Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end de survivants en Europe

Le Barça arrache le match nul au buzzer contre la bête Atlético, Eibar dégomme le champion d’Europe en titre, Tottenham maître de Londres, le Bayern dans les cordes de la Bundesliga... Sans aucun doute, cette fin de semaine était renversante.

Modififié

Le joueur du week-end : Ousmane Dembélé


« Crochet, crochet, crochet, crochet, crochet Ousmane Dembélééééé ! » L’hymne à Dembouz peut à nouveau résonner, son nom trône tout en haut de cette fin de semaine grâce à son match contre l’Atlético. Enfin, parlons plutôt d’une vingtaine de minutes de jeu. Après avoir assisté à l’ouverture du score de l’Atlético de Madrid grâce au flair retrouvé de Diego Costa (1-0, 77e), l’international tricolore est entré à la place d’Arthur pour apporter de la percussion et inscrire un but importantissime dans la course au titre de champion d’Espagne (1-1, 90e). En bon mélomane, Dembélé s’est employé pour respecter la chanson de Vegedream. Il ne sait plus s’il est gaucher ou droitier, il tire des deux pieds. Résultat ? Crochet du droit sur Filipe Luís, puis plat du pied gauche pour faire passer le ballon entre les jambes de Jan Oblak. Lucas Hernández arrive trop tard, dévie le ballon dans la cage et l’Atlético laisse échapper la place de leader qui lui tendait les bras. Et Dembélé dans tout ça ? Ses cinq buts en Liga ajoutent sept points supplémentaires au Barça. Un ratio non négligeable pour éviter tout retard.



L’équipe du week-end : Eibar


Pendant que le FC Barcelone ne tombe pas de sa première place, son ennemi du Real Madrid peine à entrer dans les places qualificatives à la Ligue des champions. Tout semblait pourtant rentré dans l’ordre après quatre victoires consécutives contre Meilla, Valladolid, Plzeň et le Celta de Vigo. Mais voilà, tout est tombé à l’eau dans l’antre Ipurua. Décomplexés face au Real après cinq saisons consécutives passées dans l’élite, les Armeros démarrent pied au plancher, et le tir de Kike García est dévié d’un doigt par Thibaut Courtois sur son poteau. Après avoir sauvé un ballon sur sa ligne de but, Eibar va passer la vitesse supérieure : Gonzalo Escalante profite d’un coup de billard pour ouvrir le score (1-0, 16e). En deuxième période, Sergi Enrich ajuste Courtois (2-0, 52e) avant que Kike García ne tue tout suspense à la réception d’un centre au cordeau (3-0, 57e). Pour la Casa Blanca, la chute est terrible, et la réception d’un FC Valence en grande forme la semaine prochaine s’annonce capitale.



Vous avez raté Hertha Berlin-Hoffenheim et vous n’auriez pas dû


Une défense tournée vers l’offensive, une attaque très créative et des scénarios toujours improbables. Et si dans le fond, le TSG Hoffenheim était l’équipe frisson à suivre durant toute cette saison ? Avec un Julian Nagelsmann toujours aussi surprenant à sa tête, le concurrent direct de l’Olympique lyonnais en Ligue des champions s’est sorti de l’Olimpiastadion avec un point, ce qui, malgré le déroulement du match, constitue une belle performance étant donné le bon début de saison du Hertha Berlin. Actifs d’entrée, les visiteurs ouvrent le score grâce à Kerem Demirbay (1-0, 1re) et invitent la folie à faire partie du jeu. Dès lors, même le gardien Oliver Baumann envoie une passe décisive direct pour Andrej Kramarić (0-2, 10e). Trop en confiance, Hoffenheim encaisse un but dans la foulée par le biais du briscard Vedad Ibišević (1-2, 13e). Plus rien à partir de ce moment-là jusqu’à la reprise, où Ermin Bičakčić trouve la faille d’une tête imparable sur coup franc (1-3, 55e). Tranquille, Hoffenheim ? Pas du tout. Mathew Leckie réduit l’écart (2-3, 71e), puis Valentino Lazaro fait exploser l’enceinte berlinoise d’une somptueuse reprise de volée en boulet de canon (3-3, 87e). Un match de dingue, un vrai.



La déception du week-end : Bayern Munich


Être champion d’Allemagne pour la quatrième, cinquième ou sixième fois consécutive n’était jamais arrivé dans l’histoire de la Bundesliga. Mais après tous ces différents exploits, le Bayern Munich est en train de tirer la langue, et cela a tendance à beaucoup trop se voir dans cette première partie de saison. Cette fois-ci, les Bavarois ont buté sur une équipe du Fortuna Düsseldorf déterminée comme jamais et détentrice d’un facteur X à la pointe de son attaque : Dodi Lukebakio. Le Belge, jamais appelé chez les Diables rouges, s’est démarqué par une facilité déconcertante à mettre Manuel Neuer dans l’embarras à l’aide d’un triplé (44e, 77e, 93e). Pour le Bayern, relégué à neuf points du Borussia Dortmund après avoir concédé cinq tirs cadrés dans la rencontre, la vraie question consiste maintenant à se demander si Manuel Neuer n’appartient pas au passé...



La décla du week-end : Sadio Mané


Parfois, il ne faut pas forcément regarder les matchs du week-end pour récupérer une information digne de ce nom. Pour l’émission Téléfoot de dimanche matin et à quelques jours du choc contre le Paris Saint-Germain, Sadio Mané s’est confié sur son attrait pour le championnat de France, et en particulier autour d’un club. « Je suis toujours la Ligue 1 parce que je supporte l'OM depuis petit. J'adore Marseille, je les ai toujours aimés. Même aujourd'hui, je regarde tout le temps leurs matchs. » Pour Frank McCourt, c’est l’heure d’aligner les zéros et d’entamer des négociations pour un futur transfert. Eh oui, même l’amour a un prix.



Le but du week-end : Luuk de Jong


Non, le PSG n’est pas le seul club d’Europe à réaliser un sans-faute sur tous ses matchs de championnat. Pour la réception du SC Heerenveen, le PSV Eindhoven s’est à nouveau amusé grâce à un football léché. En guise de cerise sur le gâteau, le capitaine des Boeren, Luuk de Jong, s’est illustré grâce à un magnifique retourné, sans doute validé par Cristiano Ronaldo. Et si même son entraîneur Mark van Bommel se prend la tête à deux mains...



Et sinon...


Il n’y a pas eu que des bonnes nouvelles pour le FC Barcelone ce week-end : blessé en cours de match, Sergi Roberto a dû laisser sa place à Rafinha à la mi-temps. Touché dans un contact avec Rodri pendant le deuxième acte, le Brésilien a serré les dents jusqu’à la fin du match pour constater les dégâts après le match avec... Une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit. De fait, sa fin de saison s’annonce compromise.


Orné d’une marque rouge pour militer contre les violences faites aux femmes, Cristiano Ronaldo marque encore une fois et rejoint temporairement Krzysztof Piątek au classement des meilleurs buteurs de Serie A avec neuf unités. Les buts, c’est comme le ketchup.



Rien ne va plus pour Fenerbahçe. En déplacement à Trabzon, les Stambouliotes s'inclinent à nouveau (2-1) et pointent désormais à la... quinzième place de la Süperlig. Voir un tel club commencer à jouer le maintien, c'est ce qu'on peut appeler une honte.


Cela pourrait ressembler à la prochaine finale de Ligue Europa et très franchement, tout le monde aimerait bien voir une revanche de la rencontre proposée ce week-end entre Tottenham et Chelsea. Pour le moment, avantage aux Spurs.


Ce dimanche soir, l'Italie avait offert une place de choix au derby de la Lanterne entre le Genoa et la Sampdoria. Résultat des courses ? Un match nul entre Génois dans lequel Krzysztof Piątek règle la mire sur penalty et reprend son statut de capocannoniere en solo avec son dixième but en treize matchs, histoire de répondre à l'ouverture du score de Fabio Quagliarella (1-1).


Et un bonbon de Giovanni Lo Celso pour terminer. Inutile dans la défaite contre Villarreal (2-1), mais esthétique quand même.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


À lire ensuite
L'équipe type du week-end