Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Alavés-Betis

Theo, l’autre folie Hernandez

Né à Marseille et formé à l’Atlético, comme son frère Lucas, Theo Hernández, prêté au Deportivo Alavés, est l’une des révélations de cette Liga. Un statut de promesse qu’il doit autant à la génétique familiale qu’à ses talents de latéral moderne.

Modififié
Lorsqu’il enfile son nouveau maillot du Deportivo Alavés pour se rendre jusqu’au couloir d’entrée qui conduit vers la pelouse du Mendizorroza, les couleurs adverses du Real Madrid ne l’effraient pas. C’est que Theo Hernández, frère cadet de Lucas, est également un joueur formé à l’Atlético de Madrid, habitué aux joutes saignantes face au voisin blanc et honni du Real. De fait, quatre-vingt-dix minutes durant, il ne se crispe jamais à l’heure d’en découdre avec l’équipe-fanion merengue et chahute virilement le pauvre Danilo. Une performance qui fait l’unanimité auprès des observateurs qui le considèrent déjà comme l’une des révélations de cette Liga, au même titre que son partenaire Marcos Llorente, prêté par l’ennemi blanc au Glorioso. Âgé de seulement dix-neuf ans et promis à un brillant avenir, le natif de Marseille, fortement courtisé par le FC Barcelone, préfère miser sur la stabilité et s’aguerrir aux joutes de Primera : autrement dit, juste avant l’officialisation de son prêt à Vitória, il prolonge son bail avec les Colchoneros jusqu’en 2021.

Le chantier de Theo face au Real :

Vidéo

Lucas Hernández : « Theo me conseille »


Bien que frère puîné de Lucas Hernández, membre de l’équipe première de Diego Simeone depuis l’exercice 2014/15, Theo compte une saison de plus à l’Atlético de Madrid. Comme le raconte son aîné à France Football : « Au bout de deux ans au Rayo Majadahonda, l’Atlético de Madrid a recruté mon petit frère. Un jour, je suis venu le voir à l’entraînement et je m’amusais sur un petit terrain à côté. À ce moment-là, un recruteur est venu me parler pour savoir où je jouais. Il voulait m’observer. Le week-end suivant, il est alors venu me voir lors d’un tournoi que je disputais avec le Rayo, puis m’a recruté. » Plus ou moins tributaire de son frère, Lucas en suit donc la progression au sein du Cerro del Espino, centre d’entraînement de l’Atléti justement situé sur la commune de Majadahonda. Côte à côte, ils gravissent tous les échelons de la formation rojiblanca jusqu’à composer tout le flan gauche défensif des Madrilènes en Youth League : à Lucas l’axe central gauche, à Theo le couloir gauche. Une paire qui tape dans l’œil de Diego Simeone, qui va jusqu’à lancer dans le grand bain l’aîné de la fratrie face au Real Madrid en huitièmes de finale de la Copa del Rey.


Justement, pour ses débuts chez les pros dans un derbi madrileño, Lucas occupe la place dévolue à son frangin : celle de latéral. Aujourd’hui encore, pour pallier l’absence de Filipe Luís, il est aligné à ce poste, ce qui le presse à demander quelques conseils à l’actuel joueur du Deportivo Alavés, comme il s’en explique au Pais : « Avec les U-21 français et parfois avec le Cholo, je suis aligné sur le côté. Souvent, nous discutons des spécificités du poste et il me conseille, car Theo est un vrai latéral de formation, pas moi.  » Un spécialiste du poste, donc, dont les prémices en Liga laissent présager un futur radieux. À en croire certains éducateurs matelassiers, son potentiel serait même plus imposant que celui de son frère, appelé à devenir international sous peu et déjà membre à part entière de l’équipe du Cholo – « Chaque fois qu’il joue, il répond de la meilleure manière. Ça ne me surprend pas, car c’est déjà l’un des nôtres. » Tout aussi physique, mais plus tonique que son aîné, toujours porté vers l’avant tel le Gareth Bale de ses débuts à Southampton, Theo Hernández fait déjà saliver toute la directions sportive du Vicente-Calderón.

Theo et Lucas, les nouveaux Luis et Alfonso Olaso ?


Le 31 juillet dernier, sur la pelouse du stade de Geelong, en Australie, l’Atlético de Madrid renoue avec son glorieux passé. Qu’importe la défaite face au Melbourne Victory ; l’important est ailleurs. Sur la feuille de match, plus précisément, où se retrouvent Theo et Lucas, tous deux titulaires, qui se font l'écho de l’ultime vers de l’hymne rojiblanco : « Porque luchan como hermanos » - « Parce qu’ils luttent comme des frères » , en VF. Dans la tradition de l’Atléti, ils s’inscrivent dans la continuité des fratries Gortaza, Uribarri, Villaverde et surtout Olaso, dont Luis et Alfonso défendent la liquette matelassière durant toute la décennie des années vingt. Le chemin semble tout tracé, donc, pour les voir reprendre ce flambeau, à moins que les grosses écuries européennes ne viennent mettre leur grain de sable. Car à l’instar de son frère, intensément dragué par la Juventus, Theo Hernández jouit d’une belle cote de popularité auprès de Robert, directeur sportif blaugrana. Et ce n’est pas sa clause, rehaussée à vingt et un millions d’euros l’été dernier, qui freinera les velléités barcelonaises de le débaucher.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible