’an dernier, le Sochalien s’était payé Thiago Silva au sprint. Cette saison, il a sorti un gros match. Le premier d’Omar Daf sur le banc en tant qu’intérimaire. Au final, ça fait 2-0 pour les Lionceaux.

- Le geste : la menace de mort de Zlatan

Sur son match, difficile de sortir quelque chose de sexy tant le Suédois n’était pas dans le bon tempo. Par contre, niveau folie, le Z était dans son match. Un tampon dans le dos de la part d’Aguilar et le Suédois pleure au sol. La suite ? Une séance déjà culte. Vénère, le Z mime un flingue avec ses doigts en direction du banc toulousain au moment de son remplacement. Quelque part sur la touche, Jonathan Zébina, connu pour avoir déjà servi de punching-ball au Suédois du temps de la Juventus, a tenu à régler ses comptes avec le numéro 10 parisien. Il va prendre des insultes au visage en retour. Pour le fun.

- Ils l’ont dit (et ils auraient peut-être pas dû)

« Vous le connaissez, il est certainement très gentil en dehors, mais, sur le terrain, c’est un méchant. » Ayen Abdennour à propos de Zlatan Ibrahimović.

« L'OL n'est pas non plus obligé de régaler sans arrêt. » Rémi Garde. Prise de risque maximale.

- Le tweet

Jean-Michel Aulas en mode autosatisfaction pendant que son équipe avance au ralenti. Cet homme a inspiré le personnage de Kevin Spacey dans House of cards.



- La statistique

Daniel Sanchez a disputé 100 matchs de Ligue 1 sur un banc de touche. Il en a perdu 50. Ratio de bonhomme.

- Et sinon…

- Marquinhos, 4 matchs, 2 buts au PSG. Lucas, 22 matchs, 1 but.
- Personne ne connaît vraiment le nombre de points du FC Nantes.
- Lucas Deaux a inventé le concept de la passe décisive à soi-même.
- Ni Falcao ni Rivière n’ont marqué pour l’AS Monaco. Miracle.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 09:25 Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27 Hier à 08:54 Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28