Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // PSG/Marseille

Thiago Silva, un homme facile

Présenté comme le meilleur défenseur central du monde, Thiago Silva donne parfois l’impression d’être trop facile. Et force est de constater que même lorsqu’il joue à 20%, le Monstre est au-dessus de la concurrence. Pourtant, l’homme s’économise avant sa Coupe du monde. Écœurant...

Modififié
«  Thiago Silva est sans aucun doute le meilleur défenseur central du monde. Il a des qualités insolentes. C’est un symbole d’élégance, comme l’était Franz Beckenbauer. Il marche sur ses traces.  » Des flagorneries sur le capitaine du PSG, cela fait un an et demi qu’on en découvre tous les matins. Mais quand ça provient de la bouche de Ronaldo - le vrai -, cela prend plus de consistance. Il faut se rendre à l’évidence, Thiago Silva est un joueur de football exceptionnel. À 29 ans, il semble atteindre sa plénitude. Pourtant, quand on regarde bien ses matchs, on a l’étrange sensation que l’ancien stoppeur de l’AC Milan ne force pas. Il s’économise, quoi. Cette saison, il s’est vraiment sorti les doigts au Vélodrome, à Monaco et contre le Bayer Leverkusen. Le reste du temps, il a joué avec le frein à main. Ce qui est plutôt embêtant avec le Brésilien, c’est que même lorsqu’il joue au petit trop, il est écœurant. Comme à Rennes où il s’amuse d’un sombrero par-dessus le Portugais Nelson Oliveira pour assurer sa défense. Ou encore à Toulouse où, suite à une montée au milieu de terrain, il enrhume trois Toulousains par deux feintes de corps. Bref, en Ligue 1, il y a Thiago Silva et les autres. En Europe, c’est presque le même raisonnement mais l’écart est moins flagrant avec des Piqué, Kompany, David Luiz, Sergio Ramos ou Pepe. À y regarder de plus près, Thiago Silva apparaît comme une anomalie dans le paysage actuel du football. Là où la dimension physique a pris le pas, parfois, sur le talent pur, le capitaine du PSG assure avec un corps quelconque. 1m83, 79 kilos. Un quidam qui pourrait vendre des télévisions chez Darty.

Mais ses qualités de footballeur sont pourtant évidentes : anticipation, lecture du jeu, placement, jeu de tête, relance courte, jeu long et vitesse d’exécution. À l’AC Milan, Allegri l’avait parfois aligné comme sentinelle devant la défense, preuve que l’ancien de Fluminense possède les qualités techniques nécessaires pour s’imposer dans le cœur du jeu également. Alors pourquoi ce petit trot à chaque match ? Parce que même en pantoufles, Silva assure le service après-vente. Et puis, pourquoi se fatiguer quand Alex tient déjà la baraque ? Ce n’est pas pour rien que Silva, qui fait partie des hommes qu’on écoute au sein du vestiaire, milite pour que son compatriote soit prolongé. L’an dernier, déjà, Thiago Silva avait, avec une certaine maladresse, avoué sa préférence envers Alex plutôt que Mamadou Sakho. Entre les deux Brésiliens, l’alchimie est évidente et les rôles sont bien répartis. Alex s’occupe de la chair, Silva de la lumière. C’est limpide, Silva est plus qu’un simple footballeur au PSG. Il fait presque tout. Du coaching au recrutement.

Assistant coach, scout, pilote

On se souvient encore de sa gestuelle sur la pelouse du Vélodrome au match aller. Les Parisiens sont réduits à dix suite à l’expulsion de Thiago Motta et le Brésilien fait comprendre à son banc, et donc à son entraîneur, que la base arrière prend l’eau et qu’il manque un milieu. Blanc s’exécute et fait entrer Rabiot. Paris l’emporte 2-1. Coïncidence ou pas ? On ne saura jamais mais les faits sont là. Preuve de l’emprise du capitaine sur ses troupes. Moins exubérant qu’un Ibrahimović, moins drôle qu’un Lavezzi, mois médiatique qu’un Cavani, Silva fait pourtant office de pilotage automatique de l’avion parisien. On se repose sur lui en toute tranquillité. Il ramène toujours la carlingue à l’heure. Et en bon état. Récemment, il a même fait passer un message sur l’avenir de son entraîneur : « Il est important que l’entraîneur se sente bien et valorisé dans son club. Si cette prolongation aboutit, j’espère que l’entraîneur nous invitera tous à dîner pour fêter l’événement. » Une manière de donner son avis. Un avis qui compte plus que certains autres.


Pour ce fan de Carlos Gamarra, le roc paraguayen des années 90, il y a surtout un lien privilégié établi avec Laurent Blanc. Défenseur technique comme le Brésilien, le Président apprécie à sa juste valeur son joueur. «  Il voit très bien le jeu, possède une très bonne qualité de jeu long et un jeu de tête très performant. Il est très solide dans les duels, à terre comme en hauteur. Il est complet, n’a aucune faille. C’est un défenseur moderne parce qu’il est aussi fort défensivement que beaucoup d’autres, mais il a quelque chose en plus que ceux-là : quand il a le ballon, il sait quoi en faire ! Pour moi, c’est le meilleur défenseur du monde. » Et quand on porte aussi facilement ce postulat, on peut tranquillement s’économiser de temps en temps. Après tout, le Monstre voit plus loin qu’un titre de champion ou une éventuelle victoire en Ligue des champions. Lui, ce qu’il veut, c’est gagner la Coupe du monde chez lui. Le brassard au bras. Pour ce faire, pas question de s’épuiser en route.

Retrouvez le classement et les résultats de la Ligue 1

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall