Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

Újpest, l’Eden de Kylian ?

Malmené en Belgique, Kylian Hazard en avait ras la casquette d’être comparé à ses illustres frangins. Alors, l’été dernier, il s’est carapaté à Újpest, chez les Violets chapeautés par Roderick Duchâtelet. Du Plat Pays à la quasi plate Hongrie, l’ailier des « Lilák  » , la vingtaine à peine entamée, se forge un prénom dans l’élite magyare avec la bénédiction d’Eden, de Thorgan et de leur ex-défenseur de père.

Modififié
Les Blues ont Eden la flèche. Mönchengladbach, Thorgan le maestro. Et Budapest, Kylian la revanche. Le 7 juillet 2015, le troisième des Hazard à fouler les pelouses pros plante un coup franc juninhesque en amical face à Saint-Trond, club de la galaxie Duchâtelet qu’il vient d’intégrer en signant à Újpest. Deux enseignements : 1. Les boss de Zulte-Waregem ont totalement merdé avec leur pépite, largement sous-employée ; 2. : Le rival historique du Ferencváros TC parie sur un gamin prometteur. Un gamin indissociable de ses frères. Comme Eden et Thorgan, Kylian a un sérieux penchant pour le jeu rythmé et offensif. Comme Eden et Thorgan, Kylian s’est affûté à l’académie de Tubize, le Clairefontaine d’outre-Quiévrain. Comme Eden, Kylian est monté en puissance au centre de formation du LOSC. Comme Thorgan, il a évolué à Zulte. Comme Eden, Thorgan ou le benjamin Ethan, qui frappe à son tour au portillon à Tubize, Kylian a été cocooné par papa et maman. Trop ? « Il a la même explosivité qu’Eden et peut retourner une rencontre comme personne. Mais il y a toujours eu un souci avec son attitude. Il ne connaissait pas la notion de discipline ou le fait de se l’appliquer à lui-même. Un jour, lors d’un match de jeunes, le coach s’est soudainement rendu compte qu’il manquait un gars sur le terrain au milieu de la seconde période. Kylian avait décampé sans prévenir. On l’a retrouvé assis dans un arbre et quand on lui a demandé pourquoi, il a juste haussé les épaules et répondu qu’il ne voulait plus jouer » , développe Fathi Ennabli, coordinateur à l’AFC Tubize.

« Je suis Kylian, pas Hazard »


Jouer, c’était pourtant ce qui l’attendait malgré son caprice d’ado et sa grimpette imitation Tarzan. Il faut dire que la baraque familiale de Braine-le-Comte, à une heure de la frontière française, jouxtait le stade communal du Sans Fond. Mais avant de se révéler, Kylian a gambergé. Énormément douté. En 2013-2014, il pataugeait grave en Proximus League (D2 belge) au Royal White Star Bruxelles managé par John Bico, alias l’agent d’Eden et de Thorgan, et se demandait s’il devait arrêter les frais. « Mon frère [Eden, ndlr] a été élu meilleur joueur du foot français à 17 ans. Moi, on me regarde et on me dit : "Tu fais quoi à 19 ans ?" On pourrait peut-être me laisser le temps. Moi, je ne suis pas un génie comme lui et je l’assume pleinement. Après une saison pareille, si je ne m’appelle pas Hazard, je crois que j’arrête le foot. Si je m’appelais euh... "Jean Dujardin", ce serait pas la même chose. » Pression patronymique qu’il partage avec son copain Jonathan Benteke, éclipsé par Christian chez les Reds.


Heureusement pour Kylian, Újpest lui laisse carte blanche. Trois ans de contrat. Seize titularisations sur 19 matchs de championnat au pointage du 24 décembre. Deux buts pré-trêve (reprise le 13 février, car on se les gèle sévère) dont une demi-volée du droit crucifiant le gardien du Honvéd lors de la 11e journée (21/11). Plus un cadeau bonus avant Noël : le scalp du « Fradi » , ennemi héréditaire des « Lilák » et leader du classement, défait 1-0 dans son ultramoderne Groupama Aréna. Pour le petit Hazard, Budapest est le tremplin qu’il espérait. Un joli pied de nez à ceux qui l’accusent de capitaliser sur son prestigieux état civil sans forcer. Une façon d’exister au-delà des ombres envahissantes de ses frangins. Des états d’âme de Thorgan en Allemagne. Du moral en berne d’Eden à Chelsea. Ou des rumeurs persistantes annonçant l’aîné au Real de Zizou d’ici la clôture du mercato. Le Magyar d’adoption opine : « En Hongrie, je peux jouer incognito. Là, je suis Kylian et pas Hazard. »

Chouchou de Duchâtelet


Bon, certes, le Nemzeti Bajnokság I (D1 locale) n’a rien de la Bundesliga ou de la Premier League. Les meilleures teams du coin, du genre « Fradi » , franchissent rarement les tours préliminaires d’Europa. Le dernier exploit notable remonte à 1985 : finale d’UEFA perdue 2-1 par le Videoton face aux Merengues. De son côté, Kylian a un quart de Coupe de Hongrie à préparer contre le Tiszaújvárosi FC (17 février), une deuxième place à protéger et un rang à tenir. Pas si naze pour un mec de vingt piges. Un mec qui aimerait revoir les siens plus souvent, mais qui ne regrette pas son expatriation. Au grand dam de maman, prof de sport dans un collège. Un mec convaincu par les ambitions des Violets de Duchâtelet (revivre l’âge d’or des 70’s, rien que ça) et qui séduit le taulier du banc, Nebojša Vignjević. Le technicien serbe lui adresse régulièrement des louanges sur le refrain du « il y a quelque chose en lui » . Kylian sait qu’il est épié, guetté au tournant, et se décarcasse sous la tunique mauve. Maître Roderick apprécie son job et croit à un avenir radieux pour le jeune padawan : « A Újpest, Kylian obtient les moyens de progresser. Il peut évoluer dans de bonnes conditions et devrait désormais se concentrer sur son jeu. Quand on regarde ses performances, ça se voit qu’il est en excellente forme, même s’il se montre irrégulier par moments. Si son niveau s’équilibre et si sa condition ne faiblit pas, il aurait de quoi partir d’ici à la vitesse de l’éclair, car son talent est évident. » Aujourd’hui, Kylian s’éclate en Hongrie, où les hivers et la langue sont rudes. Quitte à peiner Carine.


Par Joël Le Pavous
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 31 minutes Un chien tacle un joueur en D4 roumaine
il y a 5 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 12