Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 30 Résultats Classements Options
  1. // Top 100 : les buts contre son camp qui ont marqué l'histoire

Top 100 : CSC inoubliables (de 20 à 11)

Faire une boulette est une chose, mais la sublimer sur le terrain, c'est tout un art. De Franck Queudrue à Apoula Edel, voici 100 buts contre son camp drôles, fous et parfois même magnifiques.

Modififié

#20: Pierre Issa - 1998

France-Afrique du Sud (3-0), Coupe du monde, 12 juin 1998


Qu’importe si le dernier but est officiellement accordé à Thierry Henry, on sait tous que Pierre Issa a marqué un doublé contre son camp lors de l’entrée en lice des futurs champions du monde tricolores, à Marseille. Pourtant, le Vélodrome, c'est le jardin de l’international sud-africain malheureux qui évolue en club à l’OM à l'époque de ce France-Afrique du Sud.

Mais à un quart d’heure de la fin, alors que la France mène 1-0, il prend son gardien à contre-pied en contrant une frappe de Djorkaeff. Puis, dans le temps additionnel, Issa se jette devant sa ligne pour sauver une frappe d’Henry, mais s’emmêle les pinceaux et la pousse lui-même au fond. « Le soir à l’hôtel, des coéquipiers sont restés dans ma chambre et on a commandé à boire pour oublier, raconte le Sud-Africain – qui a grandi en région parisienne – dans les pages du SO FOOT #136. Ils voulaient vraiment me faire passer à autre chose, mais moi, je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. »

« Dans les vestiaires, j’étais tout seul, dans mon coin, puis Laurent Blanc est venu me voir. Il m’a donné son maillot et m’a dit : "Allez, ça arrive, faut pas que tu lâches." Duga est aussi venu me voir. Lui, il m’a pas mal chambré... » Ironiquement, la prestation la plus risible de la soirée est sûrement à l’actif de son coéquipier marseillais. À base de contrôles foirés et de frappes dévissées, Christophe « Dugachy » n’a jamais aussi bien porté son surnom.


#19: John Pemberton - 1995

PSV Eindhoven-Leeds United (3-0), C3, 29 novembre 1995


Ce 16e de finale retour de Coupe UEFA au Philips Stadion promet du spectacle. À l’aller, dans le nord de l’Angleterre, Leeds et le PSV ont enfilé les pions avec frénésie : victoire 5-3 des Néerlandais. La question est de savoir si Leeds va tendre l'autre joue lors de la deuxième manche aux Pays-Bas. La mi-temps se profile à « seulement » 1-0 pour le PSV. D’ailleurs, l’intervention défensive de John Pemberton pour stopper le raid de Luc Nilis est nickel. Et puis, de manière incompréhensible, le voilà qui lobe son gardien du pied gauche tel un attaquant adverse. Aux premières loges, le jeune Ronaldo apprécie en connaisseur. 2-0 pour le PSV, puis 3-0 et le score cumulé ressemble à un match de rugby à l'ancienne : 8-3.

#18: Zarko Udovicic – 2016

Zaglebie Sosnowiec- Stal Mielec (1-3), amical, 13 juillet 2016


Žarko Udovičić est un défenseur yougoslave qui a porté les couleurs du Zaglebie Sosnowiec de 2015 à 2019. Mais, le club aurait sûrement dû mettre fin à cette aventure commune bien avant. En juillet 2016, pour être exact. Pourquoi ? Parce que durant ce mois, le bonhomme a totalement failli à son devoir professionnel : au lieu de défendre son camp, il l’a attaqué. Comment ? D’une ruse classique, utilisée par la majorité des joueurs offensifs : débordement sur le côté droit, conduite de balle le long de la ligne de but et missile téléguidé testant la solidité des filets de son gardien. Pas fait exprès ? Match amical ? Peu importe, les dirigeants auraient dû déchirer son contrat dès le crime commis. Car ce genre d’action n’a le droit d’exister que dans FIFA, sous les ordres d’un mauvais perdant.

#17: Carl Jenkinson - 2011

Cologne-Arsenal (1-2), amical, 23 juillet 2011


En quittant Charlton à 19 ans pour rejoindre Arsenal, Carl Jenkinson se voyait déjà en haut de l’affiche. Il rêvait de Ligue des champions et de titre de champion d'Angleterre, mais ses débuts sont prémonitoires d'un flop. On joue un match amical de pré-saison lorsque le défenseur dévisse un dégagement qui se transforme alors en reprise de volée lobée des 25 mètres sous la barre. Sous le regard déjà résigné d’Arsène Wenger. L’entraîneur français ne le sait pas encore – même si ses yeux semblent déjà le penser –, mais ce geste totalement fou reste probablement la plus belle action du latéral droit anglais chez les Gunners, qui n’ont cessé de le prêter un peu partout en Angleterre avant de lui offrir huit petites rencontres la saison dernière. La première impression était mauvaise, mais c'était la bonne.

#16: Andrea Consigli – 2016

Fiorentina-Sassuolo (3-1), Serie A, 17 avril 2016


Parfois, face à la console, il suffit d’anticiper un peu trop tôt ou de se tromper dans les boutons pour se tirer une balle dans le pied. Sauf que cette fois, l’erreur se déroule dans la réalité et que le fautif n’a pas l’excuse du joystick cassé ou des défauts du jeu virtuel pour expliquer sa boulette. À dix minutes de la fin d’une rencontre de Serie A, la Fiorentina mène 2-1 à domicile devant Sassuolo. Bref, la Viola n'est pas à l’abri d’une égalisation adverse. Andrea Consigli se charge donc de rassurer tout le stade Artemio Franchi en tuant le restant de suspense. Pour arriver à ses fins, le gardien profite d’une passe en retrait d’un coéquipier et s’essaye à un une-deux avec ses filets. Pas la peine de regarder le ballon rouler, le mal est fait. Et si ce n’est pas volontaire, le portier a du souci à se faire quant à l’utilisation de ses pieds.

#15: Jamie Pollock - 1998

Manchester City-Queens Park Rangers (2-2), D2 anglaise, 25 avril 1998


Au printemps 1998, Sergio Agüero a neuf ans. Et, a priori, il n’a encore jamais vu jouer Manchester City, ni entendu la voix de Martin Tyler – l'homme a qui il offrira un orgasme bien des années plus tard. Les Citizens jouent alors le maintien en deuxième division. Vient la 45e et avant-dernière journée, face à un concurrent direct, Queens Park Rangers. Victoire impérative pour City. Le score est de 1-1 quand le milieu de terrain mancunien Jamie Pollock transforme une intervention défensive en sombrero par-dessus un attaquant adverse. Jusqu’ici, tout va bien. Mais il enchaîne par un coup de tête en retrait qui trompe son propre gardien. Et QPR prend l’avantage. Finalement, Man City revient à 2-2, mais ce ne sera pas suffisant pour se maintenir. La semaine suivante, le club mancunien tombe en troisième division pour la première fois de son histoire.

#14: Sammy N'Djock - 2016

Minnesota United FC-AFC Bournemouth (0-4), amical, 21 juillet 2016

à 2min 15s

Au printemps 2016, l’AFC Bournemouth termine la toute première saison de son histoire dans l’élite du football anglais sur les rotules, mais l’essentiel est là : les Cherries sont maintenus. Deux mois plus tard, la pré-saison reprend aux États-Unis face à Minnesota United. Résultat ? Une victoire 4-0 et un fou rire pour la nouvelle recrue Jordon Ibe. Dans le rôle du clown : Sammy N’Djock, le gardien - formé au LOSC - de la franchise de MLS. Son numéro ? Le désormais classique enroulé du bras qui termine dans les filets. S’il avait voulu le faire exprès de manière grotesque, il ne s'y serait pas pris autrement.

#13: Gary Neville - 2006

Croatie-Angleterre (2-0), Qualifications Euro 2008, 11 octobre 2006


La boulette, c'est une tradition chez les gardiens anglais. Il y a eu David « Calamity » James, Robert Green, David Seaman ou encore Paul Robinson. À l'automne 2006, l'Angleterre se déplace en Croatie pour les qualifications de l'Euro 2008 et Robinson défend les cages des Three Lions. Le gardien va combiner involontairement, mais parfaitement avec son défenseur. La mésaventure se déroule à la 68e, neuf minutes après l’ouverture du score d’Eduardo da Silva en faveur des Croates. Gary Neville effectue une passe en retrait à son portier, qui loupe la balle à cause d’un minuscule rebond maléfique. Aussi vrai que les derniers remparts britanniques étaient destinés à foirer leur contrôle, l’Angleterre était destinée à rater le train de l'Euro 2008.

#12: Recep Çetin - 1990

Malmö-Beşiktaş (3-2), C1, 19 septembre 1990


C’est peu dire que ce premier tour aller de Coupe des clubs champions européens 1990-1991 entre Malmö et le Beşiktaş a été riche en buts et en rebondissements. Menés par deux fois au score par les Suédois, les Turcs sont revenus à égalité à chaque fois grâce à un doublé de Feyyaz Uçar. Sauf que lorsque Malmö reprend l’avantage deux minutes plus tard, l’attaquant turc n’a plus le courage pour aller claquer un triplé. Il faut dire que lui, ses coéquipiers et les supporters sont encore sous le choc du but du 3-2. Une sorte de volée acrobatique sous la barre de toute beauté. Malheureusement, le défenseur Recep Çetin n’a ensuite jamais réussi à reproduire ce geste de l’autre côté du terrain. Il n'empêche qu'il a marqué ce jour-là les plus beaux buts de l’histoire de la C1... contre son camp.

#11: Adrien Gulfo – 2017

Pully-FC Renens (3-3), Coupe Vaudoise, 4 mai 2017


S’élevant la sphère bien haut pour avoir le temps de s’appliquer, le Suisse Adrien Gulfo prépare son geste. Et le réalise à la perfection, sa bicyclette laissant le gardien bouche bée juste avant la mi-temps. Oui, mais voilà : le buteur est défenseur, et ce portier fait partie de son équipe... « On se met un auto-goal d’anthologie, assume son entraîneur Mario d’Alessandro. Avec le recul, on peut dire que cet auto-goal nous a rendu service, car, à la mi-temps, on s’est resserré. » Et comment : mené 3-1 par le FC Renens après ce pion venu de l’espace, Pully revient finalement à 3-3 dans les derniers instants de la partie et se qualifie en finale de la Coupe vaudoise. De quoi redonner le sourire au héros d’Internet : « J’ai essayé de leur proposer mille francs (environ 915 euros en mai 2017 !, N.D.L.R.) pour qu’ils ne diffusent pas la vidéo, mais ça n’a pas suffi. Résultat : plusieurs de mes coéquipiers se sont empressés d’envoyer ça à Téléfoot, pour l’émission de dimanche... Elle est quand même belle, cette bicyclette, non ? » Oui.
Par Florian Cadu, Florian Lefèvre et Steven Oliveira

Dans cet article