Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Football
  2. // Insolite

Top 10 : les odeurs du football

S'accouder à la rambarde gelée, sentir l'odeur de la merguez grillée, la bouffer, voir un joli but, puis gueuler pour le fêter. Le football a toujours été une affaire de sens et ce n'est pas pour rien que certaines odeurs du football sont devenues incontournables. Sur un terrain en terre, sur un synthétique ou devant 50 000 personnes, dans des vestiaires pourris ou à l'Allianz Arena, voici dix odeurs qui font le football. Partout.

Modififié
- La puanteur des chasubles sales
« Mais si, je les ai lavées, promis ! » . Depuis ce mercredi soir d'été, vous savez bien que votre entraîneur est un menteur. Lui-même qui, avec le sourire du mec qui sait pertinemment qu'il va vous avoir, vous tend cette chasuble orange, un peu déchirée par endroit. Mais le vrai problème, vous le connaissez, et ce ne sont pas les trous, mais plutôt cette odeur aussi pestilentielle que singulière. La « puanteur chasuble » , c'est un savant mélange entre la transpiration et le mal-séché. Une vraie arme chimique. Du coup, bah on voit des types qui se battent pour être dans l'équipe des « sans-maillot » et d'autres qui, mis devant le fait accompli, proposent de se mettre torse nu par -10 degrés, quitte à risquer une pneumonie. La prochaine fois, tu les laveras à la maison.

- L'odeur du vestiaire
Un pot-pourri, mais vraiment pourri. Pas l'espèce d'horreur d'Ambi Pur ou d'Air Wick. Un mélange de sacs qui puent, de sacs qui sentent bons, de déodorants - il y a toujours un salaud pour avoir le « Brut » vert qui pue bon - de gels douches et de porcs qui ne se douchent pas.

- Le protège-tibia
Deux écoles, un résultat. Il y a ceux qui avait le « protège-tibia double » , avec chevillère intégrée, une vraie ode au renfermé. Et la combo « protège-tibia simple + élastoplaste à l'extérieur » , un truc d'esthète. Mais au final, esthète ou adeptes du renfermés, la donne est la même : on prend un immense plaisir à les retirer ainsi qu'à faire des petites boules de peau morte en frottant de manière circulaire sur son tibia. Ca, c'est un peu crade, mais mille fois moins inavouable que cette odeur de transpiration ignoble causée par la protection. Ceux qui ont eu un plâtre savent de quoi on parle.

- La buvette d'un tournoi
La buvette d'un tournoi, c'est le lieu convivial par excellence. On y trouve les petits qui, en plein tournoi et dix minutes avant un match, se mettent un coca, un merguez frites puis un mister freeze bleu - le meilleur -, mais aussi les parents qui sont venus passer la journée à boire des bières avant d'utiliser la rambarde pour tenir debout. De ce palais des plaisirs émane une odeur fabuleuse. Celle du barbecue, de la friteuse et de la sueur, des sauces trop grasses et des produits parfois dégoûtants. Des souvenirs olfactifs plein le nez et de la nostalgie gustative dans les papilles pour les petits qui, à cause de cette buvette, ont été éliminés au « concours de pénalty » , parce qu'ils n'ont pas pu se présenter sur le terrain F quand on les appelait. Alors bien sûr, pour ceux qui avaient quelques portugais dans leur équipe, il y avait aussi l'odeur du poulet-patate-sumol. Oui, ce menu qu'ils dégustaient sur cette table en plastique pliable totalement folle.

- La pelouse fraîchement tondue
Cette odeur n'a pas à voir qu'avec le foot. D'ailleurs, avec celle de l'essence, celle de la laverie, et celle du bitume chaud refroidi par la pluie, l'odeur d'une pelouse fraîchement tondue est sans aucun doute dans le top des odeurs de la vie. Mais pour ceux qui ont eu la chance de fouler un bon gazon, l'odeur fraîche de la verdure donne comme un coup de fouet olfactif. Un vrai produit dopant. Mais ce n'est pas une raison pour arracher des petites touffes quand vous êtes assis dessus. Ca use le gazon. On va le dire au gardien du stade.

- Le terrain synthétique sous un soleil de plomb
Vous ne le savez pas encore, mais ces petites boules noires des synthétiques « nouvelle génération » qui sont en train de brûler sous le cagnard sont un véritable calvaire pour vos articulations et plus particulièrement pour vos genoux. Ce que vous savez en revanche, c'est qu'il se passe quelque chose de suffisamment néfaste chimiquement pour que l'odeur de ces petites boules qui se mettent un peu partout chez vous quand vous rentrez vous monte au nez. Et non, il ne faut pas s'allonger dessus. Ca brûle. Par contre, ce n'est pas une pelouse. Alors oui, continuez à récolter plein de boules en plastiques dans vos mains pour les jeter sur votre pote.

- Le sac de foot que tu as délaissé comme un idiot

Vous êtes du genre à remettre les choses à demain et c'est très bien comme ça. Mais là, vous venez de rentrer à la maison et ça pue. Fort. Quelque part entre la décharge napolitaine en pleine air et ces remontées de cuisine de votre voisine portugaise, amoureuse de bacalao et d'oignons. Vous sniffez, un peu partout, et le coupable est là, devant vos yeux. Ce sac de foot qui traine la depuis trois jours avec tout ce qu'il faut à l'intérieur. Le maillot encore mouillé, le short qui sentait bon et qui n'avait rien demandé, mais qui s'est mis au diapason et les chaussettes, sur lesquelles poussent des cultures de champignons. Maintenant, il faut les laver. A vos masques à gaz.

- Le fumigène
Typiquement l'odeur qui rappelle qu'on a franchi la ligne de la légalité. Outre son bruit particulier, tel un crépitement, le fumigène a une odeur atypique, bien à lui. Il mêle le souffre et le sec. Il fait planer une odeur très massive, qui n'est pas sans rappeler celle des défilés étudiants contre la mise en place du CPE. Surtout, le fumi dégage quelque chose une fois consumé et jeté à terre par un stewart. Comme un sentiment d'après-guerre. Du genre « il s'est passé quelque chose ici » . L'odeur prend surtout au nez. A la différence des pots de fumées qui font cracher les poumons. C'est l'odeur du bordel organisé, de la ferveur, de la folie.

- Le gaz lacrymogène
Tu es plutôt poivré. L'odeur te prend d'abord à la gorge avant de ravager ta cloison nasale et tes orbites. Tu as presque envie d'éternuer mais tu as peur de cracher du sang. En règle générale, tu découvres cette odeur en dehors du stade. Soit parce que tu as voulu te balader trop longtemps en ville, soit parce que tu as souhaité rencontrer tes homologues. Pis, l'odeur reste sur tes fringues. Comme la mort. Ou la clope. Le soir, une fois rentré chez toi, tu enlèves ton sweat de manière désordonnée et les relents du lacrymo viennent te pourrir les draps et la rétine. Ton nez est rouge. Tu as flingué la moitié de tes Kleenex. Oui, tu pues.

- L'équipement neuf
Nouveau survet', nouveau short, nouveau maillot. Le tout, encore dans un espèce de plastique qui arrive tout droit de Chine. Un truc qui, sentimentalement, sent un peu comme le protège-cahier qu'on achète avant la rentrée. Ca sent le début d'année. Le moment des courses pour retrouver la forme. Le moment des petits vomis, aussi.

Par Swann Borsellino, avec Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 76 Hier à 14:14 La statue de Falcao 30
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44 Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5