Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tirage au sort
  3. // Huitièmes de finale

Un choc Real-City, Liverpool se coltine l’Atlético

C’était attendu : le tirage au sort des huitièmes de finale de C1 vient de dévoiler des affiches explosives où plusieurs cadors vont risquer leur peau. Le Real Madrid affrontera Manchester City, l’Atlético de Madrid tombe contre Liverpool, et Chelsea se coltine une nouvelle fois le Bayern Munich. Miam.

Modififié

Le choc de titans : Real Madrid – Manchester City


C’est donc officiel : Zinédine Zidane ou Pep Guardiola va sortir de cette Ligue des champions 2019-2020 dès les huitièmes de finale de la compétition. Il fallait voir la mine déconfite d’Emilio Butragueño au moment de voir l’affiche révélée pour comprendre que récupérer le double champion d’Angleterre en titre est tout sauf un cadeau. Pire encore : largués à quatorze points de Liverpool en Premier League cette saison, les Citizens pourraient mettre toutes les chances de leur côté en C1 afin d’empocher un prestigieux trophée en fin de saison. Cependant, que les Madrilènes se rassurent : Manchester City est tout aussi malheureux d’affronter l’équipe à éviter parmi les deuxièmes en phase de poules. Auteur d’une saison blanche l’an passé, mais prêt à tout casser cette saison pour renouer avec le succès, le Real Madrid constitue une menace de taille en Coupe d'Europe.

Le dernier affrontement de prestige : C’était en demi-finales de C1 2015-2016. Le Real Madrid de Zinédine Zidane s’était imposé contre le Manchester City de Manuel Pellegrini avec un seul but lors de deux rencontres (0-0, 1-0). Le buteur providentiel ? Gareth Bale au Santiago-Bernabéu. Bis repetita ?



Lyon, au marteau et au Turin

L’affiche la plus sexy : Atlético de Madrid – FC Liverpool


Certes, Liverpool semble être encore plus fort que l’année dernière, comme en témoigne son fantastique parcours en championnat. Certes, Liverpool va avoir l’opportunité de renouer avec le Wanda Metropolitano, le stade qui a vu les Reds être sacrés champions d’Europe contre Tottenham il y a six mois de cela. Mais en toute objectivité, il ne faut pas s’y méprendre : le tenant du titre hérite d’un gros morceau en huitième de finale de la C1. En recherche constante de phases de jeu rapides et d’explosivité en matière de construction offensive, Liverpool va être confronté à un bloc en 4-4-2 de l’Atlético de Madrid que toute l’Europe connaît déjà grâce à la science tactique de Diego Simeone. Si la manche aller à Madrid permet aux Colchoneros de rester dans le sillage de la machine concoctée par Jürgen Klopp, le retour à Anfield Road peut vite se transformer en cadeau empoisonné. Attention, danger.

Le dernier affrontement de prestige : C’était en demi-finales de la Ligue Europa 2009-2010. Vainqueur par la plus petite des marges au Vicente-Calderón (1-0), l’Atlético de Madrid était parvenu à garder la main à Anfield Road grâce à la règle du but à l’extérieur pour se hisser en finale (2-1). Les deux buts madrilènes ? Inscrits par l'immense Diego Forlán.


L’affiche la moins attendue : Atalanta Bergame – FC Valence


Oui, il y aura au moins un invité surprise pour les quarts de finale de la compétition. Pas tellement espéré par ceux désireux de voir les gros poissons batailler dans le top 8 européen, ce duel italo-espagnol aura la possibilité de redonner ses lettres de noblesse au FC Valence, double finaliste malheureux de la Ligue des champions en 2000 et 2001. Favori de cette double confrontation après avoir terminé en tête d’un groupe où l’Ajax Amsterdam s’est fait reverser en Ligue Europa, Valence devra toutefois prendre la mesure d’un adversaire bergamasque en pleine effervescence. Qualifiée pour la première fois de son histoire à ce stade de la compétition, la Dea a obtenu son ticket dans la douleur, démarrant sa poule par trois défaites, ce qu'aucune écurie n'avait jamais réussi à transformer en qualif' jusqu'ici.


L’affiche la plus sous-cotée : Tottenham – RB Leipzig


José Mourinho peut se frotter les mains : Tottenham vient d’hériter d’un tirage plutôt favorable pour accéder aux quarts de finale de la compétition. Pourquoi ? Déjà parce que Leipzig est sans doute en train de se dire que la méforme actuelle du Bayern Munich en Bundesliga peut lui permettre de jouer les premiers rôles en Bundesliga, voire d’obtenir le tout premier titre de champion d’Allemagne de sa jeune histoire. Ensuite, parce que Tottenham, finaliste de la dernière édition, possède l’expérience nécessaire pour passer un tour supplémentaire et se rapprocher un peu plus d’une nouvelle finale. Enfin et surtout : il y avait pire comme premier de poule à tirer. Bon, Leipzig, pimpant leader de Bundesliga, a aussi le droit de se dire que cette opposition - face à un club suffisamment malade pour avoir déjà changé de coach cette saison - lui offre une réelle chance d'accéder au top 8 européen.


Le grand classique : Chelsea – Bayern Munich


L’originalité c’est bien, mais le traditionnel possède aussi son lot de plaisir. Cette année, ce sera donc une opposition entre Chelsea, vainqueur de l’édition 2011-2012, et le Bayern Munich, quintuple vainqueur de la C1 en 1974, 1975, 1976, 2001 et 2013. D’après les forces en présence, cette opposition anglo-allemande devrait être très équilibrée étant donné la présence de Chelsea dans le top 4 actuel en Premier League et la grosse méforme du Bayern Munich, actuel cinquième de son championnat. Concernant les confrontations précédentes, le quart de finale en 2004-2005 constitue un choc mythique où les Blues d’un Frank Lampard joueur s’étaient qualifiés en Bavière pour le dernier carré (4-2, 2-3). À Lampard de répéter cette performance depuis son banc de touche.

Le dernier affrontement de prestige : C’était la finale de la C1 2011-2012 à Munich. Chelsea s’était imposé au bout d’une crispante séance de tirs au but (1-1, 3-4 tab). L’heure de la vengeance pour le Bayern ?


La spéciale Maradona : Naples – FC Barcelone


Si le FC Barcelone devait choisir son adversaire pour le mois de février, il n’aurait pas choisi Naples en priorité. En revanche, voir les Partenopei croiser le fer avec le Barça n’est pas une si mauvaise nouvelle pour l’ogre catalan. Englué dans une bisbille interne avec sa direction, l’effectif napolitain subit les conséquences d’une mauvaise ambiance avec le départ controversé de Carlo Ancelotti remplacé par Gennaro Gattuso. En difficulté en championnat, les Napolitains - qui ont fêté l'arrivée de leur nouveau coach par une défaite à domicile contre Parme - vont recevoir Messi et consorts avant de se déplacer au Camp Nou. Une affiche novatrice, car les deux clubs ne se sont jamais rencontrés depuis la création de la nouvelle formule en C1. Sortis leaders d’une poule où le Borussia Dortmund et l’Inter faisaient office d’épouvantails, les Culés apparaissent logiquement favoris de cette double confrontation qui fera forcément frissonner Diego Maradona, qui a déjà transpiré dans le maillot de ces deux clubs.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

il y a 1 heure L'UEFA « s'oppose fermement » à la création d'une Super Ligue européenne
il y a 1 heure Mirlind Daku, le buteur qui rend fou le championnat kosovar 16 il y a 3 heures Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 2
il y a 3 heures Osama Vinladen : « Mon frère s'appelle Sadam Huseín » 69 il y a 6 heures Jaume Roures : « Nous avons le temps de trouver des solutions raisonnables » 37 il y a 6 heures Phoenix renonce à accueillir la finale de l’USL après des insultes homophobes 20
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
il y a 6 heures Un hommage à Bruno Martini sur les pelouses françaises ce week-end 1
il y a 7 heures Flamengo : Henrique blessé aux testicules 7