Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Trophée des Champions
  2. // PSG-Monaco

Top 10 : Les golazos du Trophée des Champions

Le Trophée des Champions a repris du service en 1995. Et en 23 ans, ce premier gros duel de la saison a su offrir aux spectateurs quelques gros combats, parfois sublimés par de magnifiques buts. Florilège des plus belles réalisations.

Modififié

Patrice Loko (Lorient)

Olympique Lyonnais 5-1 FC Lorient (2002)
Une soirée à effacer des caboches lorientaises. En guise de lot de consolation : ce but de Loko. L’histoire ? Samassi Abou intercepte un centre faiblard de Govou, fait remonter le ballon puis balance une longue parabole au-dessus de la défense. Loko contrôle, et en prévision d’une sortie foireuse de Grégory Coupet, allume les cages d’un lob parfait pour remettre le FCL dans le coup (1-2, 27e). Conclusion : douze ans après son départ de Nantes, Patrice Loko, 32 piges, est toujours chaud.

(À partir de 4'56)

Sidney Govou (Lyon)

Olympique Lyonnais 5-1 FC Lorient (2002)
Malheureusement pour les Merlus, Lyon entame son impériale série de 6 trophées des champions consécutifs en parallèle des 7 championnats. Ce soir-là, Sidney Govou est inarrêtable. L’enfant du Rhône, 23 ans, claque un triplé. Dont une tête expédiée en force sur un centre léché de Jean-Marc Chanelet venu de la droite, suffisamment flottante pour lober Stéphane Le Garrec depuis l’entrée de la surface. Van Persie n’avait rien inventé.

(À partir de 3'01)

Hatem Ben Arfa (PSG)

PSG 4-1 Olympique Lyonnais (2016)
Dans une atmosphère autrichienne soporifique, le PSG rafle cette année-là sa quatrième supercoupe d’affilée. Ben Arfa, transféré de Nice à Paris, avec ses dribbles et ses passes lasers, sort l’une des plus grosses perf’ de sa carrière. Vient ensuite cette merveille de contrôle-frappe sur un service de Di Maria. Miam.

Vidéo

Wilfried Dalmat (Nantes)

FC Nantes 4-1 RC Strasbourg (2001)
Wilfried Dalmat, avec 15 clubs en 18 ans de carrière, est un sacré volatile. En bourlinguant avec le sentiment de faire moins bien que son frangin Stéphane, à la carrière plus lumineuse, il en oublierait qu’il a débuté à Nantes à toute berzingue. Pour preuve, sa rentrée lors du premier match d’après-titre national face à Strasbourg. Lancé vers le but, Wilfried fixe Teddy Bertin avant de fusiller Jose Luis Chilavert d’une sacoche en lucarne. Chila quoi?


Peguy Luyindula (Lyon)

Olympique Lyonnais 5-1 FC Lorient (2002)
Après 4 buts encaissés en 75 minutes, Lorient poursuit son long chemin de croix. Et les Gones n’hésitent plus sur les contres à gogo pour écoeurer leur adversaire du jour. Un dégagement récupéré plus tard, le rentrant Tony Vairelles sort le grand jeu sur le couloir gauche, d’un grand pont suivi d’un décalage d’un extérieur du pied soyeux. Luyindula intercepte puis lâche un crochet inter-exter avant d’aller battre Le Garrec d’une frappe croisée (5-1). Manita.

(À partir de 7'56)

Yann Lachuer (PSG)

PSG 1-0 RC Lens (1998)
Michel Denisot ne pouvait pas demander mieux. À l’été 98, le président parisien a fait tout son possible pour arracher Yann Lachuer à Auxerre. Et le moins que l'on puisse dire, c’est que son tout nouveau meneur de jeu, seul et unique buteur ce soir-là face au champion de France lensois, lui donne raison. D’une reprise de volée, sur une louche insolente de Marco Simone, il offre le titre à Paris. Léger regret, seuls 10 365 braves ont pu apprécier la pépite en direct du stade de la Vallée du Cher, à Tours.


John Carew (Lyon)

Olympique Lyonnais 4-1 AJ Auxerre (2005)
La recette parfaite : John Carew aux avants-postes et Sidney Govou à la passe. Si ce soir-là l’immense Norvégien y va de son triplé, il peut remercier aussi son compère de l’aile droite. D'un coup du sombrero, Govou se défait du marquage de deux Auxerrois avant de servir Carew d’un centre aux petits oignons. Succulent.



Hervin Ongenda (PSG)

PSG 2-1 Girondins de Bordeaux (2013)
80e minute, les Girondins mènent face au champion de France d’un petit but. Les Parisiens sont furax : on vient de leur refuser l’égalisation sur un hors-jeu imaginaire. Lucas Moura emballe la partie et décale Ibra qui, d’une incroyable louche, trouve Ongenda. Le lutin finit le boulot dans le but de Cédric Carrasso. Le PSG tuera définitivement le match durant l’extra-time. Ongenda, depuis la Roumanie où il vient de s’échouer, peut ressentir aujourd’hui une pointe de nostalgie.


Vidéo

Olivier Monterrubio (Nantes)

FC Nantes 1-0 Bordeaux (1999)
Ce 24 juillet, on approche l’heure de jeu et aucune formation n’a pris l’ascendant. Les Nantais décident néanmoins d'accélérer le tempo. Le trident des Canaris Devineau-Sibierski-Carrière combine tranquillou entre les lignes pour décaler en deux temps Monterrubio. L’attaquant termine ce bijou d’enchaînement collectif d’un plat du pied. Un but à faire chialer les nostalgiques du jeu à la nantaise. Et à faire chialer Ulrich Ramé.


Dani Alves (PSG)

PSG 2-1 AS Monaco (2017)
Comment réussir son week-end d’intégration avec sa nouvelle promo ? En vengeant le titre chipé par les Monégasques trois mois auparavant par exemple. Dani Alves, tout juste arrivé à Paris, a dû y songer pour pulvériser la lucarne de Subasic d’un coup franc de maboul. La frappe monumentale du Brésilien permet dans le même temps d’assurer la victoire du club cette année-là. Et de faire croire à Paris que Dani Alves est un latéral droit plus fiable que Thomas Meunier.



Par Alexis Souhard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 12
Hier à 17:45 Leeds enchaîne 18
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom