Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le point quotidien

Un jeudi acrobatique sur le marché des transferts

Pas de doute, la canicule est bien passée à Lille : elle a aujourd'hui fait place à une énorme pluie de billets. Tandis que l'OM et Bordeaux galèrent toujours à boucler leurs dossier, le LOSC affiche en effet toujours la même facilité déconcertante à faire rentrer de l'argent. En résumé, Pépé est enfin parti, Leão a suivi, Osimhen s'est engouffré dans la porte laissée entrouverte et Dodi Lukabakio l'a reclaquée sur les doigts des Lillois. Bref, heureusement que les Nordistes étaient là pour mettre l'ambiance aujourd'hui.

Modififié

Ils ont embrassé leur nouveau maillot

Pépé est un Gunner

Un feuilleton s'achève. Tout proche de Naples la semaine dernière, Nicolas Pépé a finalement succombé à la surenchère d'Arsenal où il a signé cet après-midi pour cinq ans (soit jusqu'en 2024). Avec Pierre-Emerick Aubameyang et Alexandre Lacazette, il constituera un trio offensif de dingos. Quel dommage qu'il n'existe pas de relais 3x100 mètres, ça aurait été sympa de voir la triplette des Gunners à l'oeuvre.


Pour ce qui est des pépettes, le montant de la transaction s'élève à 80 millions d'euros. Dont douze vont tomber directement dans la poche du SCO Angers, qui avait négocié un pourcentage à la revente de 10% en 2017. Bon, Lille n'est pas malheureux non plus : l'Ivoirien ne leur avait alors coûté « que » dix millions.

Rafael Leão se tire au Milan

L'exode se poursuit, à Lille. Un an après son arrivée dans le Nord de la France, Rafael Leão prend comme prévu la direction de l'AC Milan où il s'est engagé pour les cinq prochaines saisons.


Le LOSC, qui avait chipé gratuitement le Portugais au Sporting l'an dernier, va au passage empocher 35 millions d'euros dans la transaction. Le genre de pirouette qui serait créditée d'un 10/10, aux mondiaux de gymnastique. À voir si ça rapporte quelque chose en Ligue des Champions, maintenant.

Lukebakio a choisi le Hertha

La Ligue 1 ne reverra pas Dodi Lukebakio, en tout cas pas tout de suite. Ardemment courtisé par le LOSC qui voyait en lui le successeur de Pépé, l'attaquant de 21 ans passé par Toulouse en 2016-2017 a préféré rester en Bundesliga où il était prêté cette saison par Watford au Fortuna Düsseldorf (dix buts, en 31 matchs de championnat).


Watford, qui n'a aligné le Belge qu'une fois, s'en tire plutôt pas mal puisque le Hertha a lâché vingt millions d'euros dans l'affaire. Compte tenu de ses finances actuelles, Lille pouvait difficilement s'aligner.

Osimhen débarque à Lille

Pas le temps de tergiverser. À défaut de tenir celui de Nicolas Pépé, Lille a fait signer dès aujourd'hui le remplaçant de Rafael Leão. Il s'agit de Victor Osimhen, attaquant nigérian de vingt ans évoluant la saison dernière à Charleroi où il a planté douze buts en 25 matchs de Jupiler League.


International à cinq reprises, le Super Eagle débarque moyennant un chèque de quinze millions d'euros. Si tout se passe comme prévu, le club nordiste devrait donc le revendre environ 60 millions d'euros l'an prochain. Avis aux amateurs.


Le projet intéressant du jour


Loin de tous ce pognon, Loïc Puyo a peut-être bien trouvé chaussure à son pied. Libre depuis la fin de son contrat à Angers en fin de saison dernière, le milieu de terrain avait, dans une interview au site maligue2.fr, ainsi décrit le défi idéal pour lui : « L’objectif, c’est de retrouver un projet où je vais jouer, retrouver du plaisir et le haut niveau. » Pour le gaucher âgé de trente ans, il semblerait que le bonheur ne soit ni au Luxembourg, où il s'entraîne actuellement (au Racing FC Union Luxembourg), ni au Portugal ou aux Pays-Bas, où il a des touches, mais dans le Doubs. Le FC Sochaux-Montbéliard serait en effet sur le point de l'engager pour une saison, plus une en cas de maintien. Maintien qui, on le rappelle, est assuré depuis hier et la signature de Sloan Privat.


Pourquoi Dédé Gignac doit revenir à l'OM


Steven Fletcher, Konstantínos Mítroglou, Valère Germain, Clinton Njie... Simple : depuis 2015 et son départ au Mexique, personne n'est parvenu à faire oublier André-Pierre Gignac à Marseille. Pas même Michy Batshuayi, Bafé Gomis ou Mario Balotelli. Qui ont planté, certes, mais ne sont pas restés assez longtemps (un an après le départ d'APG pour le premier, un an et six mois pour les deux autres) sur la Canebière pour y laisser une trace aussi profonde que le natif de Martigues. Le prochain candidat devrait, si tout va bien, se nommer Dario Benedetto. Un type expérimenté, international, à la carrière faite de haut et de bas et au caractère bien trempé. Bref, tout ce qui caractérise son possible remplaçant à Boca Juniors, à savoir... Dédé Gignac, dont le montant du transfert ne devrait pas être plus coûteux que celui de l'Argentin estimé à seize millions d'euros et dont les récents états de service sont plus emballants que ceux de « Pipa  » . Lequel peine à se remettre complètement de cette rupture des ligaments croisés, fin 2017. Avec Gignac, aussi attaché à l'OM que ne l'est Benedetto à Boca - pourquoi aller à l'encontre de l'amour ? -, l'OM mettrait la main sur un bonhomme qui connaît la maison et ses partenaires d'attaque, Florian Thauvin et Dimitri Payet, pour avoir évolué avec eux par le passé. De plus, cela limiterait l'emprunte carbone du chassé-croisé qui se dessine dans la mesure où un seul billet d'avion serait nécessaire à ce deal. En cette période de fortes chaleurs, il faut aussi y penser.


La photo de vacances


« Allez, Ney, les vacances sont finies. Il faut rentrer en France maintenant. »




À ce prix-là, Aston Villa pouvait acheter...

Quinze millions d’euros. C’est la somme rondelette qu’a déboursée Aston Villa pour s'offrir le milieu de terrain brugeois Marvelous Nakamba, et ainsi doter son gang d’anciens du FC Bruges d’un troisième larron après Wesley et Björn Engels. Avec tout ce fric, les Villans auraient pu s'offrir l'intégralité de l'entrejeu de son voisin et rival, Birmingham City : selon l'évaluation du site Transfermarkt.fr, la valeur cumulée des neuf milieux des Blues s'élève à un peu plus de dix millions d'euros. Avec l'argent restant, Villa aurait également pu offrir à chacun des 42 788 spectateurs de son prochain match à domicile le dernier album - livret photos de seize pages inclus - d'astonvilla, « Joy division » . Mais aussi un tee-shirt à la gloire du groupe de rock français. Tee-shirt qu'il aurait été financièrement possible de balancer en tribunes à l'aide d'un canon lance tee-shirt douze coups, dont la location pour deux jours est fixée à 1632 euros TTC sur le site structuresgonflables.com. Avec l'argent restant, il aurait également été envisageable de faire jouer astonvilla en lever de rideau de la rencontre. À défaut, le club anglais s'est offert un dénommé Marvelous. Et ça, ça n'a pas vraiment de prix.


Le 1er août 2010 : Bebé débarque à Manchester United


Un an après son départ au Real Madrid, c'est peu dire que Cristiano Ronaldo a laissé un vide à Manchester United. Vide que Nani, son remplaçant désigné, n'est clairement pas parvenu à combler avec ses trois malheureux buts en Premier League. À défaut, c'est un autre Portugais que Sir Alex Ferguson a décidé de confier la succession de CR7 : ce 1er août 2010, un certain Bebé débarque dans le nord de l'Angleterre pour un montant supérieur à huit millions d'euros. Un peu cher, voire suspect pour un ancien SDF dont le CV a de quoi laisser perplexe : le milieu offensif arrive du Vitória Guimarães, où il n'a transité que cinq semaines après être arrivé... libre, en provenance de l'Estrela de Amadora. Une affaire, pour l'entraîneur écossais : « C’est un conte de fées quand vous lisez son parcours. Mais c’est ce qui arrive quand vous identifiez quelqu’un avec du potentiel. » Un conte de fée qui ne demande qu'à se transformer en success story.


