Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Toktaş, crime et châtiment

Cevher Toktaş, un défenseur central du club amateur de Bursa Yıldırımspor (D5 turque), a avoué avoir étouffé son propre fils de cinq ans le 23 avril dernier. Un meurtre qui laisse la Turquie dans la stupéfaction la plus totale.

Modififié
C'est une question lancinante, qui hante désormais le football turc. Une obsession morbide, qui fait écho à une terrible révélation. Qui est Cevher Toktaş ? Et surtout, pourquoi a-t-il assassiné le 23 avril dernier Kasim, son fils de cinq ans, alors que l'enfant était hospitalisé à Bursa (cité du Nord-Ouest du pays) pour des symptômes qu'on soupçonnait liés au coronavirus ?

Anatomie d'un meurtre


« J'ai appuyé l'oreiller sur la tête de mon fils pendant quinze minutes. Mon fils luttait. Mais j'ai continué à faire pression avec l'oreiller jusqu'à sa mort.  » Voilà comment Toktaş aurait décrit les faits à la justice turque selon un communiqué transmis par le bureau du procureur de Bursa, la ville du club de Yıldırımspor où évoluait le défenseur central cette saison. Le joueur avait décidé d'avouer son crime le 4 mai, onze jours après la mort de son enfant. Le décès du garçon de cinq ans avait originellement été attribué au Covid-19 par les médecins en charge de son cas. Un infanticide que celui qui évolue aujourd’hui en D5 turque a explicité plus en détails : « Après qu'il ait cessé de bouger, j'ai levé l'oreiller. Ensuite, j'ai crié pour que les médecins m'aident à dissiper tout soupçon. Ils sont venus et ont emmené mon fils à l'unité de soins intensifs. Après que mon fils y est resté pendant une heure et demie, j'ai reçu la nouvelle de sa mort... La vérité, c'est que je n'ai jamais aimé mon fils cadet après sa naissance. Je ne sais pas pourquoi je ne l’aime pas. Si je l'ai tué ce jour-là, c'est parce que je ne l'aimais pas. Je n'ai aucun problème mental. »


Difficile d'expliquer l'inexplicable, sans étude plus approfondie de la psyché du bonhomme. Ce que l'on sait en revanche, c'est que Toktaş a d'abord décidé de maquiller son crime. Avec succès : « Je n'ai rien dit à ma femme, ni à ma mère, ni à mon père, après avoir appris la mort de Kasim. Ils ne savaient pas que j'avais tué mon fils. » L'enfant sera enterré quelques jours plus tard, avant que l'auteur du crime ne dévoile lui-même son subterfuge : « Alors que j'étais à la maison avec ma femme dans la soirée du 4 mai, j'ai pensé à ce qui se passait et, tout à coup, j'ai décidé de me dénoncer. » Le même jour, il se rend à la police locale et est rapidement incarcéré. Pendant ce temps-là, le corps de son fils est exhumé, puis envoyé à l'institut légal de la ville pour une autopsie.

La Süper Lig avant l'anonymat


L'horreur s’arrête là. Mais le mystère Toktaş, lui, subsiste. Avant son terrible homicide, Cevher Toktaş faisait avant tout figure d'anonyme. À 32 ans, le joueur évoluait depuis la saison en cours en TFF Third League (équivalent de la cinquième division turque) du côté du Bursa Yıldırımspor. Auparavant, il avait successivement roulé sa bosse dans divers clubs de D2, mais surtout de D3 et D4 turques. Son début de carrière, néanmoins, fut plus remarqué et prestigieux. Lors de l'exercice 2008-2009, la vingtaine fraîchement passée, Toktaş faisait même sept apparitions en Süper Lig sous le maillot d'Hacettepe Spor (club désormais retombé en D3 nationale). La suite fut significativement moins glorieuse, alors que le joueur ne connaîtra plus les joies de l'élite et la médiatisation qui va avec. Rien, a priori, qui explique cependant le crime dont Toktaş dit être l'auteur.


Selon le psychiatre et spécialiste des infanticides Paul Bensussan, les infanticides réalisés par le père sont généralement dus « à des troubles de la personnalité et un contexte spécifique : une séparation conflictuelle et une angoisse d'abandon. On ne retrouve pas aussi souvent de pathologie mentale dans les infanticides commis par les pères. On est souvent confrontés à des hommes très intolérants à l'humiliation que représente le fait d’être quitté par leur femme et à la solitude. Il y a chez eux un mélange de dépendance affective, d'immaturité et d'orgueil démesuré. Ces hommes redoutant la rupture vont tour à tour implorer, supplier, menacer l'être aimé... L'infanticide chez les pères prend donc une dimension principalement égocentrique, puisque l'acte est punitif, destiné à faire souffrir la mère.  » Si la nature des rapports de Toktaş avec son épouse au moment des faits restent flous pour les observateurs extérieurs, nul doute que cette dimension sera donc scrutée par ceux qui sont chargés d'instruire le dossier de l'affaire. En attendant son jugement, l'ex-joueur de Süper Lig restera bien entendu derrière les barreaux. Si ses déclarations sont vérifiées, il risque la prison à perpétuité.

Par Adrien Candau Tous propos issus de communiqués de l'Agence Demirören, sauf ceux de Paul Bensussan tirés de LCI
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 21:30 La Serie A dévoile son calendrier 9 Hier à 20:12 Un mercato franco-français mis sur pied avant le 30 juin ? 14
Hier à 17:20 En Allemagne, les hommages à George Floyd sanctionnés ? 48 Hier à 16:50 Sepp Blatter revient sur sa démission et découpe Infantino 17 Hier à 15:30 Le cousin de Neymar débarque à Lyon 18
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:30 Des abonnés se regroupent pour attaquer Canal+ et beIN 18
Hier à 10:20 Des fonds sonores de FIFA 20 pour la reprise de la Premier League ? 19 Hier à 07:00 La collection de tirages photo So Foot de juin est dispo !