Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

Top 9 : Pablo Daniel Osvaldo

En traitant son entraîneur d'incapable après la défaite en finale de Coupe d'Italie face à la Lazio, l'attaquant de la Roma, Osvaldo, a probablement mis un terme à son aventure romaine. L'occasion de revenir sur les plus frasques du numéro 9, qui n'en est pas à son premier coup d'essai.

Modififié
25 juillet 2009

Les frasques d’Osvaldo ne commencent pas lorsque l’attaquant débarque à la Roma. Non. Le buteur était déjà un sacré phénomène avant. Retour en arrière. Eté 2009. Osvaldo a quitté la Fiorentina depuis six mois pour rejoindre Bologne. Stage d’été, Osvaldo, qui a bouclé sa première demi-saison à Bologne sans réussir à marquer le moindre but, est à bloc pour la nouvelle saison. Un peu trop, malheureusement. Lors d’un match d’entraînement, il subit une faute de Claudio Terzi. Ni une, ni deux, Osvaldo se relève, et agresse le défenseur. Les deux hommes sont séparés par leurs coéquipiers. Quelques minutes s’écoulent, et boum. Un contact musclé entre Mingazzini et le même Osvaldo suffit pour que l’Italo-Argentin ne pète un câble. Deux mandales dans la tête de Mingazzini, qui termine KO. Les quelques tifosi présents ont évidemment hué le joueur, qui a dû être raccompagné aux vestiaires avant que l’entraînement ne soit définitivement interrompu. Osvaldo sera vendu à l’Espanyol cinq mois plus tard. Tant mieux.

9 octobre 2011

Après une année et demie passée en Espagne, Osvaldo rentre en Italie. Cette fois-ci, direction la capitale, avec signature à la Roma. Les premières prestations sont bonnes, sur la lancée de celles affichées avec l’Espanyol. A tel point que Cesare Prandelli décide de le sélectionner en équipe d’Italie. Cette sélection provoque l’indignation de certains politiciens, qui jugent qu’Osvaldo n’est pas italien. Le joueur, toujours le premier à dire ce qu’il pense, leur répond. « De ce que je sais, des joueurs italiens du Sud sont également attaqués. Ce que je réponds, c’est que moi, je suis plus italien que ces politiciens de la Lega Nord qui ont créé une polémique parce que je vais porter le maillot azzurro. Ils ne sont pas contents que je chante l’hymne ? Je m’en fous. Au contraire, je pense que cela fera très plaisir à beaucoup d’Italiens » . Et vlan.

16 octobre 2011

Une semaine après la polémique du maillot de la Nazionale, Osvaldo dispute avec la Roma son premier derby romain. Un moment qu’il attend avec impatience, et qui va rapidement tourner dans le bon sens. Dès la 5e minute, c’est lui qui ouvre le score pour la Roma. Sans trop se poser de questions, le joueur dégaine alors un t-shirt : « Vi ho purgato anch’io » qui veut dire « Je vous ai bien eu, moi aussi  » . Référence à un t-shirt sorti par Totti en 1999 ( « Vi ho purgato » ), lors d’un derby remporté 3-1 par la Roma. Oui, sauf que Totti avait été malin, en arborant son t-shirt après avoir marqué à la dernière minute, et en étant donc assuré de la victoire. Tout l’inverse d’Osvaldo. Car la suite du derby va être beaucoup moins drôle. La Roma est réduite à 10, la Lazio égalise, puis inscrit le but de la victoire à la 92e minute par Klose. Dans les vestiaires, De Rossi s’en prend vivement à Osvaldo pour avoir dégainé ce t-shirt beaucoup trop tôt dans le match. Le joueur se justifiera en disant qu’il « avait prévenu Totti qu’il allait faire ça » . Bon, bah ça va, alors.

25 novembre 2011

Le début de saison de la Roma est compliqué. La Louve perd des matches importants et, le 25 novembre, elle affronte l’Udinese au stadio Friuli pour une rencontre qui peut relancer sa saison. Mais les Romains passent à côté de leur match, et les potes de Di Natale s’imposent 2-0. Au cours de la rencontre, Osvaldo reproche à son jeune coéquipier argentin, Lamela, de ne pas lui avoir fait une passe. L’embrouille se poursuit dans les vestiaires, Osvaldo devenant même insistant sur le sujet. Lamela finit par lui lancer : « C’est bon, tu n’es pas Maradona non plus » . Erreur. Osvaldo se jette sur l’Argentin et lui met son poing dans la gueule. Les autres joueurs giallorossi déboulent pour séparer les deux hommes mais le mal est fait. Osvaldo est suspendu par son propre club, et est privé d’équipe nationale par Cesare Prandelli, très à cheval sur son code de l’éthique. Depuis, « les deux hommes se sont expliqués » . Bon, bah ça va, alors.