Point UNFP : Thomas Aupic


Aller à la rencontre de l’UNFP FC, c’est l’occasion d’apprendre que Thomas Aupic, ancien portier passé notamment par Strasbourg, Chambly et le Paris FC, exerce depuis sa retraite sportive l’an dernier la profession de préparateur mental. Une reconversion entamée durant sa carrière après une fracture tibia-péroné subie en 2012, et qui profite pour l’heure aux joueurs en quête d’un nouveau job. Ses compétences feraient pourtant un bien fou à un paquet - pour ne pas dire tous - de clubs de Ligue 1, que ce soit pour aborder un match (ou une campagne) de Coupe d’Europe ou gérer une crise. Qu'elle soit passagère, chronique ou annuelle. Les profils polyvalents étant aujourd'hui particulièrement appréciés sur le marché, notez que Thomas Aupic présente également quelques compétences en sophrologie et en commentaires de rencontres, lui qui officiait la saison dernière comme consultant sur les matchs de National couverts par la Web TV de la Fédé. Utile, pour les résumés vidéo postés sur le site internet du club. Il est là, le gros coup de l’été.


Pendant ce temps-là, au Sport Athlétique Sanilhacois (D2, Dordogne)...


Le coach, Didier Praxo, fait le point sur le mercato :
« Je m’apprête à faire ma première saison complète comme coach. L'an dernier, je pensais finir la saison comme joueur mais j'ai passé mon diplôme. Et à partir du moment où on s’est séparé de l’entraîneur en mars, j'ai été nommé. J'ai connu des premiers mois un peu compliqués, pas au niveau des résultats mais de la gestion humaine : quand on est joueur, ce n'est jamais facile de prendre une équipe où tout le monde te connaît. J'avais deux ou trois cas difficiles à gérer, mais ça s’est réglé avec le temps. Par rapport à la saison dernière, six joueurs ne sont plus là. Il y a de grosses pertes, mais on a pris neuf joueurs pour les remplacer. Parmi eux, il y en a deux qui avaient déjà joué avec moi en R2 : Mickaël Calbou, un défenseur central qui arrive de Boulazac en R1, et Jonathan Bordas, qui a aussi joué à Boulazac en R2 mais avait arrêté depuis deux ans. Il joue devant, ou au milieu de terrain. J'ai aussi récupéré un super attaquant d’Antonne, en R3, Quentin Lasagne, et Nicolas Félicité, un défenseur central de Nontron, en R3. On a aussi pris Aly Abassy Arbabi, un latéral droit qui vient de Limens en D2, Arthur et Antoine Vergnaud du Périgueux Foot, en D2, Xavier Duarte et Raphaël Gasser. Il y a de quoi être ambitieux, d'autant qu'on a fini troisième la saison dernière. Mais la poule est relevée, et toutes les équipes ont leur chance. On va attendre les premiers matchs pour se situer et on ne se considère pas comme des favoris, un tiers de l'effectif ayant changé. Il faut que ceux qui étaient déjà là parviennent à se remettre en question : ce qu’on a fait l’année dernière, il faut s’en servir et pas se reposer dessus. On verra à la trêve où on en est. On reprend l’entraînement lundi, j’avais donné un programme à faire. Normalement, ils se sont remis à courir il y a quinze jours. Si la moitié l’a fait, ce serait déjà pas mal. On va cavaler mais on va toucher du ballon aussi, parce que j’ai prévu un match amical par semaine. Je pense compter sur un groupe de 18-vingt joueurs, et donner leur chance à quelques gars de la réserve à côté de qui on est passé la saison dernière. À eux de la saisir. »

Par Simon Butel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:08 EuroMillions : 91 millions d'€ à gagner + 20€ de bonus offerts ce mardi 1
Hier à 16:28 Au bord des larmes, Mourinho confie que le foot lui manque 146
Hier à 14:12 Infantino aurait fait l'aveugle sur le contrat entre beIN et la FIFA 38
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi