Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Trêve de plaisanteries !

Entre un agenda déjà chargé et les contraintes provoquées par la crise sanitaire, la trêve internationale de ce mois de septembre est enquiquinante pour tout le monde. Au cœur du problème cette fois-ci : l'absence des internationaux sud-américains ce week-end dans certains championnats domestiques. Il n'est plus question de désigner des coupables, ils sont trop nombreux, mais il serait grand temps que tous les acteurs se posent autour d'une table pour trouver des solutions à ces problématiques récurrentes.

Modififié
C'est une perspective que l'on attendait depuis une dizaine de jours : les championnats nationaux sont bientôt de retour. Historiquement, la trêve internationale du mois de septembre a rarement passionné les foules, encore moins quand celle-ci interrompt les débuts passionnants de nos feuilletons préférés. En France, cette pause forcée n'a fait que renforcer l'impatience de retrouver la Ligue 1, entre l'ennui devant les matchs des Bleus et l'excitation provoquée par les quatre premières journées de la ligue des talents. C'est pourtant un drôle de week-end qui s'annonce dans les principaux championnats européens, alors que cinq rencontres comptant pour les qualifications au Mondial 2022 se disputeront dans la nuit de jeudi à vendredi (Paraguay-Venezuela, Uruguay-Équateur, Colombie-Chili, Argentine-Bolivie, Brésil-Pérou).

Le grand bazar


Un problème pour les championnats domestiques européens et les clubs qui, rappelons-le, payent ces joueurs qui ne pourront potentiellement pas être alignés en raison d'un agenda infernal. La cinquième journée de Ligue 1 devrait ainsi se jouer sans Lionel Messi, Konrad de la Fuente, Keylor Navas, Guillermo Maripán, Miguel Trauco, Ángel Di María, Gerson, Leandro Paredes, Lucas Paquetá, Neymar et Bruno Guimarães, entre autres, pour la simple raison que ces derniers ne sont pas des machines. Et ça, ce n'est pas normal.


Un bazar que l'on retrouve également en Espagne, où la Liga a été contrainte de reporter FC Séville-Barcelone et Villarreal-Alavés, et surtout en Angleterre, où les restrictions sanitaires plus dures risquent de chambouler le week-end de Premier League. Le micmac est même immense outre-Manche. Les clubs anglais, qui avaient décidé de retenir leurs internationaux sud-américains pour leur éviter une période d'isolement de dix jours à leur retour au pays, pourraient voir certaines fédérations faire jouer la période de « blocage automatique » de cinq jours, ce qui priverait les joueurs concernés (Alisson, Fabinho, Firmino, Raphinha, Gabriel Jesus, etc.) de match ce week-end. Pendant que les déserteurs argentins pourraient eux être sanctionnés (Lo Celso et Romero par Tottenham, par exemple), et devront surtout patienter dix jours en Croatie avant de rallier l'Angleterre. Là aussi, ce n'est pas normal.

Les nombrilismes du foot


Il n'est pas question de rejeter la faute sur les sélections sud-américaines, ou de faire de l'Europe le nombril de la planète foot. Il faut d'ailleurs rappeler que cette situation est la conséquence de la suspension des qualifications dans la zone CONMEBOL en mars dernier après... le refus des clubs européens de libérer leurs joueurs en pleine pandémie de Covid-19. Un problème qui a poussé la FIFA à autoriser la confédération à ajouter une date dans le calendrier initial en septembre. Et ce n'est pas terminé, puisque le même scénario doit se répéter le mois prochain (dernières rencontres le jeudi 14 octobre) et du 24 janvier au 2 février (désolé pour les huitièmes de finale de Coupe de France). Au milieu de ces histoires, le credo des clubs, des instances et des sélections est le même : chacun sa route, chacun son chemin, chacun ses emmerdes. Il serait pourtant temps de se poser autour d'une table et de réfléchir à des solutions qui arrangeraient ceux que l'on oublie sans cesse : les joueurs, principales victimes (avec le public) de la gourmandise des dirigeants du ballon rond et de cette cadence insupportable.

En ce sens, il est possible de mettre de côté l'idée loufoque d'une Coupe de monde tous les deux ans pour extraire une piste intéressante émise par Arsène Wenger la semaine dernière pour éviter que le foot ne suive l'exemple du rugby : « La grande idée, au départ, est de regrouper les matchs de qualification sur deux fenêtres internationales, en octobre et mars, pour une plus grande visibilité du calendrier, une plus grande simplicité pour les clubs, et moins de problèmes à résoudre pour les sélections. » À creuser. En attendant d'autres bonnes idées (ou des mauvaises), les seuls à pouvoir stopper la folie des uns et des autres, ce sont les joueurs. En novembre dernier, Toni Kroos s'était plaint qu'ils ne soient « que des marionnettes dans toutes ces nouvelles choses inventées par la FIFA et l'UEFA. Personne ne nous consulte. » Vrai, très vrai, même s'il faut aussi ajouter que personne ne les empêche de prendre la parole pour déplorer le grand n'importe quoi du calendrier.

Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Hier à 14:35 Deux tiers des footballeurs ne savent pas quoi faire après leur retraite 53 Hier à 12:53 Vincent Hognon déjà viré du Swift Hesperange 29
Hier à 11:23 Le Qatar veut que les joueurs soient vaccinés au Mondial 2022 55 Hier à 10:56 Pierre Ménès reprend du service à Reworld Media 149 Hier à 09:22 Un arbitre frappé au visage et hospitalisé en niveau amateur 36