Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Roi
  2. // Real/Séville (2-0)

Un Clasico en finale

Le Real termine sa campagne de Coupe exténué mais parvient malgré tout à avaler Séville à l'heure du dessert. Tant pis pour les andalous mais la finale de Coupe du Roi ce sera comme le reste de la Liga : Real Vs Barça. Pour changer.

Modififié
« La première Moufinal » titre Marca mercredi matin. Après la défaite d'Osasuna, le Real ne peut pas se trouer devant son public. Un peu plus tôt le Barça en a collé 3 à Almeria (soit 8 en deux matchs, soit 16 en 3 matchs) et déjà réservé son hôtel pour la finale. Le Real, lui, doit se défaire d'un Sevilla gourmand de coupes. Pour sa cinquième demi-finale en huit ans, le club andalou a tout prévu : endormir son hôte pendant 1h15 pour lui administrer un dessert carabiné en fin de repas et partir avec l'argenterie. Le plan a foiré et ce sont les sévillans qui ont dégusté.

Café et/ou dessert

«  Je vois un match long » a prédit Gregorio Manzano. Le couteau entre les dents, les andalous sont des invités coriaces mais polis. Pas question de se faire remarquer avant le fromage, vers la 80ème. Un but madrilène enverrait les andalous à la maison. Alors, les sévillans, pas fous, attendent et regardent le Real passer les plats. Les rouges ne mordent qu'aux alentours des 40 mètres de leur but et les madrilènes ne se découvrent pas. Séville inaugure son nouveau suisso-croate Rakitic à peine sorti de l'emballage lundi. L'ex de Schalke s'installe d'entrée au centre du milieu et soulage le club andalou en manque chronique de milieu créatif depuis le début de saison. Autour c'est Varas/Caceres-SQD-Sanchez-Navaro/Rakitic-Zokora/Romaric-Navas/Kanouté-Negredo. Mou joue avec dix des perdants d'Osasuna + Alonso : Casillas/ Arbeloa-Carvalho-Albiol-Ramos/Alonso-Khedira/CR7-Ozil-Di Maria/Benzema. En première mi-temps, rien à manger, à part un duel CR7-Varas remporté par le gardien réserviste sudiste et un but refusé à Negredo pour un hors-jeu juste mais correct. Passons donc directement au plat de résistance.

Deux décisions surprenantes de Manzano déclenchent l'indigestion. Jusqu'à la soixante-quinzième, le Sevilla tenait son casse. Le Real a les boyaux qui collent et ne parvient pas à être plus dangereux que quelques missiles sol-air envoyés par un Benz omniprésent au pressing (60' de la tête, 75' du gauche). Séville s'installe dans le camp madridiste et le Bernabeu se crispe. Le coach andalou applique alors sa recette à la lettre et sort Rakitic pour Luis Fabiano (69') : moins de possession pour plus d'impact. Trois minutes plus tard c'est Perroti qui rentre pour Romaric : plus de milieu mais deux ailiers. Le centre du terrain déserté, le Real se régale enfin. A l'heure du fromage, Khedira passe pour Ozil parti dans le dos de Sanchez et Escudé. 81ème : 1-0. Autre contre, centre de CR7 et premier but du nouveau 9 du Real. Adebayor (qui a remplacé Benz sous les applaudissements à la 80ème) a gagné sa première Une du Marca. 2-0. Le Real a bien aimé le dessert.

Pour la route


Pour le digestif en conférence de presse, Manzano est bronzé mais l'humeur est barbouillée. « Nous partons la tête haute » . Le coach sévillan n'en veut à personne, le dîner était presque parfait : « le but de Negredo aurait pu tout changer. Nous avons poussé le Real Madrid dans ses limites » . Mou le reconnaît : « la coupe du Roi nous a fait mal » . Le Real termine sa série de 10 matchs en un mois sur les genoux. Normal, « à force d'être éliminée en huitièmes de finales depuis plusieurs années, cette équipe n'est plus habitué à jouer des éliminatoires » . L'hyper coach portugais est soulagé. Il aura sa finale contre le Barça et entame sa nouvelle croisade. « Le calendrier est bizarre car la finale est prévue le 20 avril en plein milieu des ¼ de finale de Champions. Dans n'importe quel pays, on fait un effort pour les représentants nationaux aillent le plus loin possible. Pas en Espagne » . Sauf qu'avant avril, il y a févier. Et en février, c'est Lyon... «  Si nous nous qualifions, bien sûr » sourit-il, l'insolent. Mais le Real tient sa première finale depuis 2004 et celle perdue face à Saragosse. Vous reprendrez bien une petite coupe ?

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Manchester City cale