Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Ajax-Tottenham (2-3)

Tottenham, le bug dans la matrice

Ni les chiffres, ni les statistiques, ni les cotes, ni les précédents, ni les tendances, ni les soucis d'effectif, ni les erreurs tactiques et encore moins les scénarios ubuesques de ses rencontres ne devaient laisser une chance à Tottenham d'accéder à la finale de Ligue des champions. Bref, c'était présenté comme une mission impossible. Et c'est exactement pourquoi les hommes de Mauricio Pochettino l'ont fait.

Modififié
Mais qu’est-ce qu’ils foutent là ? Rien ni personne ne devait permettre à Tottenham de se hisser pour la première fois de son histoire en finale. Que faire de la belle histoire de l’Ajax qui rêvait d’un retour au sommet 22 ans plus tard ? Que répondre à ceux qui redoutaient de voir deux clubs anglais en finale (en attendant de voir si Chelsea et Arsenal pourront faire de même en Ligue Europa). Eux, ce n'était pas leur problème. Les Spurs ont bazardé les signes du destin pour mieux écrire le leur, et cette demi-finale en était certainement le plus beau chapitre. Menés 2-0 à la mi-temps du match retour à Amsterdam, après avoir perdu l’aller 0-1 chez eux, ils présentaient le profil type de l’équipe pouvant être enterrée à 45 minutes du terme.


Mais comme cette édition 2018-2019 de la Ligue des champions a décidé d’être celle de l’anormal, les gars de Pochettino se sont saisis des chiffres, statistiques, discours et vents contraires pour mieux les retourner en leur faveur. Si l’Ajax avait accaparé jusqu’ici le label de « surprise de l’année » , c'était oublier que Tottenham est lui un vrai miraculé. Certainement parce que le contenu était moins flamboyant que celui proposé par les Néerlandais, peut-être parce que Mauricio Pochettino avait tendance à se planter dans ses compositions de départ, aussi parce que ce club fait partie des quatre plus puissants du championnat national le plus puissant. Pourtant, ces mecs-là reviennent de loin, très loin.

Passion frissons


Si les Spurs pourront visiter le Wanda Metropolitano, c’est d’abord parce qu’ils ont pu sortir de leur groupe lors de l’ultime journée, grâce à un but égalisateur de Lucas (encore lui) au Camp Nou, à cinq minutes de la fin du temps réglementaire, qui envoyait alors l’Inter en C3 grâce à leur attaque (8 points chacun, même différence de buts, mais 9 buts marqués par les Anglais contre 6 pour les Italiens). Un détail qui pèse lourd. Courte trêve pour les cœurs fragiles de Londres : l’obstacle Dortmund a été passé sans trop d’encombre. Ce ne sera pas le cas en quarts face à Manchester City. Car il aura fallu un coup de VAR pour annuler sur le gong ce que Sterling pensait être le but de la qualification, et laisser les Londoniens repartir avec le gros lot, au terme d’un match complètement fou.


Le scénario de la demi-retour face à l’Ajax aura prouvé qu’il n’y avait finalement pas de limite à cette folie. Et le triplé de Lucas, achevé dans les dernières secondes, défie lui aussi l’entendement : Tottenham est la première équipe depuis 23 ans à se qualifier en finale après avoir perdu la demie aller à domicile. C'est aussi la première à s’imposer à ce stade de la compétition après avoir été menée de deux buts, depuis Manchester United face à la Juventus en 1999. Et tout ça sans la présence de son meilleur joueur, Harry Kane, lors de ses trois derniers matchs. Et aussi sans avoir effectué le moindre recrutement depuis le mois de janvier 2018. La dernière recrue achetée étant... Lucas Moura. Pour résumer, si la vie sur Terre est un énorme concours de circonstances, celle de Tottenham dans la compétition l’est tout autant.

Qui dit mieux ?


Mais le parcours des hommes de Pochettino n’est pas le seul paramètre qui permet de considérer cette performance comme anormale. Même l'histoire personnelle des Londoniens ne les prédisposait pas à ça, quand on sait qu'ils n'avaient plus mis les pieds en demi-finale de C1 depuis 57 ans, et que Pochettino n'avait jamais franchi les huitièmes de finale en cinq années de présence sur ce banc. « Nous sommes en train de vivre un rêve parce qu’il y a cinq ans, personne ne nous imaginait là, affirmait d'ailleurs l'Argentin avant la rencontre. Nous allons essayer de gagner, mais je ne cherche pas à savoir si nous sommes en train d’écrire l’histoire. Le plus important est d’apprécier et de faire de notre mieux. » Mission déjà accomplie, donc.



Le club devient le quarantième à connaître l’honneur de disputer une finale de Ligue des champions et le premier finaliste inédit depuis Chelsea en 2008 (lors de la dernière finale 100% anglaise, remportée par Manchester United). À Madrid, les Spurs pourront continuer de défier les lois de la logique, en succédant aux Blues au palmarès des vainqueurs inédits (2012) et en devenant le vingtième club à soulever la C1. On en est encore loin, mais qui sait de quoi ces types, capables de perdre à Bournemouth le samedi et de signer le plus grand exploit de leur histoire le mercredi, ont encore dans le ventre.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 19:56 EXCEPTIONNEL : 10€ offerts sans sortir la CB + 100€ remboursés en CASH sur votre 1er pari Hier à 11:15 Nouveau Bonus ParionsSport : 100€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 10 juin seulement !
Hier à 17:11 L'association nationale des supporters dénonce des mesures préfectorales "démesurées" 7
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:46 Canal+ et RMC Sport se partagent les droits de la Premier League 43