Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // RB Salzburg-Marseille (1-0)

Un OMicide aussi triste que logique

Pas motivé, pas inspiré, pas réveillé, l'OM rentre de Salzbourg avec une triste mine. En même temps, s'ils avaient voulu ne pas remporter ce match, les Marseillais ne s'y seraient pas pris autrement. Du système à la composition en passant par les changements, tout était fait pour que la défaite soit au bout du chemin.

Modififié
L'OM avait remporté ses deux derniers matchs, alors Rudi Garcia s'est dit qu'il avait les coudées franches. Le 4-2-3-1 a bien fonctionné contre Amiens et Toulouse ? Génial, revenons au 4-3-3 si mal huilé qui avait envoyé les Marseillais dans le mur contre Rennes ou contre Angers. Le onze de départ est à peu près stabilisé et des éléments indispensables ont émergé ? Super. Et si on allait faire un tour en Autriche pour jouer une compétition européenne en changeant six joueurs par rapport à la dernière victoire en championnat ? Garcia avait décidé de faire tourner, et ça n'a pas franchement fonctionné.

Encore un nul et des regrets pour l'OL

À Salzbourg jeudi soir, dans la ville de Mozart, l'orchestre marseillais n'a trouvé aucune harmonie et s'est fait bouffer bêtement par un but des plus quelconques après soixante-treize minutes d'un match sans sel. Bouna Sarr a décidément de gros soucis pour peser sur un match, Yoann Pelé a enchaîné les sottises, n'encaissant pas de but par miracle avant de se faire fesser à bout portant, et Garcia avait sorti de son chapeau Boubacar Kamara, gamin de dix-sept ans made in Marseille intéressant, mais encore trop tendre. Tout droit sorti du centre de formation du club où il a sa licence depuis ses cinq ans, formé en tant que défenseur et grande attraction de l'équipe première depuis le début de saison, Kamara était déjà titulaire contre Konyaspor, et Garcia s'est mis en tête d'en faire un milieu défensif. Un choix respectable, et Kamara n'a pas fait passer son coach pour une pipe puisqu'il avait livré une performance solide.

Triste banc


Mais ce soir, le minot a eu du mal à verrouiller l'arrière du terrain. En fait, c'est toute la défense de l'OM qui avait les pieds dans la glue, et les changements de Rudi Garcia n'ont fait qu'apporter du flux au flou. Sans Payet pour faire un liant propre et efficace et créer des passerelles vers le but de Salzbourg, l'OM a pataugé. Sauf que Garcia a attendu d'encaisser le premier but pour faire ses trois changements et qu'il a fait entrer Njie, Zambo Anguissa puis Mitroglou pour régler la mire. Avec un système en 4-4-2 bâti dans la précipitation et une doublette Germain-Mitroglou devant qui ne se connaissait ni d'Adam ni d'Ève, l'OM ne mettait pas toutes les chances de son côté pour aller gratter l'égalisation.

Trop de fébrilité derrière, pas assez de monde devant le but, un banc de touche trop peu profond pour que les entrants dynamitent le match, la liste des points noirs comporte plusieurs lignes. Les seules éclaircies sont venues des tournicotis de Thauvin, qui s'est même amusé à envoyer une ou deux frappes histoire de, sans grande réussite. Un triste cadeau offert aux quelques centaines de supporters marseillais qui étaient venus jusqu'à la frontière entre l'Autriche et l'Allemagne pour chauffer un peu cette Red Bull Arena affreusement vide. Du coup, l'OM bascule à la troisième place d'un groupe I aussi dense qu'ouvert. S'en extirper pour voir la suite est loin d'être mission impossible. En fait, il suffira juste que les Marseillais et leur coach donnent l'impression d'avoir un minimum d'intérêt pour cette compétition.




Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 135
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur