Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages allers
  3. // Valence/Monaco (3-1)
  4. // Notes

Un Feghouli et au lit

Battus assez logiquement par un Valence solide et réaliste, Monaco quitte étourdi le Mestalla. Martial n'aura pas suffi et la défense monégasque n'a pas pesé bien lourd face à l'animation offensive des Espagnols, emmenés par un Feghouli de feu.

Modififié

Valence FC


Mathew Ryan (6,5) : Beau gosse australien, peu spectaculaire mais toujours bien placé, attachant, sobre, efficace. Et on ne parle pas de Cadel Evans.

Antonio Barragàn (4,5) : Pour un match qui passait surtout par les côtés, Barragàn aura peu animé le sien. En même temps, Feghouli avait décidé de jouer à 4 postes différents, dont le sien.

Shkrodan Mustafi (5) : Mi-figue, mi-raisin. Quelques bonnes interventions, mais beaucoup de déchets à la relance. Deutsche Instabilität.

Ruben Vezo (5) : Pas suffisant pour rassurer à 100% avec le départ d'Otamendi. Un placement souvent aléatoire. Et un comportement nerveux en fin de match, en plus de ça.

José Gayà (7,5) : Comme le portrait flippant de l'ancêtre du XVIe siècle dans la galerie des peintures d'un château. Le patron du couloir.

Enzo Pérez (7) : Ton point relais Colissimo sûr. Toujours là où il faut, toujours un joli paquet à t'offrir. Une balade de 75 minutes, avant de demander à Alvaro Negrego d'aller se dégourdir les jambes.

Rodrigo De Paul (5,5) : De l'envie et du mouvement, mais en perte de confiance après le but monégasque. Changé pour Piatti avant l'heure de jeu, qui a délivré une passe décisive appliquée et brisé quelques lignes.

Daniel Parejo (6,5) : Cap'tain Parejo a été discret pendant une heure, avant de se dire que c'était à lui de prendre les choses en main. Alors il a offert la victoire aux siens. Ce papa qui te houspille gentiment, puis qui te fait ton virement quand tu as tout claqué.

Sofiane Feghouli (8) : Il y a peu, Ludovic Chorgnon a enchaîné 41 triathlons Ironman en 41 jours. Feghouli a montré qu'il pouvait parcourir la même distance en 90 minutes. Avant de couronner le tout par un but. MVP de la soirée.

Rodrigo Moreno Machado (6) : Quand on chope en 3 minutes, on passe le reste de la soirée à savourer et à profiter.

Paco Alcàcer (5) : Souvent menaçant, mais énormément de munitions gaspillées. Dwayne Johnson à la fin de Fast & Furious 7. Sorti sous les sifflets du Mestalla, pour Javi Fuego qui n'a pas non plus mis le feu.

AS Monaco



Subašić (3) : Pas trop de boulot, pas de boulette, mais pas de sauvetage décisif. Et surtout trois buts encaissés. Syndrome Sirigu pour lui.

Raggi (6,5 jusqu'à la 60e) : Aussi solide que son crâne est luisant en première mi-temps. Bien qu'on le préfère dans l'axe, le grand rat gît avec autorité devant les attaquants adverses et gagne la plupart de ses duels... jusqu'à l'heure de jeu. Clairement le meilleur défenseur de son équipe, même si c'était loin d'être difficile ce soir.

Ricardo Carvalho (3) : Si Jardim continue de lancer le Carv' à l'eau, c'est parce qu'il compte sur son placement et son expérience. Sauf que contre Valence, il faut aussi un peu de réactivité. À la traîne sur le premier but.

Wallace (3) : « William Wallace est un chevalier écossais. (...) Il mena son peuple contre l'occupation. Son rôle pendant les guerres d'indépendance de l'Écosse fut (...) décisif pour le sort de son pays. » Le Brésilien et William n'ont donc que leur nom en commun. Aux abois sur le premier but.

Echiejile (2,5) : Si nous, on a du mal à écrire son nom, lui a du mal à se positionner sur le terrain. Et quelle idée de vouloir aider offensivement quand on n'arrive pas à défendre ! À la rue sur le premier but.


Toulalan (5,5) : Le service de nettoyage monégasque a encore assuré. Mais la défense a décidé de tout salir juste derrière.

Fabinho (5) : Contrairement à la majorité des joueurs dont le nom finit par -inho, il se débrouille pas mal tactiquement. Placé au milieu du terrain, il n'a pas démérité au regard du reste de l'équipe. En revanche, est-ce normal qu'il tire les coups de pied arrêtés ?

Pašalić (0, puis 10 pendant 5 minutes, puis 0) : À croire qu'il ne s'est toujours pas débarrassé de son staphylocoque doré. S'est mis a jouer en deuxième période pendant quelques secondes. Ce qui a fait but. Sorti au profit de Bahlouli, bien loin de Feghouli.

Silva (4,5) : Il n'a ni l'élégance de Thiago, ni la folie de Tony, ni l'efficacité de David. Il a en revanche le manque de maturité de Lucas, comme en témoigne son carton jaune dès la première minute de jeu. On se touche chaque week-end sur Bernardo, mais il ne faut pas oublier que Nice, ce n'est pas Valence. Un poteau pour lui, qui aurait dû terminer au fond. El Shèvrawi n'a pas fait mieux.

Cavaleiro (4) : Des courses et de la vitesse. Bien trop peu pour un cavalier. Remplacé par Dirar, auteur d'une tête banale, elle.

Martial (7) : Début de match difficile pour Antoto. Mais l'attaquant a bien grandi et est désormais capable de créer des occases tout seul comme un grand. Le poteau monégasque part de lui, le but aussi, ainsi que le penalty. Ah non, l'arbitre n'a pas sifflé.

  • Relire le compte-rendu de la rencontre
  • Revivez le live de la rencontre

    Par Florian Cadu et Alexandre Doskov
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 25
    Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 23 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 22 Hier à 14:32 Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 23 Hier à 14:28 Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 196
    Partenaires
    Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom