Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

Un week-end bouillant en Europe

La fin de saison approche, mais l'Europe du foot a toujours son joli lot de frissons à distribuer. Notamment en Allemagne où Dortmund s'est fait, à la surprise générale, rouler dessus par Schalke (2-4) quand le Bayern a frôlé la défaite face à Nuremberg (1-1). Sinon, Radja Nainggolan continue de détester la Juve à laquelle il a inscrit un pion sensationnel lors du derby d'Italie (1-1), alors que le Barça est comme prévu venu cueillir son 26e titre en Liga en mettant Levante au pas (1-0).

L'équipe du week-end : FC Barcelone


Il aura fallu une heure aux Catalans pour se mettre Levante dans le gosier, et avaler dans la foulée leur 26e titre en Liga. Avant ça, les Blaugrana s'étaient pété les dents sur la défense adverse, notamment en cochonnant un bon paquet d'occasions.


Il y a eu besoin de l'entrée de Lionel Messi, remplaçant au coup d'envoi, pour asseoir le succès du Barça un petit but à zéro. De quoi permettre aux Barcelonais d’accueillir Liverpool l'esprit parfaitement tranquille pour le compte des demi-finales de la C1, mercredi prochain.

Les gros bides du week-end : Borussia Dortmund et Bayern Munich


Homme de peu de foi. Samedi après-midi, Lucien Favre était catégorique : « La course au titre est terminée. » L’entraîneur du Borussia avait de bonnes raisons de tirer la tronche : ses poulains se sont fait zigouiller par un Schalke 04 au rabais (quinzième du classement), dans le derby de la Ruhr. Un match où le Borussia s'est définitivement cassé la tronche à l'heure de jeu : alors mené 2-1, le BvB perd son capitaine Marco Reus qui a la mauvaise idée de vouloir tester la résistance de la cheville de Suat Serdar et écope d'un carton rouge. Dans la foulée, Caligiuri envoie un coup franc téléguidé vers la lucarne et Dortmund s'inclinera finalement 4 à 2.


Ce que ni Favre ni les Borussen ne savaient alors, c'est que le Bayern Munich allait lui aussi royalement se viander 24 heures plus tard en arrachant un nul miraculeux à Nuremberg. D'abord menés au score, les Bavarois ont égalisé par Gnabry avant de concéder un penalty en toute fin de match. Une offrande que bazarde Leibold, le latéral de Nuremberg, en envoyant sa tentative sur le poteau. Si le Rekordmeister a désormais deux points d'avance sur le BvB, la messe, à trois journées de la fin du championnat, n'est sans doute pas encore dite en Bundesliga.

Le but du week-end : Radja Nainggolan


Radja Nainggolan l'a dit et répété en boucle : « Je suis contre la Juve, depuis que suis né. » Du coup, le Ninja s'est décidé à envoyer une volée fouettée étourdissante dans la cage de Szczęsny pour ouvrir le score lors du derby d'Italie ce samedi. Insuffisant néanmoins pour fermer le clapet de la Vieille Dame, qui est revenue à un but partout grâce à Cristiano Ronaldo. Évidemment.

La polémique vidéo du week-end : Atlético de Madrid-Valladolid (1-0)


Au sommaire des plus grands mystères de l'histoire du monde trônent pêle-mêle la vraie recette du Coca-Cola, l'emplacement de l'Atlantide ou encore la signature de Julien Faubert au Real Madrid. Le fonctionnement de l'arbitrage vidéo pourrait bien rapidement intégrer cette liste non exhaustive de charmantes bizarreries. En atteste ce penalty non accordé à Valladolid, à la suite d'une main qui semblait pourtant évidente de Santiago Arias. Après consultation de la VAR, l'arbitre laisse pourtant couler et les Colchoneros l'emporteront un pion à rien. Cachez-nous donc cette VAR que je ne saurais voir.

La baston du week-end : Leeds-Aston Villa (1-1)


Anges et démons, les ouailles de Marcelo Bielsa ont joué les sales gosses avant de se repentir en bons samaritains face à Aston Villa ce week-end. Leeds commence par ouvrir le score alors qu'un des joueurs adverses est au sol, blessé. Les Peacocks ont poursuivi leur action, en faisant d'abord semblant de sortir le ballon avant de filer au but et de planter par Mateusz Klich. Suffisant pour faire péter un câble à Aston Villa : les joueurs des deux équipes sont sur le point de s'envoyer des tartes, le Villan Anwar El-Ghazi se chope un rouge et John Terry, manager de Villa, postillonne de colère sur un Marcelo Bielsa très énervé. Finalement, Leeds fera amende honorable en laissant Villa marquer dès l'engagement même si tous les joueurs des Whites n'avaient manifestement pas été mis au courant. Score final : un but partout, et un statu quo au classement. Alors que Leeds, toujours troisième de Championship, devra jouer des matchs de play-off pour éventuellement accéder à la Premier League.

Et sinon...


Arsenal continue de faire n'importe quoi, en Premier League. Défaits trois à zéro par Leicester dimanche, les Gunners viennent d'enquiller trois revers de rang en championnat. Heureusement qu'Unai Emery va remporter la Ligue Europa, pour ensoleiller une fin de saison qui commence dangereusement à sentir la lose.

Naples a dompté Frosinone (0-2), notamment grâce à ce coup franc signé Dries Mertens. À visionner et revisionner, sans modération.


La Roma a dévoré Cagliari, par trois buts à zéro. Javier Pastore a joué et y est même allé de son but, d'un intérieur du pied savamment placé. Le tout sans se blesser. Oui, oui.


Manchester City a fait le boulot à Burnley. Grâce à Agüero qui, avec vingt pions au compteur, reste à une unité au classement des buteurs de l'actuel meilleur canonnier du Royaume, Mohamed Salah. Même si pour les Citizens, l'essentiel est ailleurs : à deux journées de la fin, ils conservent un précieux point d'avance sur Liverpool au sommet de la Premier League.


Séville a loupé une belle occasion d'effleurer du doigt une qualification en C1, en perdant la tête face à un Gérone (1-0) pourtant relégable au coup d'envoi. Portu a ouvert le score pour les Catalans en concluant une sublime action collective à l'heure de jeu, et les partenaires de Ben Yedder n'avaient ensuite clairement plus les cannes pour recoller au score. Les Blanquirrojos stationnent au cinquième rang de la Liga à égalité de points avec Getafe, actuel quatrième.


Chelsea et Manchester United se sont neutralisés au terme d'un match pas franchement funky, où l'on a dénombré à peine sept frappes cadrées. Les Blues, quatrièmes, en profitent tout de même pour grignoter un peu plus d'avance sur Arsenal, désormais relégué à deux points au classement.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Hier à 16:16 Zlatan suspendu deux matchs pour avoir étranglé un gardien 30
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
L'équipe type du week-end