Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Top 10 : VAR & Polémiques

Depuis près de six mois, la Ligue 1 a fait la découverte de la VAR, tant réclamée par les joueurs, les entraîneurs et les arbitres. La fin des polémiques ? Pas tout à fait. Si l'assistance vidéo donne un vrai coup de main aux hommes en jaune, elle est aussi souvent contestée par les acteurs du jeu qui se sentent toujours autant lésés. Florilège.

Modififié

  • Thauvin, en nage
  • OM-Strasbourg (3-2), 7e journée

    Après avoir cru à l’exploit, la bande de Thierry Laurey est rattrapée, puis dépassée, par un OM roublard guidé par Florian Thauvin. L’ailier marseillais gratte un penalty décisif. « Un coup de baguette magique » aux dires de Laurey. Car, « pour qu’il y ait penalty, il faut qu’il y ait une faute, il ne faut pas qu’il y ait un plongeon, et là, on aurait dit Patrick Duffy ! (L’acteur de la série TV L’Homme de l’Atlantide, N.D.L.R.). » Oui, à l’entendre, la vidéo est la rue, et ne comptez pas sur Thauvin pour affirmer le contraire. « La VAR, c’est quand ça les arrange ! Bande de clochards ! » , balancera-t-il après s’être fait exclure contre le LOSC lors de la 22e journée (1-2).



  • Mercadal, le pour et le contre
  • OM-Caen (2-0), 9e journée

    Un pro-vidéo peut aussi pousser une petite gueulante. Ce jour-là, Caen ne ramène aucun point du Vélodrome (2-0) et Fabien Mercadal dénonce une mauvaise utilisation de la VAR, notamment pour une main d’Ocampos dans la surface. « J’ai un énorme respect pour le corps arbitral, je le dis avant d’être taxé de Calimero, mais il n’a pas été équitable sur le visionnage de la VAR, et ce n’est pas la première fois, déplore l’ancien coach du Paris FC. J’aurais aimé que l’arbitre prenne une décision en consultant la vidéo, et je suis pour la VAR. » C'est vraiment trop inzuste !

    « Aujourd’hui, les arbitres sont des robots »


  • Le troll Rudi Garcia
  • OM-PSG (0-2), 11e journée

    L’art de retourner sa veste. Après avoir longtemps milité pour la VAR et même félicité son instauration en Ligue 1 en début de saison, Rudi Garcia a vite changé d’avis. Un soir d’octobre, l’OM s’incline contre le rival parisien au Vélodrome (2-0) et le technicien marseillais s’indigne contre le non-recours à l’assistance-vidéo pour une faute jugée inexistante de Strootman. « Si un jour, la VAR est mise en route dans le championnat de France, peut-être qu’on ne verra pas ce qui est arrivé aujourd’hui, ironise Garcia. Moi, je milite pour la VAR, et malheureusement elle n’est pas encore en circulation. » Quel humour !

  • Tuchel et Bedouet main dans la main
  • Bordeaux-PSG (2-2), 15e journée

    Début décembre, le PSG se décide enfin à lâcher du lest. Il faut dire que Bordeaux, l’adversaire du soir, regarde l’ogre parisien dans le blanc des yeux. L’occasion est trop belle, et la VAR fait parler d’elle. Après avoir mis cinq minutes pour accorder le premier but de la rencontre, l’arbitre décide de se passer de la vidéo pour la suite des réjouissances. Les Parisiens auront beau pester, réclamer en vain deux penaltys, rien ne fera broncher l’homme en jaune. Résultat inédit, la VAR s’attire les foudres des deux entraîneurs à l’issue du match, entre un Bedouet « fatigué » et un Tuchel « qui ne veut plus comprendre » . Tous dans le même bateau !


  • Le coup de gueule des Verts
  • Bordeaux-Saint-Étienne (3-2), 16e journée

    La goutte d’eau. Début décembre, l’ASSE décide d’évacuer toute sa frustration dans un communiqué publié sur son site officiel. Son contenu ? Une longue analyse mettant en lumière la mauvaise utilisation de la VAR par les arbitres, les Verts s’estimant lésés sur plusieurs situations depuis le début de saison. « Les conditions du recours à la VAR doivent être encore clarifiées afin de rendre équitable l’usage de la vidéo entre toutes les équipes et de préserver l’équité des compétitions » , précise Saint-Étienne. Vidéo gag.



  • Bedouet ne manque plus d’air
  • Angers-Bordeaux (1-2), 17e journée

    Début janvier, Eric Bedouet, l’entraîneur des Girondins, enchaîne les coups de gueule contre la VAR. Après avoir qualifié le formidable outil d’ « abominable » en marge d’une défaite contre Nice (1-0), il récidive quelques jours plus tard. Bordeaux s'impose contre Angers (1-2), mais rien n’y change : « Je ne parle plus de ça, ça me gonfle tellement. (...) Les arbitres doivent être aidés par la VAR, et je ne sais pas si ça aide vraiment. » Récidiviste.


  • Bruno, le grand législateur
  • Lyon-Reims (1-1), 20e journée

    Éjectés de la Coupe de la Ligue par Strasbourg en cours de semaine (1-2), les Gones pataugent face à Reims. Pour le spectacle, il faut attendre la conférence de presse où Bruno Génésio, dans une pulsion rousseauiste, s’offre une tirade magistrale : « J'ai vu des matchs à la télévision samedi et dimanche, et il faudra m'expliquer certaines choses. (...) C’est toujours l'interprétation de l'homme finalement. (...) Rien que ce week-end, il y a trois erreurs. Enfin pas trois erreurs, trois interprétations différentes qui font prendre trois décisions différentes. Il faut qu'à un moment donné, les décisions soient uniformisées. » Pas avare de commentaires, le Bruno.



  • La grosse colère de Vahid
  • Nantes-Rennes (1-1), 20e journée


    Jamais facile de perdre un derby à la maison, surtout quand une situation litigieuse aurait pu aider les Nantais à égaliser. Après le succès de Rennes à la Beaujoire (0-1), les Canaris ne digèrent pas la décision de M. Buquet de ne pas consulter la VAR pour constater une possible main de Johansson dans la surface rennaise. « Il paraît qu’il y avait un penalty pour nous, s’agace Vahid Halilhodžić en conférence de presse. L’arbitre n’a pas écouté le capitaine qui lui demandait de regarder la VAR. C’est un manque de respect vis-à-vis du club. Ce n’est pas la première fois. (...) Pourquoi utilise-t-on la VAR ? Quand un arbitre se trompe, il peut regarder. Là, il n’a pas accepté. C’est pour ça que j’ai une grosse colère vis-à-vis de l’arbitrage. » Il ne faut pas l’emmerder, Vahid.



  • Le coup de la panne
  • Monaco-Strasbourg (1-5), 21e journée

    Abandonnés par Naldo en début de rencontre, les hommes de Thierry Henry ont l’occasion de recoller au score à l’heure de jeu, alors que Rony Lopes s’écroule dans la surface des visiteurs. Seulement, l’arbitre ne voit rien, et l’assistance vidéo ne répond plus. « Il faudra m’expliquer pourquoi la VAR ne fonctionnait pas, lâche Henry après la rencontre. Juste à ce moment-là. On est dans le besoin en plus ! (...) On m’a dit "ça ne marchait pas, excusez-moi." (...)Il y a 10 000 fois penalty ! » Pas une première, puisque la VAR avait déjà fait le coup lors du Rennes-Toulouse du mois de septembre.



  • L'épisode Niang-Kehrer
  • PSG-Rennes (4-1), 22e journée

    La dernière grande polémique en date. Au Parc des Princes, M’Baye Niang essuie maladroitement ses crampons sur la cheville droite de Thilo Kehrer. M. Abed dégaine un carton jaune, avant d’aller consulter la VAR et de maintenir sa décision. Suffisant pour provoquer la colère de Tuchel, Henrique et Cavani à la pause. « Thilo aurait pu arrêter sa carrière ce soir, ça reste grave, lâche même Presnel Kimpembe en zone mixte après la rencontre. Surtout après avoir consulté la VAR. Il est resté sur sa décision. C’est quelque chose de très grave et dramatique. »




    Par Clément Gavard et Pierre-Henri Girard-Claudon
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom

    Hier à 10:48 Viens mater PSG-OM lors d’une projection So Foot inédite 10
    Hier à 19:00 Le récap de la #SOFOOTLIGUE Hier à 18:15 Un maillot contre le racisme dans FIFA 20 19
    Hier à 17:33 Au Mexique, un match perturbé par une bagarre générale dans les tribunes 8 Hier à 16:11 Les anciens footballeurs seraient plus susceptibles de mourir de démence 32 Hier à 16:04 Le jour où Antoine Griezmann s'est fait bannir de FIFA 54 Hier à 15:24 Un club brésilien présente un maillot taché de mazout pour sensibiliser 13
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 09:16 Un derby de Los Angeles en demi-finales de la Conférence Ouest en MLS 10
    À lire ensuite
    La Varadona