Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end de prestige en Europe

Le Bayern Munich qui chute pour la première fois de la saison en Allemagne et quitte sa place de leader de Bundesliga, un Mario Mandžukić tueur dans l’âme, un Barça en manque de réussite et un José Mourinho élogieux : ce week-end était drôlement spécial pour boucler le mois de septembre.

Modififié

L’équipe du week-end : Hertha Berlin


Depuis six saisons consécutives, l’Allemagne souffre d’un monopole flagrant du Bayern Munich. Une hégémonie que personne ne voit prendre fin outre-Rhin étant donné l’effectif toujours aussi monstrueux des Bavarois. Personne, sauf peut-être le Hertha Berlin. Au moment de recevoir le leader de Bundesliga, les coéquipiers de Salomon Kalou comptaient trois points de retard sur leur adversaire du soir. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, les Berlinois recollent aux basques du Bayern grâce à une victoire maîtrisée (2-0). Les deux pions ? Un penalty de l’expérimenté Vedad Ibišević pour prendre Manuel Neuer à contre-pied d’abord (23e), puis le but du break inscrit par Ondrej Duda juste avant la mi-temps, à la suite d’un décalage créé par un flamboyant Salomon Kalou (44e). Une seconde période solide des locaux, et voilà comment casser un mythe. Oui, ce Bayern est vulnérable.



Le joueur du week-end : Mario Mandžukić


Il avait de quoi être tout sourire au moment de son remplacement par Juan Cuadrado dans le Juventus Stadium, sous une ovation méritée des tifosi turinois. Et pourtant, Mario Mandžukić avait le succès modeste dans cette prestation collective XXL de la Vecchia Signora à la suite du choc contre Naples (3-1). Voilà le parfait symbole d’un joueur toujours prêt à s’arracher pour son équipe, récompensé ce week-end d’un doublé décisif. Si Cristiano Ronaldo est impliqué dans les trois buts bianconeri, l’attaquant se retrouve à la conclusion de deux d’entre elles. La balle d’égalisation d’une part, à l’aide d’une tête smashée pour tromper David Ospina (1-1, 26e), puis la balle pour mettre les siens devant au tableau d’affichage d’autre part, en poussant dans le but vide un ballon renvoyé par le poteau napolitain (2-1, 49e). Un style de renard des surfaces à l’ancienne qui permet à la Juve de poursuivre son parcours sans faute en championnat : sept victoires en sept journées. Vraiment super, ce Mario.



Vous avez raté Bayer Leverkusen-Borussia Dortmund et vous n’auriez pas dû


Déroute du Bayern Munich au stade olympique de Berlin oblige, le Borussia Dortmund avait l’incroyable opportunité de prendre les commandes du championnat d’Allemagne en cas de succès sur la pelouse du Bayer Leverkusen. Résultat des courses : le BvB s’est imposé à la suite d’un match aux sensations fortes. Menés de deux buts à la pause après des réalisations de Mitchell Weiser (1-0, 9e) et Jonathan Tah (2-0, 39e), les Schwarz-Gelben vont régler leur boîte de vitesses dans la dernière demi-heure, grâce à la roublardise de Jacob Bruun Larsen (2-1, 65e), à la pugnacité de Marco Reus (2-2, 69e), puis au doublé dans les dernières minutes de Paco Alcácer (85e, 94e). Et voilà comment Dortmund, dernier Recordmeister avant les six titres d’affilée du Bayern, s’assied sur le trône de la Bundesliga.



La déception du week-end : FC Barcelone


Après un match nul contre Gérone et une défaite à Madrid face à Leganés, le Barça s’est à nouveau fait ralentir dans sa quête d’un titre de champion d’Espagne devant l’Athletic Club (1-1). Si cette perte de points n’empêche pas les Culés de toujours occuper la première place de Liga, la prestation collective catalane était insuffisante pour battre des Basques proches de repartir du Camp Nou avec les trois points. Sans les entrées en jeu de Lionel Messi, hyperactif sur le front de l’attaque, et Munir El-Haddadi, buteur à cinq minutes du terme, le Barça aurait sûrement stoppé sa série de trente-neuf matchs consécutifs sans défaite à domicile. Pour Ernesto Valverde, ces avertissements sans frais sont à prendre en compte...



La tragédie du week-end : une barrière s’écroule à Ipurua


Avant les défauts de sécurité lors du derby Montpellier-Nîmes, des incidents du même type avaient déjà éclaté dans le Pays basque espagnol ce week-end. À Eibar, une barrière cède sous le poids des supporters sévillans après le but d’Éver Banega sur penalty et occasionne une chute d’un mètre pour plusieurs d’entre eux. Résultat : huit personnes sont hospitalisées et le match s’interrompt pendant plusieurs minutes. Si la victoire finale du FC Séville est actée (1-3), voici un nouveau coup dur à encaisser pour Javier Tebas. Et ça commence à faire vraiment beaucoup...



La décla du week-end : José Mourinho


Encore défait sur la pelouse de West Ham United (3-1), le coach portugais se retrouve dans l’œil du cyclone à Manchester United. Malgré une nouvelle pluie de reproches reçus à son égard, le Mou s’est arrêté sur la performance d’un joueur des Hammers. « Félicitations au recruteur qui a trouvé ce gamin de 21 ans. Issa Diop, c’est un monstre. » Normal, c'est un ancien joueur du Téfécé.


Le but du week-end : Daniel Sturridge


Comment glacer le Bridge ? L’international anglais connaît la réponse. Une frappe monumentale de vingt-cinq mètres quasiment à l’arrêt, enroulée dans la lucarne pour permettre à Liverpool d’arracher le point du match nul contre Chelsea à Londres (1-1, 88e). Ça vaut bien une petite danse.



Et sinon...


Après sept journées, le FC Valence remporte enfin son premier match de Liga. Le héros de la rencontre ? Kevin Gameiro, auteur du seul but du match contre la Real Sociedad à Saint-Sébastien (0-1).


Federico Chiesa commence à se faire une belle réputation en Italie, dans la digne lignée de Fabrizio Ravanelli. Auteur d’une simulation grotesque contre l’Atalanta Bergame, le buteur dirige son équipe vers un succès à domicile et une place sur le podium de Serie A (2-0). Aucune utilisation de la VAR sur cette action, bien entendu.


Sinon, Krzysztof Piątek pète toujours la forme : un nouveau doublé en cinq minutes lors de la victoire contre Frosinone (1-2), et 8 buts en 6 matchs pour l’actuel capocannoniere de la Serie A. Costaud.



Maurizio Sarri imagine donc Eden Hazard capable d’aller concurrencer CR7 ou Messi cette saison. Ambitieux.


Gareth Bale s’est blessé. Un pléonasme pour le Gallois, cette fois-ci touché à l’adducteur lors du match nul et vierge contre l’Atlético de Madrid (0-0). Ce qui devrait accroître le temps de jeu de Mariano Díaz.


Il n’y avait pas que des belles choses à voir en Bundesliga. La preuve, cette énorme boulette de l’inattentif gardien du Vfb Stuttgart Ron-Robert Zieler. Une erreur sans conséquence comptable, puisque son équipe s’impose tout de même face au Werder Brême (2-1).


Si le Leeds United de Bielsa pratique un football séduisant, il peut aussi encaisser des buts tout aussi dingues. Lors du match nul contre Sheffield Wednesday (1-1), Adam Reach s’est offert une frappe astronomique pour ouvrir le score. Fou.


Un but en talonnade de Lorenzo Pellegrini pour rendre hommage à Javier Pastore, blessé, un coup franc d’Aleksandr Kolarov et un coup de casque de Federico Fazio. En trois actes, voici la victoire de l’AS Rome contre la Lazio dans un derby bouillant (3-1).



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:27 Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 13 Hier à 15:01 Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 100
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi