Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Top 100 : les buts contre son camp qui ont marqué l'histoire

Top 100 : CSC inoubliables (de 70 à 61)

Faire une boulette est une chose, mais la sublimer sur le terrain, c'est tout un art. De Franck Queudrue à Apoula Edel, voici 100 buts contre son camp drôles, fous et parfois même magnifiques.

Modififié

#70: Lars Højer Nielsen - 1992

Torino-Boldklubben 1903 (1-0), Coupe UEFA, 1​9​ mars 1992


Pour marquer, Walter Casagrande n’avait pas forcément besoin des faveurs des défenseurs adverses. Lars Nielsen, sympa, a néanmoins décidé de lui prêter main forte un soir de 1992, lors d'un original Torino-Boldklubben 1903 en quarts de finale de Coupe UEFA. Attentif à la suite d’une passe contrée par la défense danoise, Casagrande pénètre dans la surface de réparation et élimine son adversaire direct grâce à un crochet intérieur millimétré. Lars Nielsen, altruiste, décide de prêter main forte à l’attaquant du Torino et tire à sa place. Pas de Bold, car le gardien est incapable de réagir. Le parcours du B 1903 s’arrête là, et même définitivement, puisque le club fusionne cette année-là avec le Kjøbenhavns Boldklub pour former le FC Copenhague.

#69: Vitor Hugo - 2010

Portuguesa de Desportos-Santo André (3-2), Brasileiro Serie B, 21 septembre 2010


Inventer un geste technique en marquant dans ses propres cages, c’est possible. Vitor Hugo, à qui il manque un peu plus que la lettre c pour écrire l’histoire, le démontre le 21 septembre 2010 à l’occasion de la 23e journée du championnat de deuxième division brésilienne. À la 22e minute, alors que son club formateur de Santo André est déjà mené d’un but, le défenseur qui évolue actuellement à la Fiorentina régale les supporters de Portuguesa de Desportos d’un incroyable enchaînement après avoir glissé en voulant protéger le ballon devant l’attaquant. Les détails sont impossibles à décrire, tout comme certifier que l’arrière sud-américain a marqué de la fesse. Le mieux reste de laisser les yeux se faire leur idée, tout en gardant en tête que Santo André est revenu à égalité avant de s’incliner 3-2. Une autre forme de génie.


#68: Jeff Hopkins - 1989

Crystal Palace-Millwall (4-3), First Division, 21 octobre 1989


1992 est une date qui a marqué le football anglais. Le premier titre de champion d’Angleterre d’Éric Cantona avec Leeds ? L’avènement de la Premier League ? Tout cela est vrai, mais c’est aussi l’année qui marque l’interdiction pour le gardien de saisir une passe en retrait volontaire. Une règle qui va nous offrir quelques sucreries à retrouver très haut dans le classement. En 1989, donc, le gardien peut encore utiliser ses gants. Le début de l'explication pour la « frappe en retrait » du défenseur de Crystal Palace Jeff Hopkins vers son gardien Perry Suckling par un jour de South London derby. On a retrouvé un Aigle royal.

#67: Romain Pitau - 2006

LOSC-Sochaux (3-0), Ligue 1, 14 janvier 2006

à 32s

Les Lionceaux vont-ils devenir une espèce en voie de disparition ? Cet été, le FC Sochaux vient d’échapper de peu à une relégation administrative en National 1. Retour en 2006. Les Lionceaux gambadent en liberté au Stadium Lille Métropole - une enceinte tout juste bonne à faire courir le 3 fois 500 m à des lycéens -, mais ils se font bouffer par les Dogues, 3-0. Avec une pitrerie de Pitau : sur le deuxième but, le Sochalien reprend un centre du Lillois Gygax et lobe Richert qui termine allongé dans ses ficelles. Et l’équipe de Dominique Bijotat terminera à une piteuse 15e place... Elle avait pourtant de la gueule cette association sochalienne Mourad Meghni-Jérémy Ménez-Valéry Mézague.


#66: Ricardo Rocha - 1992

Torino-Real Madrid (2-0), Coupe UEFA, 15 avril 1992


Le Shérif Ricardo Rocha est plus connu pour n’avoir rien laissé passer sur un terrain que pour avoir dégainé trop souvent contre son propre camp. Pourtant, personne ne peut être aussi rigoureux que Pat Garrett dans le film de Sam Peckinpah : Rocha ne fait pas exception. Lors de la demi-finale retour de Coupe UEFA 1992, dans une ambiance bouillante, le défenseur central du Real Madrid, pourtant esseulé au point de penalty, reprend en pleine lucarne, d’un coup de fusil parfait, un centre venu de la droite. Une aubaine pour un Torino en feu, qui parviendra à tirer une seconde fois et à ajouter l’ennemi public numéro 1, le desperado Real, à son tableau de chasse. Mais « quand la légende est plus belle que la réalité, on imprime la légende » : le mythe du Shérif a encore de beaux jours devant lui.

#65: Shay Brennan - 1966

Benfica Lisbonne-Manchester United (1-5), C​1, 9 mars 1966


Finaliste de la dernière édition de la Coupe des clubs champions européens - après avoir soulevé le trophée en 1961 et 1962 -, le Benfica Lisbonne est en difficulté dans ce quart de finale face à Manchester United. Battus​,​ 3-2 en Angleterre, les coéquipiers d’Eusébio espèrent profiter d’un Estádio da Luz en fusion pour renverser la tendance. C’était compter sans le talent d’un jeune homme de 19 ans nommé George Best qui claque un doublé en 13 minutes en faveur des Red Devils. Avant que John Connelly n’inscrive le but du K-O deux minutes plus tard. Menés 3-0, les Portugais commencent à ne plus trop y croire. Heureusement pour eux, le latéral gauche Shay Brennan leur offre un but en lobant de manière totalement inexplicable son propre gardien, Harry Gregg, pas exempt de tout reproche. Une folie qui n’aura pas la moindre conséquence, puisque Manchester United s’impose finalement 5-1.

#64: David Alaba - 2016

Autriche-Malte (2-1), amical, 31 mai 2016


À quelques jours de disputer l’Euro en France, après avoir remporté son groupe de qualification devant la Suède et la Russie, l’Autriche répète ses gammes face à Malte. Elle mène 2-0, le match est quasiment terminé. Alors, à la 87e minute, en toute détente, le gardien Ramazan Özcan se fait un petit exercice de pas chassés. Mais ce qu’il n’avait pas anticipé, c’était le pressing des attaquants adverses qui allait conduire son capitaine David Alaba à lui faire une passe en arrière. La passe arrive, mais Özcan n’est pas dans ses buts. Et le portier est trop juste pour empêcher le ballon de franchir la ligne. La suite ? L’Autriche rate son Euro et Ramazan Özcan reste vissé sur le banc à chaque match. On appelle ça porter sa croix (de Malte).

#63: Ismaïl Aissati - 2009

Ajax Amsterdam - Benfica Lisbonne (2-3), Tournoi d'Amsterdam, 26 juillet 2009


Non, la France n’a pas le monopole des talents gâchés. Les Pays-Bas aussi ont loué les mérites d’un joueur qui n’a finalement pas eu la carrière escomptée. C’est notamment le cas d​'​Ismaïl Aissati. Véritable prodige du centre de formation du PSV, le milieu offensif qui deviendra par la suite international marocain commence à enchaîner les matchs alors qu’il n’a que 17 ans. Un âge qui ne l’empêche pas de disputer et de remporter le Championnat d’Europe Espoirs avec les Pays-Bas en 2006 et 2007 face à des joueurs plus vieux de quatre ou cinq ans. Le début de la hype Ismaïl Aissati qui va se poursuivre par une signature chez le rival de l’Ajax Amsterdam, en 2008, contre 5 millions d’euros. Pas mal pour un gamin de 20 ans à l'époque. Sauf que le rêve va très vite se transformer en cauchemar en raison des blessures à répétition. Et finalement, les supporters de l’Ajax ne retiendront qu’un geste d​'​Ismaïl Aissati : son CSC en amical face au Benfica Lisbonne. Alors que son portier Kenneth Vermeer décide de relancer proprement en lui filant le cuir, le milieu de terrain tente de lui remettre​,​ mais envoie finalement une ogive sous la barre. Dix ans plus tard, l’ancien enfant prodige vient de permettre à son club de Denizlispor de terminer champion de deuxième division turque. En offrant 8 passes décisives et en claquant 3 buts. Du bon côté cette fois-ci.


#62: James Collins - 2015

Manchester City-West Ham (2-0), Premier League, 19 avril 2015


Souvenez-vous de ce que disait Christian Jeanpierre... « Jesús Navas et ses yeux de loup ! » Peut-être que ce jour de printemps 2015, à l'Etihad Stadium, James Collins a fixé les pupilles de Jesús Navas. Peut-être qu’à la 18e minute de jeu, le défenseur de West Ham a été ébloui par le regard bleu acier de l’ailier mancunien au moment où ce dernier armait son centre. Alors, Collins a lancé son pied gauche, sans se douter qu’il allait envoyer le cuir au fond de ses propres filets - non sans réaliser l’exploit de faire entrer la balle au fond dans une trajectoire impossible avec l'appui de la barre transversale. Il est étonnant, ce joueur... n’est-ce pas, Arsène ?


#61: Youssef Chippo - 1998

Maroc-Norvège (2-2), 10 juin 1998


En 1998, le Maroc tenait une qualification historique pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, mais celle-ci s’est envolée au dernier moment, car le Brésil, déjà qualifié, s’est fait retourner par la Norvège (de 1-0 à la 82e à 1-2 à la 89e). Et les Lions de l’Atlas qui tapaient dans le même temps l’Écosse 3-0 n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer. Mais il y a d’autres regrets pour les Marocains. Ceux de ne pas avoir battu la Norvège, justement, lors du premier match, avec cette égalisation improbable à 1-1 dans le temps additionnel de la première période. Voilà le tableau : coup franc pour la Norvège, le gardien se rate dans les airs, mais il reste deux défenseurs sur la ligne pour dégager un ballon dénué d'une quelconque puissance. Facile, a priori. Pourtant, Youssef Chippo prolonge la trajectoire au fond des filets. La Norvège s’en régale. Chippo létal.

Par Florian Cadu, Florian Lefèvre, Valentin Lutz et Steven Oliveira

Dans cet article