Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Gr. H
  3. // Ajax-Lille (3-0)

Trop vite, trop haut, trop fort

Dévorés par l'Ajax (3-0) à la Johan Cruyff Arena, les Lillois ont payé le poids de leur inexpérience à l'échelle européenne, tout en présentant de solides promesses pour le futur. Quand il y a de l'espoir, il y a de l'espoir...

Modififié
Le pire, c’est qu’ils font un bon match. Il y a quelques années, un type nommé Alessandro Barrico disait ceci : « Pour apprendre à boxer, il suffit d'une nuit. Il faut une vie entière pour apprendre à combattre. » Le genre de bon mot qui excite les tympans, mais ne veut finalement pas dire grand-chose pour qui n’a jamais pratiqué, comme si le passé avait son poids, lui aussi, dans la performance. Ce mardi soir, si jamais Christophe Galtier n’avait pas eu le loisir d’assimiler la remarque, il l’a fait. Lille s’est pris une leçon de boxe anglaise par son opposant du soir, un gamin ajacide à la robe rouge et blanc et aux gants rapides comme l’éclair. À sec, sans prévenir.


Car pour comprendre ce qui se jouait ce soir, autant s’appuyer sur les dires du grand chef avant la rencontre, celui-ci ayant eu la gentillesse de mâcher le travail de compréhension des objectifs : « A-t-on le niveau ? Seuls les matchs le diront. Bien sûr, on n’a que quatre joueurs qui ont fait des matchs de C1 (Rémy, Pied, Renato Sanches et Ikoné). On part de loin en matière de vécu. C’est normal parce qu’on recrute des jeunes talents. » Se jauger, rien d’autre. À ce titre, jouer l’Ajax, dont la politique jeuniste avait fait le succès l’an passé, relevait d’un joli clin d’œil. Finalement, les Dogues repartent avec une tronche au beurre noir.

Sanches, point de bascule

Il s’est pourtant avancé, le costume droit, le regard haut. Galtier ne baisse les yeux que devant la mort, et encore, on n’en sait franchement rien. Que répondre après une gifle ? Balancé devant les micros de beIN Sport à la fin du match, le coach lillois a fait ce qui fait de lui un bon entraîneur : il s’en est tenu au bilan. Renato Sanches planté à droite pour gêner Tagliafico ? Pas sa meilleure inspiration : « J'avais la possibilité d'être plus offensif en maintenant Luiz Araujo, mais je voulais avoir un troisième milieu de terrain. Mais je ne pense pas que ça s'est joué là. » Alors où ? Les chiffres pointent pourtant là. Renato Sanches, à la rue sur chacune de ses prises de balle dans les vingt premières minutes, est le deuxième joueur lillois à avoir perdu le plus de ballons sur le terrain (six, contre huit pour Benjamin André), le tout pour 52 ballons touchés, quatre dribbles et zéro tir tenté. Venu assister à la victoire de l'Ajax face à Heerenveen (4-1) samedi dernier, Galtier avait décidé de placer son feu follet sur la pelouse, peut-être parce que c'était le moment de montrer pourquoi il avait été acheté si cher, peut-être parce qu’il est le joueur avec le plus d’expérience à ce niveau (18 matchs), derrière Loïc Rémy (25). Mais ça, c’est encore sur le papier. À froisser.



Car une fois les taureaux lâchés dans l’arène, il n’y avait plus que la tête et les jambes. Ils le disent assez souvent : une fois sur le terrain, les entraîneurs n’ont plus de prise sur ce qu’il se passe devant eux. Aux joueurs de se débrouiller. Et c’est là le plus terrible : Lille a relevé le défi. En réalisant moitié moins de passes, certes (387 contre 638), mais en tirant plus (16 contre 15), en contrant plus (11 contre 9) et en interceptant autant de ballons (12). Il s’agissait de laisser la gonfle en piquant en retour, et la triplette Ikoné-Bamba-Osimhen a eu les balles pour revenir, d’abord à 1-0, puis à 2-0. C’est à se dire que les leçons passent parfois par là : un Onana toujours parfaitement placé d’un côté, un Maignan moins impérial de l’autre. « La Ligue des champions, ça doit transformer et surtout pas annihiler. Ça doit transcender ! » , disait Galtier à La Voix du Nord il y a peu. Pour sa première en tant que coach principal sur le banc d’un match de C1, le bonhomme s’est donc tout simplement pris une quadruple leçon : tactique, physique, de réalisme et de créativité. Edson Álvarez, 21 ans, débauché pour 7,5 millions au Club América ? Délicieux. Lisandro Martínez, 21 ans, acheté 7 millions au Club Social y Deportivo Defensa y Justicia ? Mortel. Sans parler de Neres, sans parler de Promes, sans parler de Ziyech...

Musique, maestro

À L’Équipe, ce matin : « Les matchs sont d’un niveau technique très élevé. Avec beaucoup d’intensité. Beaucoup de gens parlent de la musique d’avant-match. Mais quand tu prépares tes matchs, la musique, tu ne l’entends pas. » Il y avait la musique, il y avait l’opposition, il y avait le répondant. Mais entre une équipe jeune et une autre, il y a parfois, aussi, le poids d’une demi-finale de Ligue des champions disputée il y a moins de six mois.


L’Ajax n’est pas reparti de zéro malgré ses ventes, preuve ce soir aux sceptiques, et reste une des équipes d’Europe au jeu le plus abouti à ce stade de la saison. Le message, en filigrane, était celui-là : pouvoir se situer. « Croquer dans ce match, n’avoir aucune retenue. » Le LOSC a croqué, le LOSC s’est fait croquer. Mais au vu de la prestation du soir et du reste du plateau de ce groupe H (Valence et un Chelsea incapable de garder un clean-sheet), on se dit que si Bamba apprend à lever les yeux, les Dogues pourraient bien dévorer plus que des minutes de jeu. En attendant, Lille a vu ce que combattre voulait dire.



Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE

il y a 20 minutes C'est quoi, TIME TO SO FOOT ? 2
il y a 1 heure Les U18 d'Ingré tabassés après un match de Coupe Gambardella 17
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:08 L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 47 Hier à 13:55 Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 19