Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end étrange en Europe

Le Real Madrid n'est plus capable de gagner un match, un quasi-inconnu est co-meilleur buteur de Bundesliga et la Juventus n'a pas gagné à l'Allianz Stadium. Oui, le football européen est entré dans sa Twilight zone et personne ne risque de s'en plaindre.

Modififié

L'équipe du week-end : Inter


Dans le manuel du parfait jouisseur, il va sans dire que marquer un but dans un derby figurerait parmi les commandements de base. Mais comme Mauro Icardi est un épicurien total, l'Argentin a décidé de planter un pion à la 92e minute face au Milan ce dimanche soir. Une banderille qui a permis aux siens de l'emporter par la plus petite des marges, mais surtout de se délecter des espoirs soudainement anéantis du rival rossonero, qui s'était jusqu'ici battu comme un chien pour prendre un point à Giuseppe-Meazza. Une moitié de Milan chiale, l'autre se marre à n'en plus pouvoir et Icardi, lui, sourit.



Le gros bide du week-end : Real Madrid


La planète entière se demande ce qui est arrivé aux super héros madrilènes, ceux qui viennent d'enquiller trois C1 de suite. En tout cas, pas besoin d'avoir les super sens de Daredevil pour sentir que ça commence à puer pour Julen Lopetegui. Rafael Varane, lui, a prouvé qu'on pouvait parfaitement se mettre Mario Mandzukić dans la poche en finale de Coupe du monde, avant de se faire manger par José Luis Morales, l'attaquant de Levante, quelques mois plus tard. Résultat : les Madrilènes se sont inclinés deux buts à un face à leur adversaire du soir. À peu près aussi improbable que de voir les Avengers se faire tarter par les Tortues Ninjas, un crossover que le monde entier ne désespère pas de voir un jour arriver dans les salles de cinéma.



La déclaration du week-end : Adil Rami


Alors que Pamela Anderson, participante à l'émission Danse avec les Stars, émoustille depuis plusieurs semaines cette frange non négligeable de Français qui préfère regarder danser Vincent Moscato et Candice Pascal le samedi soir plutôt que le Multiplex Ligue 1, Adil Rami a tenu à faire passer un message vidéo à sa chère et tendre pendant l'émission : « C'est gracieux, c'est beau, elle a tout... Elle est "funny", vous la connaissiez pas comme ça, mais elle adore rigoler, faire des blagues... Ce qu'elle aime c'est s'envoler, s'exprimer, danser, être libre. » Ceux qui ont un cœur auront déjà sorti les mouchoirs. Les autres seront priés de se taire. Si vous n'aimez pas l'amour, n'en dégoûtez pas les autres.



Le but du week-end : Paco Alcácer


Ce samedi 20 octobre, alors que tu profitais naturellement du soleil de l'après-midi comme toute personne à peu près normalement constituée, tu as reçu un message de Jean-Eudes, le seul de tes potes footeux qui a fait allemand LV1 et qui part presque tous les étés en Bavière avec sa meuf. La prose est brève, mais explicite : « Putain, mais t'as vu le but de Paco Alcácer ?? » Intrigué, tu es rentré chez toi, pour tenter de résoudre ce mystère footballistique et tu l'as vu, ce but de Paco Alcácer. Un lob sublime face à Stuttgart, que le petit Espagnol a inscrit en profitant d'une bavure monumentale de Benjamin Pavard. Alors tu t'es rappelé que la Bundesliga était quand même un chouette championnat et tu t'es promis de regarder Mönchengladbach-FSV Mayence le lendemain. Mais finalement, ce dimanche, tu t'es seulement maté Sainté-Rennes, comme tout le monde. De toute façon, l'été, toi, tu pars en Bretagne.



Le joueur du week-end : Luka Jović


D'ailleurs, cette petite mésaventure t'a aussi fait te souvenir de ta soirée du vendredi 19 octobre. Alors que tu profitais naturellement de ton week-end naissant pour descendre quelques bières comme toute personne à peu près normalement constituée, tu avais aussi reçu un message de Jean-Eudes, le seul de tes potes footeux qui a fait allemand en LV1 et qui part presque tous les étés en Bavière avec sa meuf. La prose est brève, mais parfaitement explicite : « Putain, mais t'as vu ce qu'a fait Luka Jović ? » Intrigué, tu es rentré chez toi, pour tenter de résoudre ce mystère footballistique et tu l'as vu, ce quintuplé taré que l'attaquant serbe de l'Eintracht Francfort a inscrit face au Fortuna Düsseldorf. Puis, tu t'es rappelé que tu ne savais situer ni Francfort ni Düsseldorf sur une carte, que tu ne savais pas vraiment qui était ce Luka Jović cinq minutes avant, et que le vrai frisson de la soirée, c'était quand même la victoire d'Ajaccio face au Havre, le sommet très épicé de notre Domino's Ligue 2 bien de chez nous.



Vous avez raté Frosinone-Empoli (3-3) et vous n'auriez pas dû


Pour avancer dans la vie, il faut parfois savoir se poser les bonnes questions. Pourquoi regarder un énième Chelsea-Manchester ou Inter-AC Milan quand on peut goûter à la fraîcheur d'un Frosinone-Empoli, qui oppose deux mal classés de la Serie A ? La réponse est venue à 12h30 ce dimanche : des buts contre son camp, des pions un peu moches, mais aussi un soleil d'été, le joli maillot azzurro d'Empoli et six banderilles inscrites, dont une sublime reprise de volée de Salih Uçan, le milieu toscan, qui égalise avec la manière en fin de rencontre. Alors, elle est pas belle la vie ?

Vidéo


Et sinon :


Rien n'est plus emmerdant que la perfection et ça, la Juventus l'a bien compris. Après dix victoires en dix matchs toutes compétitions confondues, la Vieille Dame a décidé de tacher sa chemise jusqu'ici impeccable en concédant le nul face au Genoa. Et a ainsi eu le bon goût de préserver ne serait ce qu'un tout petit peu de suspense en Serie A.


Uli Hoeness a décidé de taper sur Juan Bernat et c'est pas joli à voir : «  Quand nous avons rencontré Séville en Ligue des champions en quarts de finale, nous avons failli être éliminés et Bernat en était le seul responsable (le Bayern avait fait 0-0 au retour après l’avoir emporté 2-1 en Espagne, N.D.L.R.). Ce jour-là, nous avons décidé de le vendre. » Ouch.

Le Barça a dominé Séville (4-2), mais a perdu Messi, qui souffre d'une fracture du bras et sera absent pendant près d'un mois. Juste avant d'affronter l'Inter en C1 et le Real en Liga la semaine prochaine. Comment dit-on poissard en catalan déjà ?



Chelsea a égalisé à la dernière seconde du choc qui opposait les Blues à Manchester United et José Mourinho l'a plutôt bien vécu. Nan, on déconne. Le Mou a essayé de s'empoigner avec un adjoint particulièrement chambreur de Maurizio Sarri. Fallait pas le chauffer.


La Roma a fait honneur à sa réputation d'équipe schizo en s'inclinant deux à zéro à l'Olimpico face à la SPAL. Le tout en étant en supériorité numérique dans le dernier quart d'heure, à la suite de l'expulsion de Vanja Milinković-Savić, le portier adverse. Portnawak.

Vidéo

Le Napoli va bien et Fabien Ruiz aussi, en atteste cette succulente frappe placée réussie par le milieu espagnol, que vous pourrez visionner via cette sympathique vidéo :


Le Werder a baffé Schalke (2-0) grâce à un doublé de son milieu maison, Maximilian Eggestein. À vos souhaits.

Menés trois buts à un par le FC Zürich, les Young Boys ont réussi à décrocher le nul (3-3), notamment grâce à un doublé de Guillaume Hoarau. True rastas never die.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

il y a 5 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 62
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur