Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Tottenham-Liverpool

Tottenham-Liverpool, le poids d'une nouvelle histoire

Tottenham et Liverpool se retrouvent ce samedi soir, à Madrid, pour une finale de Ligue des champions 100% anglaise. Un face-à-face plutôt inattendu entre deux clubs, et deux entraîneurs, qui se connaissent à merveille, aux ambitions similaires : casser cette image de loser magnifique acquise en Angleterre et écrire une nouvelle page de son histoire.


Qu’apprend-on d’une finale perdue ? Il n'aura pas fallu longtemps pour que la question soit posée à Jürgen Klopp, vendredi, à la veille du match contre Tottenham, réveillant peut-être chez lui les mauvais souvenirs de la défaite contre le Real Madrid (3-1), la saison dernière à Kiev. « J’ai appris qu’une bicyclette de dix-huit mètres peut aussi être un but, ironise le technicien allemand. Je n’ai rien appris, les finales sont toujours différentes. Si j’étais la raison pour laquelle j’ai perdu six finales d’affilée, tout le monde devrait s’inquiéter. Sinon, on a une chance. » L’ancien entraîneur de Dortmund sait de quoi il parle, il a perdu ses trois finales européennes (deux de C1, une de C3) et n’a toujours pas réussi à décrocher un trophée depuis son arrivée en Angleterre. « Ai-je une carrière de malchanceux ? Si je me voyais comme un loser, il y aurait un problème, précise Klopp. Mais je ne vois pas les choses comme ça ! Et en plus, ma carrière n’est pas terminée. » Mais elle pourrait clairement prendre un autre tournant en cas de succès ce samedi soir, à Madrid.


Vieilles connaissances


Et un succès de Liverpool pourrait bien boucler une première boucle de l'ère Klopp sur les bords de la Mersey. Il faut rembobiner au 17 octobre 2015 pour comprendre la symbolique : ce jour-là, l'Allemand vit son premier match sur le banc des Reds contre... le Tottenham de Mauricio Pochettino. Moins de quatre ans plus tard, les deux hommes vont se retrouver une dixième fois en moins de quatre ans pour une occasion toute particulière, chacun ayant posé son empreinte sur son club d'une manière différente. Et l'effectif liverpuldien a largement été remodelé depuis cette journée d'automne, Klopp a su faire évoluer son groupe chaque année pour rendre son équipe encore plus forte, et prête à se montrer à la hauteur dans ce genre de rendez-vous : « On a développé de nouvelles capacités, aussi bien sur le plan tactique que dans notre comportement en tant que groupe, pour faire face à différentes situations. On a essayé d'ajouter de la maturité et de la sérénité, mais sans perdre nos qualités premières, notre vitesse et notre fougue. On a appris à être plus consistant. »


Voilà le défi qui se pose devant le club londonien et Pochettino, pas vraiment à son avantage dans les confrontations face à son homologue allemand depuis qu'ils dirigent en Angleterre (4 nuls, 4 défaites et 1 victoire). Quels ingrédients mettre dans la partie de samedi soir pour ne pas laisser Liverpool développer son jeu ? Le premier mot d'ordre va déjà être la baston : l'ancien joueur du PSG rappelle que ses hommes devaient être prêts pour un « combat » , alors que Moussa Sissoko insiste sur la nécessité de « manger l'adversaire pour gagner le trophée » lors d'un entretien donné à RMC. Mais la partie se jouera également sur le plan tactique, sachant que les deux coachs devraient pouvoir compter sur tout le monde (seul Keita est blessé côté Liverpool ; Kane et Winks sont de retour à Tottenham) pour mettre en place leur stratégie. Et Pochettino pourra peut-être s'appuyer sur les deux défaites contre les Reds en championnat cette saison (2-1 à chaque fois) pour préparer au mieux cette finale, sachant qu'il avait aligné un 4-4-2 à l'aller et un 5-3-2 au retour, faisant évoluer son système en cours de match comme il aime souvent le faire. Dans tous les cas, Klopp se tient prêt à faire face à une équipe redoutable : « Si je pensais que Tottenham avait un avantage, je serais fou, mais, si je pensais qu'on en avait un, je le serais aussi ! On a gagné les deux matchs, mais à chaque fois, on a été très bons et cela a quand même été très compliqué, surtout au retour avec un but chanceux à la fin. » Puis, une finale raconte toujours une tout autre histoire.

Prendre le stylo


« Nous pouvons écrire l'histoire, écrire notre histoire et offrir à nos supporters et à nos familles la plus belle des joies du football. » Cette phrase de Pochettino, prononcée en milieu de semaine face à la presse, pourrait sortir de la bouche de chaque entraîneur avant une finale de Ligue des champions, ou même de n'importe quelle autre compétition. Mais elle permet de rappeler la dimension d'un tel évènement, l'importance de l'ultime sommet d'une saison européenne et de mettre au premier plan le principal enjeu de cette rencontre entre Tottenham et Liverpool : écrire l'histoire. « Nous savons à quel point c'est important pour les fans, nous savons à quel point ce match est important dans l'histoire de ce club et tout le monde veut y être et y prendre part » , a confirmé Harry Kane jeudi.


Ce samedi, chacun va vouloir écrire une nouvelle page, afin de raviver les gloires du passé. Tottenham peut effacer cette image de loser lui collant à la peau depuis trop longtemps sur le plan national (son dernier titre étant une Coupe de la Ligue en 2008), et surtout dépoussiérer son palmarès européen, le dernier titre remontant à la Coupe de l'UEFA 1984. De son côté, Liverpool rêve de soulever pour la sixième fois la « coupe aux grandes oreilles » et permettre aux Merseysiders de perpétuer leur tradition européenne, à défaut de régner sur la Premier League. Reste à savoir lequel des deux clubs prendra le stylo pour poser son nom dans la colonne des vainqueurs et conjuguer son histoire au présent.

Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

La finale de Ligue des Champions, c'est ce soir




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

À lire ensuite
Croc contents !