Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Insolite

Top 10 : Sous la douche

Dans Psychose, la scène de la douche est certainement l'une des plus célèbres de la filmographie d'Alfred Hitchcock. Pour ne pas dire du cinéma tout court : 45 secondes à l'écran, pour 7 jours de tournage et 70 positions de caméra. Or, le cinéma n'a pas le monopole de ces scènes intimes sous le pommeau. En témoignent ces anecdotes des coulisses du foot. Entre sexe, bière, pénis de Makélélé et Israël. Curiosités.

Modififié
1/ Allemagne : 60 euros pour avoir pissé sous la douche

« Donnez-moi une femme qui aime vraiment la bière et je conquerrai le monde » , assurait Guillaume II, ancien empereur allemand de 1888 à 1918. Un siècle plus tard, le magazine allemand Bild a dévoilé le catalogue de sanctions en vigueur la saison prochaine en Bundesliga. Donc, pourront être sanctionnés les utilisateurs d'un téléphone portable et les retardataires à l'entraînement, mais aussi ceux qui urineront sous la douche. Les pisseurs ? Tous passibles d'une amende de 60 euros ! Or, si les vertus euphorisantes de la cervoise sont bien connues, elles procurent aussi des effets beaucoup moins envoûtants, comme une « grosse envie de pisser » . Plus joliment dit, la bière est une substance diurétique qui diminue la production d'ADH, une hormone empêchant l'élimination de l'eau qui agit au niveau du rein en augmentant la quantité d'urine. CQFD.

2/ « Ce n'est pas parce qu'il a un sexe énorme qu'il peut tout se permettre »

« Tiens Claude, tu viens t'entraîner avec ton petit frère aujourd'hui. » Dans les nineties, voilà le genre de vanne que Claude Makékélé recevait de ses coéquipiers nantais au sujet de la taille conséquente de son sexe. Un matin, au sortir d'un entraînement, sous la douche, Jean-Claude Suaudeau crie à la cantonade : « Vous avez vu la queue qu'il a, Claude, il doit faire du bien à sa copine. » Malheureusement, « Coco » l'ignore, mais Makélélé marivaude à cette époque avec… sa propre fille ! Moins cocasse néanmoins, en 2010, l'ancien international sera cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Versailles par une ex-petite amie, qui lui reproche des violences au cours d'une dispute. Avant d'être finalement relaxé. « Ce n'est pas parce qu'il a un sexe énorme qu'il peut tout se permettre, explique à cette époque la jeune femme. J'espère que la justice fera son travail. Gros pénis ou pas. »



3/ Un arbitre agressé sous sa douche

« Je me suis simplement rincé la bouche avec du whisky pour me débarrasser du goût de la bouffe étrangère » , pirouette l'Écossais Hughie Gallacher accusé de jouer ivre, un soir de match en Hongrie. Gavroche, volcanique, alcoolique et suicidaire, cet immense artificier écossais – 22 buts en 19 matchs avec sa sélection ; 143 buts en moins de 200 apparitions avec Newcastle – voit rouge en 1927 lorsqu'il renverse, au sortir d'une rencontre, un arbitre penché au-dessus de la baignoire des vestiaires. Diagnostic : deux dents cassées. Avant de lui plonger plusieurs fois la tête sous l'eau, telle une mauvaise scène d'interrogatoire au cinéma. La raison ? « Je me suis moqué de lui et il m'a regardé, se justifie l'attaquant. Combien de fois devrais-je répéter à ces abrutis d'arbitres de baisser la tête quand ils passent devant moi ? » Pour cette humiliation, Hughie écopera de deux mois de suspension. Seulement ?

4/ « Nous avions l'équipe la plus propre d'Angleterre »

Sous-vêtements, bisous, chats écrasés, pizzas et propreté… La vraie folie du footballeur est là, dans la superstition. Gourmand, le grand Liverpool des seventies comptait d'ailleurs jusqu'à dix gros toqués dans son effectif. Les plus atteints ? David Fairclough, alias « Super Sub » , un attaquant anglais qui, avant un match, se lavait systématiquement les mains à quatre reprises, quand David Johnson prenait, pour sa part, un bain moussant. Recordman du nombre de matchs disputés sous les couleurs des Reds - 857 matchs entre 1959 et 1978, Ian Callaghan n'aurait jamais pu fouler une pelouse sans une douche froide, coulée 34 minutes avant l'entame, très exactement. De quoi rendre fier Bill Shankly, légendaire instructeur de cette bande de fétichistes : « Nous avions l'équipe la plus propre d'Angleterre. »



5/ Assassin, Macao et vol de maillots

La douche, c'est cet instant à la fois intime et collectif en recoin du vestiaire durant lequel notre attention est souvent détournée, rien que quelques minutes. Notre sac, nos clés de bagnole et le mobile ? À la merci de l'extérieur. Exemple avec ce gros poissard de Graeme Murty, capitaine de Reading, qui, lors d'une confrontation en Carling Cup en 2008 face à Manchester United, se fera voler son maillot de Cristiano Ronaldo alors qu'il se lavait tranquillement. Une tunique échangée après cette rencontre. « Je sais que c'est vous… Si je trouve qui a fait ça, ça va saigner. Il va y avoir des jambes cassées » , hurle-t-il à ses coéquipiers. Finalement, quelques jours plus tard, Graeme apprend qu'un jeune du centre de formation s'est faufilé dans les vestiaires. La liquette est à vendre sur internet. Direction Macao, à tout jamais. Dans un registre moins burlesque, Ronaldo lui-même, toujours après lavage, refusera d'échanger son maillot du Portugal avec un joueur de la sélection israélienne, en mars dernier. Explications (supposées ?) du Ballon d'or 2008 : « Je n'échange pas mon maillot avec des assassins. » Aïe.

6/ « Son plus grand trip ? Baiser dans les douches d'Old Trafford »

Cristiano Ronaldo toujours. En 2003, dès son arrivée à Manchester United, la vedette portugaise entame une amourette avec Julie Hawkins, une jeune Anglaise de 25 ans. Une relation torride, qui, comme souvent, terminera dans les tabloïds anglais. Hôtels, maisons et appartements : visiblement, où que ce soit, CR7 déteste les matelas. Son truc à lui, c'est le pommeau. « Je pense que la sensation des cheveux mouillés contre son corps l'excitait vraiment, car il voulait constamment qu'on fasse l'amour sous la douche. Problème : il n'arrivait pas à garder l'équilibre. On était sur le point de commencer, quand, paf, il glissait. Alors, on s'est rabattus sur la baignoire, raconte l'heureuse élue dans des propos traduits par le blog Teenage kicks : « Il parlait très peu anglais, mais pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour comprendre ce qu'il avait derrière la tête ce soir-là. Il a examiné mes cuisses bien fermes et, visiblement scotché, m'a demandé : "You, footballer ?" J'ai alors mimé un cheval pour lui faire comprendre que je faisais beaucoup d'équitation. Ça a eu l'air de le surexciter encore plus ! Je crois que son plus grand trip aurait été de baiser dans les douches d'Old Trafford. »



7 / La partouze aquatique de Malcolm Allison


Douche, baignoire ou même jacuzzi : c'est surtout là que se fête la victoire d'un match ou d'un titre important. On baigne le président et l'entraîneur. On chante à tue-tête. On porte le Sloggi. Et pourquoi on ne ramènera pas les filles ? C'est l'idée hasardeuse qu'eut Malcolm Allison, ancien propriétaire de boîtes de nuit et entraîneur de Manchester City, un matin de printemps 1976. Celui qui a bâti la plus grande équipe de l'histoire des Citizen débarque ce jour-là à bord d'une Rolls Royce aux sièges léopard. À son bras, l'étoile montante du cinéma pornographique britannique des seventies, Fiona Richmond. « Ça ne vous dérange pas si je prends un bain ? » , demande-t-elle, candide, en entrant dans le vestiaire. En quelques secondes, Malcolm et ses ouailles se déshabillent, la rejoignent sous la douche, dans la baignoire, et débouchent ensemble quelques bouteilles de champagne. Un poil maso, Allison convie également quelques journalistes. Dès le lendemain matin, le cliché fait les choux gras des tabloïds anglais. Allison est viré. À son grand regret : « Quand elle s'est déshabillée, j'ai tout de suite remarqué qu'elle avait des faux seins. Ça ne valait pas la peine de se faire éjecter pour un bout de plastique. »

8 / La douche de bière de Ribéry

La douche, ce n'est pas qu'à base d'eau. Pas toujours. Là où en Formule 1, la « douche » de champagne est un rituel sacré – excepté le Grand Prix de Bahreïn où le champagne est remplacé par un jus de fruit pétillant, la « douche » de bière versée sur Franck Ribéry après son dernier titre de champion d'Allemagne est, elle, moyennement passée. Le renverseur ? Jérôme Boateng, son coéquipier en Bavière. Depuis, l'international français, de confession musulmane, donc interdit de tout contact avec l'alcool, n'aurait toujours pas décoléré. Lui qui avait d'ailleurs pris soin de prévenir ses coéquipiers avant les festivités. « Je suis vraiment en colère, je ne parlerai plus jamais à Boateng » , a conclu Ribéry. Réconciliation prévue atour d'une bonne chicha. Frère.

Vidéo

9/ Glen Johnson vole un pommeau de douche

Janvier 2007. Les compatriotes Glen Jonson et Ben May sont interpelés dans un magasin d'électroménager pour vol d'accessoires de salle de bain. Johnson, qui gagnait à l'époque 35 000 euros par semaine à Portsmouth, apparaît aussi sur les vidéos de surveillance avec une cuvette, une brosse pour chiotte et un pommeau de douche à la main, en train d'échanger les étiquettes d'origine avec celles d'un pinceau de peinture. « Nous avons reconnu le black, déclare un employé de la boutique. Personne ne pouvait imaginer qu'un gars comme lui, qui gagne autant d'argent, puisse être assez idiot pour niquer une cuvette. » Pour sa défense, l'international anglais confessera aux agents de sécurité, sourire en coin : « Le pommeau ? C'est pour les douches de nos vestiaires. » Moqueur, vous pensez ?

10/ Belgique, douche et homosexualité

Un homme nu. Deux hommes nus. Parfois même une bonne dizaine. Et alors ? Au mois de mai dernier, une enquête commandée par le Paris Football Gay assure que 55% de joueurs de Ligue 1 interrogés « auraient peur de se doucher avec un joueur homosexuel » . En Belgique, 67,8% des 296 footballeurs de D1 belge affirment la même chose. « Imaginez un homme allant prendre une douche avec une équipe de basketteuses. Les filles ne vont peut-être pas être d'accord. C'est pareil pour les homos » , dit l'un des témoignages anonymes. Une tendance qui exaspère Olivier Rouyer, dans les colonnes de 20 minutes : « Comment peut-on avoir peur de prendre sa douche quand on sait que son pote est homo ? Mais c'est débile ! C'est pas possible qu'on puisse encore penser comme ça. On peut pas être con à ce point-là, c'est dramatique. »

Par Victor Le Grand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom