Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end de rivalité en Europe

Dans les championnats majeurs européens, l’heure était aux premiers affrontements entre grosses cylindrées. Si Londres est une ville toujours aussi partagée, Rome fait de même, tandis que le Pays basque bat désormais au rythme de l’Athletic Club. Ah oui, et Benjamin Pavard a remis son costume de révolutionnaire.

Le joueur du week-end : Sergio Agüero


Il ne fallait pas énerver le Kun. Après trois journées, l'Argentin facturait quatre buts en Premier League, mais ne trônait pas sur la plus haute marche des buteurs du championnat, distancé par le surprenant Teemu Pukki. Qu'à cela ne tienne, celui qui a récemment atteint la barre des 400 pions en carrière s'est à nouveau mis en mode chasseur de buts, cette fois contre Brighton. D'abord spectateur sur l'ouverture du score de Kevin De Bruyne, le numéro 10 des Skyblues a ensuite fait parler son talent grâce à une magnifique conclusion à la suite d'une action collective divine (42e, 2-0) puis d'une frappe splendide en pleine lucarne (55e, 3-0). Et comme Agüero n'est pas un joueur égoïste, sa passe à Bernardo Silva permet aux Citizens de boucler l'affaire (79e, 4-0). Magnéto, Serge !



L’équipe du week-end : Union Berlin


Il n’aura pas fallu longtemps pour que les Eiserne ( « Les Hommes de fer » , en VF) ouvrent leur compteur de victoires dans le championnat allemand. Pour la toute première saison de leur histoire en Bundesliga, les Berlinois profitent de cette deuxième journée pour s’offrir trois points contre un concurrent au titre de champion : le Borussia Dortmund. Comment est-ce possible ? D’abord grâce à un stade de 22000 places à guichets fermés, preuve que le promu n’est pas venu dans l’élite nationale pour plaisanter. Ensuite, les locaux se sont offert l’ouverture du score par Marius Bütler sur corner (22e, 1-0) avant de voir Paco Alcácer égaliser dans la foulée d’un joli mouvement collectif (25e, 1-1). Mais l’Union ne va pas baisser les bras, bien au contraire. En deuxième période, Bütler remet le couvert de sang-froid (50e, 2-1), puis Sebastian Andersson vient offrir le break d’un plat du pied létal (75e, 3-1). Les retrouvailles entre Neven Subotić et Mats Hummels en deviennent anecdotiques : le BvB est vaincu, et la Bundesliga tient son premier gros frisson de la saison.




Vous avez raté Juventus 4-3 Naples et vous n’auriez pas dû


Ce samedi soir, les casaniers avaient bien raison de rester devant leur télévision pour profiter du choc de ce week-end. À Turin, la Juventus et le Napoli se sont livré une bataille homérique, rythmée en trois temps. D’abord, la déferlante de la Juve avec une ouverture du score de sa nouvelle recrue Danilo, entrée en jeu seulement 27 secondes auparavant (16e, 1-0), un enchaînement divin de Gonzalo Higuaín (20e, 2-0), puis une réalisation d'un Cristiano Ronaldo taquin avec la VAR durant sa célébration (62e, 3-0). Ensuite, la révolution napolitaine enclenchée par une tête de Kostas Manolas (66e, 3-1), puis un contre ponctué par Hirving Lozano (68e, 3-2) et une reprise de Giovanni Di Lorenzi (81e, 3-3). Enfin, le coup de massue final pour Naples avec le but contre son camp de Kalidou Koulibaly au bout du temps additionnel, d’une reprise du tibia en pleine lucarne (93e, 4-3). Si l’international sénégalais n’a pas dû passer une très bonne nuit, le spectacle était clairement au rendez-vous.




La déception du week-end : FC Barcelone


Il sera possible de débattre sur la réaction d’orgueil du FC Barcelone grâce à son gamin de 16 ans Ansu Fati, mais il sera impossible de remettre en cause le match nul obtenu par Osasuna sur sa pelouse contre le Barça (2-2). C’est vrai, Osasuna était toujours invaincu en deux journées de championnat (victoire 1-0 conte Leganés puis 0-0 contre Eibar) et son enceinte d’El Sadar apparaît comme une fournaise pour n’importe quel visiteur. Mais en face, les Culés avaient pourtant de quoi répondre : Antoine Griezmann, Frenkie de Jong ou Rafinha ne sont pas parvenus à sortir les Blaugrana de cette galère, et seuls les deux entrants Fati (50e, 1-1) et Arthur (64e, 1-2) sont arrivés à redresser la barre d’un navire catalan à la dérive devant un doublé de Roberto Torres. Et il n’y a vraiment pas de quoi se pavaner...




La décla du week-end : Pep Guardiola


« Aymeric est le meilleur défenseur central gauche en Europe à l’heure actuelle. Vous ne pouvez pas me trouver quelqu’un qui crée autant sur le plan défensif comme offensif. Je suis incroyablement reconnaissant envers Didier Deschamps et heureux pour Aymeric, car il le mérite. J’espère qu’il pourra bien jouer et rester longtemps en équipe nationale. » Et voilà comment Guardiola a lâché un beau chat noir sur Laporte, blessé au genou en fin de première période lors de la victoire des Citizens contre Brighton (4-0) et désormais forfait pour le rassemblement des Bleus. La prochaine fois, Pep gardera sans doute ses vœux de succès pour sa propre conscience.



Le but du week-end : Benjamin Pavard


Le Bayern de Munich est mené sur sa pelouse contre Mayence ? Pas de problème pour l’international français. Une reprise au second poteau dont il a le secret, et l’égalisation bavaroise se profile. Sacrée volée de bâtard.



Et sinon ?


Beaucoup de grabuge, mais aucun vainqueur à Londres entre Arsenal et Tottenham. Menés de deux buts, les Gunners sont parvenus à refaire leur retard et arrachent un nul à l'Emirates Stadium (2-2). La ville reste divisée.


Score différent, mais mêmes conséquences entre la Lazio et la Roma, séparées par un match nul à l'Olimpico (1-1). Pour désigner un vainqueur, il faudra repasser.


Sadio Mané s'est fâché tout rouge contre son coéquipier Mo Salah, malgré la victoire face à Burnley (3-0).

Un triplé pour Timo Werner sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach. À un mois de son déplacement en Allemagne, l’OL est prévenu : l’attaquant du RB Leipzig est affûté.

David Alaba s’est chargé d’ajouter sa pierre à l’édifice de la victoire du Bayern contre Mayence (6-1). Quel coup franc !



Jordi Alba est-il malhonnête ? À en juger par cette réaction à la suite d’un plongeon contre Osasuna, la réponse est non.



Nabil Fekir s’acclimate de mieux en mieux à la Liga : un but décisif pour permettre au Betis de battre Leganés à domicile (2-1) et voilà l’ancien Lyonnais comme un poisson dans l’eau avec deux buts inscrits en trois matchs. L’automne arrive bientôt, les premiers retournements de veste vont être de sortie.



Dans le derby basque, les Lions de Bilbao n’ont laissé aucune chance à leurs voisins de la Real Sociedad. San Mamés a vu ses protégés inscrire deux buts en moins d’une demi-heure, par ses deux leaders d’attaque Iñaki Williams (11e, 1-0) et Raúl García (28e, 2-0). Pas besoin d’un ciseau retourné d’Aduriz, donc.

Un énorme Gareth Bale tire le Real Madrid d'une défaite qui lui tendait les bras en déplacement à Villarreal (2-2). Doublé pour le Gallois qui prouve bien à Zinédine Zidane son utilité.


Situation atroce à Cagliari : victime de cris de singe au moment de tirer son penalty, Romelu Lukaku permet à l'Inter de l'emporter en Sardaigne (1-2). Au moins un semblant de justice.


  • Barnsley rime avec givré, et ça tombe bien pour le latéral Ben Williams : contre Wigan en Championship, le garçon s'est retrouvé coupable d'un horrible tacle. Rouge direct, évidemment.


    Et un but contre son camp de Karim Rekik, désormais défenseur au Hertha Berlin, pour conclure. Elle est pas belle, la vie ?



    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



  • Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi

    il y a 2 heures EuroMillions : 173 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi il y a 28 minutes L’UEFA publie un guide de prononciation des noms des joueurs 5
    il y a 1 heure Le splendide salto avant carpé de Mathias Normann en Russie 2
    Partenaires
    Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 17:15 Le Las Vegas Lights FC balance 10 000$ à ses supporters 16 Hier à 17:00 Le récap de la #SOFOOTLIGUE