Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Tiens, que devient Daniel Agger ?

Un temps courtisé par les meilleures formations continentales, Daniel Agger, poussé vers la sortie à Liverpool par Rodgers et l'arrivée de Dejan Lovren (oui, c'est possible), choisit finalement de revenir au pays à l'été 2014. Un choix logique lorsque l'on connaît la mentalité du bonhomme. Un an après, il est temps de faire l'état des lieux et de prendre quelques nouvelles du « Dagger » .

Modififié
La nouvelle était presque passée inaperçue l'été dernier, tant le marché des Reds oscillait entre les achats hors de prix et le départ de Luis Suárez. Sans faire de bruit, Daniel Agger délaissait les bords de la Mersey pour retourner au bled, chez lui, à Brøndby. À 29 ans, le Danois faisait de la sorte une croix sur le très haut niveau pour prêter main forte à son club formateur, et ce, malgré un contrat qui courrait jusqu'en 2016, ainsi que l'intérêt prononcé de bon nombre d'écuries européennes, notamment du Barça. Un départ précipité par Brendan Rodgers, qui ne comptait plus sur lui à Liverpool. « Brendan et moi n'étions pas sur la même longueur d'ondes. Je dis les choses comme elles sont et j'attends des gens qu'ils fassent la même chose. Peut-être que parfois, c'est une erreur. » Toujours est-il que la venue du défenseur prodige coïncide bizarrement avec le retour de Brøndby sur le podium national.

Un retour au pays avec Elmander et Kahlenberg


Bien qu'effectué dans un anonymat presque total et pour une bouchée de pain - 4 millions d'euros, environ -, ce départ ne fut pas aisé pour autant. « C'est extrêmement difficile de partir d'ici, car Liverpool a été un élément très important de ma vie et de celle de ma famille pendant de nombreuses années. » De fait, à Anfield, Agger aura tout connu. Des joies, énormément de blessures, des chagrins, mais de tout temps un amour inconditionnel de la part des Scousers. Il faut dire que le Danois a tout fait pour. Véritable emblème du club, Agger représentait à la perfection les valeurs propres de la ville et de ses habitants. À tel point que ce mordu de tatouage n'hésite pas à graver « YNWA » sur ses doigts, en référence au You'll Never Walk Alone, l'hymne et philosophie officielle du Liverpool FC. Malheureusement, le physique bancal du Viking a raison de son séjour anglais. « J'ai commencé à ressentir les effets de jouer régulièrement dans un championnat aussi exigeant physiquement que la Premier League, et je ne voulais pas rester sans être sûr de pouvoir relever ce défi semaine après semaine » , clarifie-t-il dans la foulée de l'officialisation de son transfert.

Le club de ses débuts saute sur l'occasion pour rapatrier le « Dagger » . D'autant que le défenseur n'a pas oublié son amour de jeunesse, malgré huit années passées outre-Manche. « L'opportunité se présentait de rentrer à la maison, et à ce stade de ma carrière, ça me paraissait être la bonne décision. » Daniel quitte donc le championnat de l'entertainment pour rejoindre une formation luttant afin de reconquérir le trône national qui lui échappe depuis 2005. En outre, le Danois y retrouve deux autres anciennes gloires nordiques passées par l'Hexagone : Johan Elmander et Thomas Kahlenberg. Même sur ses terres natales, ses pépins physiques ne le laissent pourtant pas tranquille. Plombé une énième fois par des blessures à répétition, Agger n'aura disputé qu'une petite vingtaine de rencontres sous la liquette de Brøndby. Pas suffisant néanmoins pour destituer le capitaine indiscutable de la sélection danoise.

Looking for Paris


En effet, à défaut d'impressionner avec son équipe, Daniel Agger ne déçoit que très rarement sur la scène internationale, maillot rouge et blanc sur le dos. Si Christian Eriksen représente le futur du pays, force est de constater que l'ancien joueur de Liverpool demeure la clef de voûte du groupe de Morten Olsen, le sélectionneur danois, en poste depuis 2000 (!) et qui a d'ores et déjà annoncé son départ après l'Euro 2016. Pour le moment, les Nordiques n'y sont pas encore, même si, en tant que dauphins du Portugal, ils devraient vraisemblablement être du voyage en France. Pour sa dernière apparition sur les terrains, Agger a d'ailleurs mené les siens, brassard au biceps, vers un important succès face à la Serbie (2-0) début juin, et ce, malgré un penalty manqué.


Une saison après son départ d'Angleterre, le « Dagger » semble avoir réussi son pari, à savoir disposer d'un temps de jeu acceptable pour garder son statut en équipe nationale, faute de disputer des joutes pleines d'intensité chaque week-end. De toute façon, à bientôt 31 printemps, le physique du gaucher ne lui aurait pas permis une telle véhémence athlétique. Et c'est bien dommage, car en pleine forme, Agger reste l'un des défenseurs les plus propres, techniques et efficaces qui puissent fouler les gazons européens. Espérons que ses jambes de cristal nous permettent d'en profiter encore quelques années durant.


Par Eddy Serres Propos de Daniel Agger issus du site officiel du Liverpool FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17 Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24