26 février 2012

Promis, cette fois-ci, Osvaldo a retenu la leçon. Il ne fera plus de conneries. En championnat, il marque quelques buts importants, et la Roma va mieux au classement. Mais le 26 février, c’est la rechute. L’équipe de Luis Enrique se déplace à Bergame. L’ouragan Denis passe sur le club giallorosso. L’attaquant bergamasque inscrit un triplé, et la Roma est menée 3-1 à l’heure de jeu dès la 47e minute. Quelques minutes après le 3e but de l’Atalanta, alors que la Louve tente tant bien que mal de revenir dans le match, Osvaldo a la bonne idée de mettre un coup de savate à Cigarini, après un contact complètement anodin entre les deux hommes. L’arbitre de la rencontre l’exclut. Un carton rouge banal ? Pas vraiment. De fait, la semaine suivante se joue le derby romain. Un derby qu’Osvaldo regardera donc depuis les tribunes. Comment dit-on « idiot » en italien ?

16 octobre 2012

Promis, cette fois-ci, Osvaldo a retenu la leçon. Il ne fera plus de conneries. Enfin, presque. Lors de la deuxième journée de Serie A, après avoir marqué deux buts magnifiques lors des deux premiers matches, il est expulsé en fin de match sur la pelouse de San Siro, face à l’Inter. Prandelli n’en tient pas rigueur, et le convoque pour le match de qualification à la Coupe du Monde 2014 contre le Danemark… à San Siro, justement. L’Italie mène tranquillement 2-0, mais le Danemark réduit l’écart juste avant la pause. La deuxième période s’annonce donc tendue. Un mot d’ordre : concentration. Une concentration qui, pour Osvaldo, va durer 16 secondes. Le temps de mettre une mandale dans le visage de Stokholm et de prendre un carton rouge direct. Un joli record : il s’agit là du carton rouge le plus rapide reçu en seconde période par un joueur italien dans l’histoire de la Nazionale. Osvaldo, très critiqué, se vengera quatre jours plus tard avec un doublé sur la pelouse du Genoa.


10 février 2013

Zeman vient de se faire virer. Le coach n’a pas résisté à la défaite 4-2, à domicile, concédée contre Cagliari. Le Tchèque est remplacé par Andreazzoli, l’ancien adjoint de Spalletti à la Roma. Pour son premier match sur le banc de la Roma, ce dernier se déplace sur la pelouse de la Sampdoria. La Samp ouvre le score, mais la Roma fait le forcing pour revenir dans la partie. A la 70e minute, les Romains obtiennent finalement un pénalty. Dans ce cas là, on le sait, le maître, c’est Francesco Totti. Mais Osvaldo, pris d’un coup d’égo, écarte son propre capitaine et pose le ballon sur le point de pénalty. Le Capitano, dépité, regarde la scène. La suite est déjà écrite : Osvaldo fait une véritable passe au gardien, qui bloque sa tentative sans soucis. Deux minutes plus tard, la Sampdoria double la mise sur pénalty, et s’impose finalement 3-1. Après la rencontre, l’attaquant est insulté par des tifosi de la Roma. Une contestation qui se poursuivre jusqu’au lendemain, au centre d’entraînement de Trigoria.

20 février 2013

Une semaine après les évènements de Gênes, la colère des tifosi ne s’est toujours pas apaisée. Pas grave, Osvaldo se change les idées comme il le peut, notamment en passant du temps avec sa nouvelle conquête. Oui, sauf que là aussi, le joueur va se prendre de sacrées remontrances. La nouvelle compagne en question publie sur Twitter une photo d’Osvaldo et elle, lors d’un voyage à Prague. Immédiatement, l’ancienne femme du joueur, Elena Braccini, lâche un commentaire : « Plutôt que de venir paser du temps avec tes filles, tu préfères aller t’amuser » écrit-elle. Dans la foulée, Ana, une autre ex du joueur, avec qui il a eu un fils, s’immisce dans la conversation. « Ce n’est pas nouveau ce qui est en train de t’arriver à toi et tes deux petites. Dis-toi qu’il n’a plus parlé à son fils depuis plus de 6 mois ! » . Une ex énervée, bonjour les dégâts, deux ex énervées qui s’allient… la grosse cata.

26 mai 2013

C’est la finale de la Coupe d’Italie. Le match que toute une ville attend, entre la Lazio et la Roma. Osvaldo, qui a bien terminé sa saison, s’attend à une place de titulaire. Mais il est mis sur le banc par son coach, Andreazzoli, qui lui préfère Destro. Pendant toute la rencontre, Osvaldo jette des regards noirs à son entraîneur, qui décide finalement de le faire entrer à 15 minutes du terme, alors que la Roma est menée 1-0. A la fin de la rencontre, l’attaquant sort du terrain furieux, insulte son coach, et rentre directement aux vestiaires, refusant d’assister à la cérémonie d’après-match. Quelques heures plus tard, Andreazzoli critique vivement son attaquant, le traîtant de « pleurnicheur » . Ce à quoi Osvaldo répond sereinement sur Twitter : «  Tu aurais fait meilleure figure si tu avais admis que tu étais un incapable... Allez, va plutôt faire la fête avec les Laziali » . A priori, le point de non-retour de son aventure romaine.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions