Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end de forte chaleur internationale

Dans les différentes compétitions mondiales, ce week-end s’est caractérisé par des démonstrations de force, quelques surprises et la promesse de belles affiches à venir. Sans état d’âme, les États-Unis mettent froidement fin au rêve français pendant que Brésil-Argentine et Chili-Pérou illustrent le dernier carré de la Copa América. Chez les Espoirs, l’Espagne et l’Allemagne se sont une nouvelle fois tiré la bourre, tandis que la CAN sourit à l’Égypte... et à Madagascar !

Modififié

L’équipe nationale du week-end : Chili


Qui pouvait décemment croire que la sélection chilienne allait laisser filer cette Copa América sans se battre comme des morts de faim sur la pelouse ? Contre une Colombie rayonnante en phase de poules avec trois victoires en trois matchs, le Chili s’est chargé de prouver qu’il n’était pas double tenant du titre par hasard. Après un trajet de deux heures en bus pour effectuer la route de leur hôtel au stade de Corinthians à São Paulo, les Chiliens se sont même offert le luxe de faire poiroter tout le monde pendant vingt minutes et de lancer ce quart de finale avec du retard.


Coïncidence ou non, la Colombie a été complètement inoffensive, ne parvenant pas à inquiéter Gabriel Arias. En revanche, le Chili a cru par deux fois ouvrir le score, mais Charles Aránguiz et Arturo Vidal se sont vu refuser tour à tour leur but par la VAR. Tout s'est donc réglé aux tirs au but, et à ce petit jeu-là, le Chili a été le plus habile : avant-dernier tireur de son équipe, William Tesillo a manqué le cadre, puis Alexis Sánchez a transformé sa tentative. Et voilà le Chili à nouveau dans le dernier carré de la Copa América. Pour information, la Roja s'est imposée sur seize de ses dix-sept dernières séances de tirs au but. Le stress ? Connaît pas.


La joueuse du week-end : Megan Rapinoe


C’était un week-end qui commençait sous la canicule en France, et l’Américaine s’est chargée de mettre un bon coup de climatisation dès le vendredi soir. Au grand dam du Parc des Princes, puisque la France rêvait d’atteindre à nouveau le dernier carré de la compétition, comme lors du Mondial 2011 en Allemagne. Très vite, l’ailière des USA s’est chargée de mettre son équipe en position de force à l’aide d’un coup franc frappé fort au premier poteau, excentrée depuis le côté gauche (5e, 0-1).


Sans faire dans les sentiments, celle qui fait actuellement le buzz pour ses déclarations autour de la Maison-Blanche s’est offert un doublé sur une action construite tout en rapidité d’exécution pour fusiller de sang-froid Sarah Bouhaddi (65e, 0-2). Malgré la réduction de l’écart par Wendie Renard, le mal était déjà fait et il portait un nom : Rapinoe, pour l’instant, auteure de toutes les réalisations de son équipe dans les matchs à élimination directe. Un vrai assassin.


Vous avez raté Haïti-Canada et vous n’auriez pas dû


Ne pas habiter en Amérique ou avoir le sommeil lourd ne sont pas des excuses : il fallait absolument être devant sa télé pour vivre ce quart de finale de la Gold Cup. Victimes d’une domination stérile en début de match, les Haïtiens concèdent l’ouverture du score sur un coup de pied arrêté rapidement joué par le Canada, ponctué par Jonathan David, mesuré dans sa célébration étant donné ses liens de parenté avec Haïti (18e, 0-1). En confiance, les Canadiens parviennent à doubler la mise avant la pause grâce à Lucas Cavallini (28e, 0-2).


La fin du rêve haïtien ? Pas du tout, puisque les Grenadiers sont parvenus à renverser la vapeur grâce à la pugnacité de Duckens Nazon (50e, 1-2), un penalty d’Hervé Bazile (70e, 2-2) et un but de Wilde-Donald Guerrier, pour conclure une magnifique action collective (78e, 3-2). Malgré un dernier frisson avec un but refusé à Atiba Hutchinson pour le Canada, Haïti tient son exploit : pour la première fois de son histoire, le pays disputera une demi-finale de Gold Cup. Au moins, le Mexique est prévenu.




Le but du week-end : Justin Meram


Atlanta United peut remercier son ailier gauche irakien, auteur d’un doublé pour vaincre l’Impact de Montréal (2-1). Son premier but est une petite merveille d’enroulé du droit, lucarne opposée. Miam.



La décla du week-end : Emmanuel Macron


« Malgré leurs efforts et leur talent, la compétition s’arrête ici pour nos Bleues. Mais elles ont définitivement gagné le cœur des Français ! Merci Mesdames @equipedefrance. » Depuis le sommet du G20 à Osaka, le président de la République a tout de même trouvé un peu de temps pour envoyer un gazouillis sur Twitter en guise de soutien au parcours des Françaises au Mondial en France. Voilà un homme qui aurait sans doute été ravi d’accueillir des championnes du monde au palais de l’Élysée...



Le chiffre du week-end : 7


Comme le nombre de points récupérés par l'équipe nationale de Madagascar dans le groupe B de la CAN 2019 en compagnie de la Guinée, du Burundi et du Nigeria. Une performance rendue possible grâce à un dernier match magnifique des hommes de Nicolas Dupuis contre les Super Eagles, triple champions d'Afrique. Les Zébus se sont imposés avec la manière grâce à des réalisations de Lailana Nomenjanahary et Charles Andriamatsinoro (2-0). Un succès qui permet aux insulaires de prendre la première place de leur groupe pour la toute première participation de leur histoire au tournoi continental. Fantastique !



Et sinon...


Sept minutes. C'est le temps nécessaire à la Rojita pour prendre l'avantage contre l'Allemagne dans la finale de l'Euro U21, où les Espagnols auront eu raison de la petite Nationalmannschaft (2-1). Auteur d'une superbe frappe aux vingt-cinq mètres, Fabián Ruiz s'est mis les adeptes des frappes lointaines dans la poche. Golazo !


Rodrigo De Paul dribble un pigeon dans la victoire de l’Argentine face au Venezuela (2-0). Balèze.


À la suite de la sortie kamikaze du gardien namibien qui coûte la défaite à son équipe contre l’Afrique du Sud (1-0), Smaïl Bouabdellah se prend d’un fou rire en plateau sur beIN Sport. Les larmes du bonheur.


C’était un samedi sans but pour la Coupe d'Afrique des nations : trois matchs nuls et vierges pour Mauritanie-Angola, Cameroun-Ghana et Bénin-Guinée-Bissau. Au moins, les défenses sont bien en place.

« Messi est le plus grand joueur que j'ai vu jouer. » Thiago Silva ne tarit pas d'éloge avant d'affronter La Pulga en demi-finales de la Copa América. Mais il faudrait quand même rappeler au capitaine du Paris Saint-Germain que Leo ne mesure que 170 centimètres...

La boulette du week-end ? Elle est pour Elvis Chipezeze contre la RD Congo. Pas de pot : le gardien du Zimbabwe a enclenché l'élimination des siens à la suite d'une lourde défaite (0-4). Les Léopards en rugissent de plaisir.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il était sur les terrains de foot, ce foutu courant d'air !




Dans cet article


Hier à 16:00 J'irai supporter l'AC Ajaccio chez vous (S1 Ep1) Hier à 12:14 Jürgen Klopp inquiet pour Sadio Mané 42
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
À lire ensuite
L'équipe type du week-end