Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end de chute en Europe

Pour ce week-end de la Toussaint, il fallait garder un œil sur la BuLi où il s'est passé beaucoup trop de choses. En Allemagne comme en Espagne, les gros ont flanché. Et n'oubliez pas d'envoyer toutes vos ondes positives à André Gomes.

Modififié

La claque de trop du week-end : le Bayern dézingué par l'Eintracht (1-5)

Un moment historique, c'est ce qu'a vécu l'ogre bavarois ce samedi. Mais pas dans le bon sens du terme, malheureusement. Pour la première fois depuis dix ans et une rouste collée par le grand Wolfsburg de 2009 (5-1, déjà), le Bayern s'est incliné par quatre buts d'écart sur la pelouse de l'Eintracht. Il faut dire que Jérôme Boateng a vu rouge dès la neuvième minute et que des Adler irrésistibles ont été récompensés par des pions de Filip Kostić, Djibril Sow, David Ángel Abraham, Martin Hinteregger et Gonçalo Paciência. Bon, la machine Lewandowski en a quand même profité pour planter son but habituel, mais pas sûr que ça suffise à lui remonter le moral. En tout cas, c'est bel et bien la contre-perf' de trop pour Niko Kovač, licencié dimanche soir.



L'équipe du week-end : Levante

Villarreal, Valladolid, Leganés et la Real Sociedad : c'était jusqu'ici l'honnête, mais peu clinquant tableau de chasse des Granotes en Liga, cette saison. Un peu plus d'un an après avoir fait tomber le Real au Bernabéu (1-2), ils se sont de nouveau offert un frisson en profitant de la réception du leader barcelonais pour signer un joli coup d'éclat et renvoyer les hommes d'Ernesto Valverde à leurs chères études.


Après un peno de qui-vous-savez en faveur du Barça lors du premier acte, les locaux ont plié le champion en titre en moins de dix minutes après l'heure de jeu : un pétard de José Campaña (61e), une frappe léchée de l'attaquant prêté par le Real Borja Mayoral (63e) et une volée de Nemanja Radoja déviée par le malheureux Sergio Busquets (68e) ont retourné l'escouade de Grizou. Dans une ambiance magique, évidemment.


Le derby du week-end : Union-Hertha

Non, le derby du week-end n'était pas Torino-Juve, plié par un Matthijs de Ligt ouvrant son compteur bianconero (1-0). Mais plutôt l'historique opposition dans la capitale allemande entre l'Union Berlin et le Hertha, un tout petit moins de trente ans jour pour jour après la chute du mur : la cinquième rencontre seulement entre ces deux formations - sept ans après la dernière - et la toute première en Bundesliga, les Eiserne découvrant cette saison l'élite.


Dans une partie bouillante, ce sont les promus qui se sont imposés sur un penalty tardif de l'entrant Sebastian Polter (87e) après une faute de Dedryck Boyata sur Christian Gentner. Un grand moment, assurément.


Le bide du week-end : la course à la première place, en Espagne

La place de leader de Liga ressemble de plus en plus à une patate chaude, que personne ne veut garder trop longtemps. Car en plus de la bonne glissade du Barça à l'Estadio Ciudad de Valencia pour dix minutes d'absence, les autres gros poissons madrilènes n'ont pas forcément fait mieux. L'Atlético (quatrième), qui avait l'occasion de calmer le FC Séville (cinquième) à Sánchez-Pizjuán, a juste accroché le point du nul en Andalousie en ratant un penalty par Diego Costa (1-1). Le Real Madrid (dauphin), lui, n'a même pas réussi à faire trembler les filets à domicile contre le Betis (0-0), seizième du championnat avant la rencontre. Trop de pression pour l'outsider Grenade, qui s'est de son côté incliné face à la Real Sociedad (1-2). Résultat de cette opération escargot : les Txuri-urdin, sixièmes avant ce week-end, sont désormais leaders ex-aequo.


Les machines à buts du week-end : Timo Werner, et son Leipzig

Un samedi assez incroyable pour la Bundesliga, et une semaine complètement zinzin pour le bien nommé RasenBallsport Leipzig. En déplacement à Wolfsburg mercredi, la bande de Werner - auteur d'un doublé en vingt minutes - en avait collé six aux Wölfe dont cinq en seconde période (1-6). Moins de 72 heures plus tard devant le public de la Red Bull Arena, c'est le Mayence de Ronaël Pierre-Gabriel qui est passé à la casserole pour une branlée encore plus monumentale. L'enfant de Stuttgart y est cette fois allé de son triplé (30e, 48e, 87e) agrémenté de trois passes décisives, et Marcel Sabitzer, Christopher Nkunku (d'un succulent caramel), Marcel Halstenberg, Yussuf Poulsen ainsi que Nordi Mukiele l'ont accompagné au tableau d'affichage pour un grand huit dans la tronche des visiteurs (8-0). Les hommes de Julian Nagelsmann ne s'étaient plus imposés en championnat depuis le 21 septembre : tout le monde sait bien qu'il vaut mieux l'emporter une fois 8-0 que huit fois 1-0, non ?


La décla du week-end : Walter Sabatini

Le directeur sportif de Bologne n'y est pas allé par 36 chemins, samedi en zone mixte après la défaite des Rossoblù contre l'Inter (doublé de Romelu Lukaku), au sujet de la rumeur envoyant Zlatan Ibrahimović en Émilie-Romagne : « C'est une vraie possibilité. Croyez-moi, ce n'est pas impossible. Ibrahimović veut nous rejoindre, du fait de sa relation avec Siniša Mihajlović. Ça peut se faire, mais si c'est le cas, ce sera grâce à leur affection mutuelle. Ibra veut aider Siniša, et je peux vous dire que nous sommes prêts à tout pour que cette folie se réalise. »



Le joueur du week-end : Marcus Thuram

Après avoir verbalement sali l'En Avant de Guingamp un peu plus tôt dans la semaine, il a sali sportivement le Bayer Leverkusen et on préfère ça. Sur le billard de la BayArena, Thuram fils a commencé par une service décisif pour Oscar Wendt (18e).


Après l'égalisation de Kevin Volland (25e), la grande perche a trouvé la faille avant même la pause sur une offrande de son compère d'attaque Patrick Herrmann (42e). Gladbach est plus que jamais leader du championnat, avec l'ancien Sochalien - cinq buts sur ses six dernières sorties, en Allemagne - en homme providentiel.


Le choc du week-end : la grave blessure d'André Gomes

Supporters, arbitres, Toffees, Spurs, réalisateur de la rencontre : au moment où la cheville d'André Gomes a flanché à la suite d'un tacle non maîtrisé d'Heung-min Son, tous ont compris ce qu'il venait de se passer et ont préféré détourner le regard, à dix minutes de la fin du temps réglementaire entre Everton et Tottenham.


Le Sud-Coréen a été expulsé en pleurs, l'Ivoirien s'est mis à prier, la détresse a gagné l'ensemble des acteurs et le milieu portugais a directement pris la direction de l'hôpital. Les locaux, eux, ont trouvé la force de revenir au score (1-1) et prolongé la crise des Londoniens.



Le pion du week-end : Mario Balotelli

Balo a perdu ses nerfs face aux débiles de Marcantonio-Bentegodi, mais a tout de même trouvé la force d'inscrire un but pas dégueu du tout en fin de partie à Vérone, même s'il y a eu défaite au bout pour Brescia (2-1). Grand bonhomme.



Et sinon ?


Le leader de Premier League Liverpool a encore renversé le destin, cette fois sur le pré d'Aston Villa (1-2). À l'Etihad, City a également retourné Southampton sur la fin (2-1) trois jours après un premier succès face au même Saints en League Cup.



En attendant Mourinho, Arsenal a buté sur Wolverhampton (1-1).

United a chuté à Bournemouth (1-0), sur une réalisation de Joshua King.

Palace passe à la casserole (0-2) et Leicester, troisième, continue de rêver. Sans se laisser rejoindre par Chelsea, vainqueur chez le dernier Watford (1-2).

Intenable en ce moment, Amine Harit a fait gagner Schalke dans les dernières minutes à Augsburg (2-3).


Bonne semaine moisie pour Wolfsburg, qui en a repris trois à Dortmund.

Ciro Immobile a marqué pour la centième fois avec la Lazio, et les Biancocelesti ont gagné sur la fin contre le Milan à San Siro (1-2).

La Roma a résisté à Naples (2-1).

Majorque a fêté sa millième partie en Liga, en mangeant un 3-0 à Valladolid.

Par Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Allemagne, Italie, Angleterre, Espagne... Des surprises, et du spectacle !




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE

Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
L'équipe type du week-end