Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations
  2. // Demies
  3. // Portugal-Chili (0-0, 0-3 tab)

Top 5 : Je n'ai pas encaissé un péno de toute la séance

Mur de la sélection chilienne face au Portugal, Claudio Bravo s’est offert une séance de tirs au but parfaite pour qualifier le Chili, avec trois arrêts successifs. Une situation déjà vue lors de précédentes compétitions.

Modififié

  • Barça-Steaua Bucarest, finale de C1, 7 mai 1986 (0-0, 2-0 tab)

  • Rater tous ses penaltys lors d’une demi-finale de Coupe des confédérations, cela pourrait être le pire des échecs collectifs possibles. Que le Portugal se rassure cependant, le FC Barcelone lui-même s’est pris les pieds dans le tapis dans cette épreuve, un soir de finale de C1. Jamais titré dans la compétition, les Culés, déjà finalistes en 1961, sont favoris avant de débuter cette rencontre face au Steaua Bucarest. Dans le Sánchez-Pizjuán de Séville, les supporters du Barça sont venus en nombre avec seulement 800 kilomètres à parcourir. Mais les Roumains s’avèrent être de sacrés adversaires, et les assauts de Bernd Schuster et cie sont tous repoussés par la défense des Roș-Albaștrii. 0-0, tout le monde descend. La prolongation terminée, la bagarre se règle aux tirs au but. Manque de pot pour le Barça, Helmuth Duckadam enfile son imperméable : Alexanco, Pedraza, Pichi Alonso et Marcos Alonso bégayent tous devant le portier roumain, qui quittera le stade en champion, et avec un surnom d'homme fort : Eroul de la Sevilia (Héros de Séville, en VF). Le Barça en pleure encore.

    Vidéo

  • SC Amiens-RC Strasbourg, 16e de finale de Coupe de la Ligue, 13 décembre 1995 (1-1, 1-0 tab)

  • Dans l’histoire du Amiens SC, Philippe Poil est une vraie légende. Gardien de but du club de 1995 à 2001, Poil passe l’intégralité de sa carrière en Ligue 2, dans le berceau d’Emmanuel Macron, où il restera même lors de la descente amiénoise en National. Une carrière remarquable de fidélité, dont la plus belle note sera probablement cette séance de tirs au but exceptionnelle contre le RC Strasbourg. Après une rencontre où Wilfried Gohel ouvre le score pour les Alsaciens dans la prolongation, l’ASC recolle au score grâce à Christophe Taine à dix minutes du terme. Viens alors cette fameuse séance de tirs au but où, sur cinq tentatives, Philippe Poil ne prend pas un seul pion strasbourgeois. Une bien belle performance. Surtout que de son côté, Amiens ne transforme qu’un seul penalty. Le sens du Poil.

  • ES Troyes-Nîmes Olympique, 32e de finale de Coupe de la Ligue, 25 août 2009 (2-2, 0-3 tab)

  • En démarrage de sa saison 2009-2010, le stade de l’Aube avait de quoi gonfler son moral par une qualification en Coupe de la Ligue contre Nîmes. Chiqué à la gorge et dans l’incapacité de prendre les commandes de la rencontre, les Troyens concèdent deux buts signés Jonathan Ayité (13e, 42e), mais parviennent par deux fois à revenir dans la partie, grâce à Titi Buengo (35e) et au jeune Claudio Beauvue (73e). Un match nul qui oblige tout ce beau monde à aller en prolongation, puis aux pénos. Troyes ouvre la séance, mais, là encore, impossible de prendre le dessus. Julien Faussurier manque sa tentative, et Mehdi Mostefa marque pour mettre les Crocodiles dans le bon bain. L’ESTAC bute à nouveau sur Haidar Al-Shaïbani, par deux fois, avec des tentatives manquées de Beauvue et Vincent Carlier. Benoît Poulain et Miodrag Stosic transforment côté nîmois. 0-3. Vous l'avez ?

  • Paraguay-Brésil, quart de finale de la Copa América, 17 juillet 2011 (0-0, 2-0 tab)

  • Cela fait maintenant dix ans que le Brésil n’a plus remporté la Copa América. Une éternité pour la Seleção, quintuple championne du monde et quadruple vainqueur de la compétition. Tenant du titre lors de l’édition organisée en Argentine, le collectif canarinho se présente face au Paraguay, une équipe déjà rencontrée en phase de poules, dont le score s’était soldé sur un partage de points (2-2). Dans ce quart de finale, le Brésil manque plusieurs fois d’ouvrir le score par Neymar, Ganso ou Alexandre Pato, mais aucun des joueurs ne parvient à forcer le coffre-fort guarani bien gardé par Justo Villar. Viennent alors les penaltys. Comme souvent dans cette épreuve, le Brésil apparaît touché mentalement devant la forteresse paraguayenne. Elano, Thiago Silva, André Santos et Fred se loupent tous et laissent leur place dans le dernier carré au Paraguay. Joga petito.


    Vidéo

  • Bayern Munich-Borussia Dortmund, demi-finale de coupe d’Allemagne, 28 avril 2015 (1-1, 0-2 tab)

  • Dans ce mano a mano tactique entre Pep Guardiola et Jürgen Klopp, le Bayern souhaite asseoir sa suprématie dans le football allemand face à son plus coriace adversaire. Dans l’Allianz Arena, les Bavarois démarrent les hostilités par un but plein de sang-froid signé Robert Lewandowski, après un premier échec lors de son face-à-face avec Mitchell Langerak (29e). En seconde période, Pierre-Eymerick Aubameyang parviendra à égaliser sur un bon service de Henrikh Mkhitaryan (75e). Et puis plus rien ne sera inscrit dans cette rencontre, jusqu'à la séance des tirs au but. Coup du sort ou mauvais choix de crampons, Philipp Lahm et Xabi Alonso glissent sur leurs tentatives. Mario Götze, lui, voit son penalty détourné par un Mitchell Langerak qui peut exulter après un missile de Manuel Neuer sur la barre. Quatre échecs qui suffisent au BvB pour se qualifier en finale. Ce soir-là, le mur jaune était un gardien australien.

    Vidéo


    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    il y a 7 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
    il y a 7 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 25 il y a 8 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28