Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Toulouse-Lille (0-0)

Tuchel, l’ingrate réussite

Même s’il ne réalisera pas le triplé national et qu’il reste marqué par le fiasco de Manchester United, Thomas Tuchel aura permis au PSG d’avancer comme jamais. Maintenant, place à encore mieux.

Modififié
Tout a commencé dans une salle de presse de Shenzhen. Le PSG venait d’en passer quatre à l’AS Monaco avec Rimane, Diarra, Weah et Dagba dans le onze de départ. Thomas Tuchel venait de gagner, du premier coup, son premier match avec le PSG. Là, devant un parterre de journalistes étrangers et quelques confrères français, l’ancien coach du BvB Dortmund pense commencer normalement sa conférence de presse avant de se faire arroser de champagne par l’ensemble de son vestiaire. Son groupe lui demande une seule chose : d’assumer son bizutage musical. Rock’n roll, l’Allemand, trempé d’alcool, s’exécute façon rock star et, face à un groupe de joueurs en transe, se lance dans une reprise de Happy de Pharrell Williams. Le hasard fait que nous étions dans cette salle à ce moment précis en train de capturer ce moment rare. Et que, comme tout le monde, on s’est dit qu’il était en train de se passer quelque chose au PSG. Les fautes de main de Buffon, puis celle de Kimpembe, ont pourtant tout changé. Non, Thomas Tuchel n’a finalement pas fait mieux qu’Unai Emery en matière de résultats purs. Mais, force est de constater que le coach parisien n’a pas à rougir de sa première saison française tant il aura dû se battre contre les éléments tout au long de celle-ci : la malchance, l’environnement et le destin. À l’instar de Marcelo Bielsa, il y a ce que l’Allemand a laissé dans les esprits pour sa première saison sur le banc parisien. Non seulement il a gagné le droit de rester en place, mais, surtout, celui de poursuivre son apprentissage, car pour la première fois depuis longtemps, surtout au PSG, voici sur le banc un homme en qui tout le monde a confiance et envie de croire. Mais pour se permettre de rêver plus grand, il faut lui donner les moyens.

Seul contre tous


En début de saison, la feuille de route de l’ancien de Mayence était simple : tout gagner. De la C1 au Trophée des champions. Le Qatar est comme ça. Dans le même temps, les moyens donnés au double T pour assumer ses objectifs sont bien en deçà des ambitions avec deux mercatos menés n’importe comment et en dépit du bon sens sportif, à l’image des arrivées tardives de Bernat (31 août) et Paredes (28 janvier). Autre exemple : ce n’est pas Tuchel qui décide d’envoyer Lo Celso à Séville et encore moins l’Allemand qui prend la décision de ne pas le remplacer, car celui-ci réclame un milieu défensif depuis le début. Moralité, on lui enlève Adrien Rabiot pour une histoire de prolongation de contrat en cours de saison sans jamais vraiment le remplacer. Marquinhos, Bernat et Daniel Alves vont jouer les milieux de fortune, y compris en Ligue des champions. Ubuesque. Fin janvier, Tuchel et Henrique ne peuvent plus cohabiter, les pistes de l’un sont recalées par l’autre et inversement. Bref, le coach parisien a dû batailler avec une politique sportive aléatoire depuis le début et complètement rédhibitoire pour un club qui ambitionne de gagner la C1. Le tout au sein d’un club dont le président possède 34 casquettes différentes, où le fair-play financier a pris ses quartiers et où la culture du doute est omniprésente.


L’histoire de la mise au vert intrigue


Pendant ce temps, l’Allemand a pourtant réussi à sortir d’une poule de C1 relevée en sortant le PSG de sa zone de confort habituelle. Souvent évoquée, il sera le premier coach parisien à s’essayer à la défense à trois. Globalement, l’homme bosse comme jamais, tente des choses et bricole sans cesse face à la petitesse de son effectif. Début février, il doit aller se coltiner un huitième de finale de C1 sans Neymar, Cavani et Meunier, tous blessés. Il sortira une masterclass – illustrée par le match de Marquinhos en numéro 6 – que le match retour effacera pourtant des mémoires collectives. Même s’il est passé entre les gouttes du naufrage mancunien, car il semble difficile de lui imputer les fautes individuelles de ses joueurs, il restera des questions sans réponses : pourquoi cette absence de mise au vert avant un match retour de Ligue des champions ? Pourquoi ce plan de jeu si timide après la pause ? Pourquoi cette fébrilité mentale chronique ? Pour certains, cette défaite aurait dû sceller son sort. Comme si le prisme de la C1 était le seul juge de la réussite d’une saison.


Alors que dans son rôle, compte tenu du matériel mis à sa disposition, des blessures récurrentes et du bordel interne qu’est le PSG, Thomas Tuchel aura fait avancer le club dans la bonne direction. « C’est la meilleure acquisition depuis mon arrivée au club. Je n’ai jamais vu un entraîneur aussi intelligent et autant au service de l’équipe » , affirmait même récemment Daniel Alves au micro de RMC Sport. Et si le joueur ayant gagné le plus de titres au monde avait vu juste ? Malgré Manchester United, Tuchel a gagné une forme de crédibilité, de respect. Il a surtout gagné un peu de temps. Le temps de bosser son mercato, car l’été parisien sera agité et personne n’a oublié qu’Eric-Maxim Choupo-Moting est sorti de son chapeau. L’idée tactique se défend, évidemment. Même un an après. Mais les nombreuses blessures ont donné à Choupo un temps de jeu qu’il n’aurait jamais dû avoir. Tuchel n’a pas de blanc-seing, il a juste réussi à captiver de nombreux amoureux du PSG. Reste que la deuxième saison de l’Allemand dans la capitale sera déterminante. Et cette fois, on aimerait que la chanson Happy intervienne un peu plus tard dans la saison... Bien plus tard même : au PSG, on a compris que le bonheur était fugace.



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 11 heures Nouveau Bonus ParionsSport : 100€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 10 juin seulement !
il y a 6 heures La sélection féminine chinoise a pris des cours de patriotisme 11
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
il y a 7 heures Patrice Neveu bientôt sélectionneur du Gabon ? 14 il y a 9 heures Barbosa prend sa retraite 16 il y a 10 heures Brocante "So Foot Nostalgie" le 1er juin à Paris 7