Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Protège-tibias

Terrence Genaux : « Pour les footballeurs, les jambières, c'est aussi intime que leur caleçon ! »

Après avoir découvert le monde pro en Italie au début des années 2000, Terrence Genaux a retrouvé sa Belgique natale et ses clubs amateurs pour finir sa carrière. Tout en se lançant dans une double reconversion pour le moins improbable : poseur de vitres teintées pour les footballeurs et spécialiste dans la customisation de jambières. Entretien avec un homme aussi bien capable de fournir des brassards à Thiago Silva que de s'occuper personnellement de la voiture d'Axel Witsel.

Comment tu t'es retrouvé, après avoir joué au niveau professionnel, à devenir spécialiste dans le design de protège-tibias, ou plutôt de « jambières » comme on dit par chez toi ?
Tout a commencé dans l’un des derniers clubs amateurs dans lequel j'ai joué. J'y ai rencontré un coéquipier, devenu un ami avec le temps, qui collectionnait les jambières, ce qui est quand même relativement rare. De mon côté, en parallèle du foot, j’avais une activité dans le covering, c'est-à-dire que je m’amusais à recouvrir des voitures dans une autre couleur avec du film. Un jour, j'ai eu l'idée de customiser l'une de ses paires de jambières et de lui faire un truc un peu plus personnalisé, avec des écritures... À l’époque, je n'étais pas équipé comme je le suis maintenant, donc j’avais pris des chutes de film qu’il me restait, je les avais mises sur ses jambières et c'était parti comme ça. J'avais posté le résultat sur Facebook, et ça avait pris une ampleur monstrueuse. Quand on regarde avec le recul ce que je lui avais fait, par rapport à ce que je sais faire aujourd'hui, c'est le jour et la nuit.

« Axel Witsel était venu chez moi pour sa Porsche à la base, puis on est restés en contact, et il a aussi testé des jambières personnalisées. Avec le bouche-à-oreille, c'est même remonté jusqu'à Eden Hazard... »

Et aujourd'hui, est-ce que tu vis de cette activité ?
À la fin de ma carrière de footballeur, j'ai dû chercher un boulot. Le truc que je savais faire, c'était de mettre des vitres teintées sur les voitures. Donc j'ai fait ça pour des particuliers, en plus du covering. Du coup, j'ai un atelier pour toutes ces activités, y compris celle liée aux jambières. Ça me prend beaucoup de temps, j'ai même dû prendre un étudiant pour réussir à tout faire.

Que ce soit pour les voitures ou pour les jambières, tu as collaboré avec pas mal de joueurs actuels. Comment la connexion se fait-elle ?
Je n'hésite pas à les solliciter via les réseaux sociaux, je travaille beaucoup sur Facebook et Instagram. Par exemple, Thomas Meunier, je lui ai présenté ce que je faisais, et depuis, il a commandé plusieurs paires de jambières chez moi. Axel Witsel était venu chez moi pour sa Porsche à la base, puis on est restés en contact, et il a aussi testé des jambières personnalisées. Avec le bouche-à-oreille, je connais pas mal d'internationaux maintenant, c'est même remonté jusqu'à Eden Hazard...


Concrètement, une fois que le contact est noué, comment ça se passe avec les joueurs ?
Je vais être très honnête : le monde professionnel, ce n'est pas le monde tout rose que les gens voient à l’extérieur. Je ne veux pas mettre tous les joueurs dans le même panier, mais il y en a qui veulent tout pour rien, d’autres avec qui on tombe sur un accord et finalement qui ne le respectent pas, même faire une photo semble être trop demandé... Ce sont des personnes à qui tout est dû, qui ont l'habitude d'avoir tout gratuit. Mais attention, il y en a certains avec qui ça se passe très bien ! Thomas Meunier m'a gentiment envoyé une vareuse (un maillot, NDLR), Gianluigi Buffon l'a aussi fait, j'ai une collection immense désormais.

Thomas Meunier, Gianluigi Buffon... Ça devait parler de toi dans le vestiaire du PSG, non ?
Oui forcément, car je me suis même retrouvé à faire quelques brassards pour leur capitaine de l'époque, Thiago Silva !


« Il y a aussi une dimension psychologique. Pendant ma carrière, j'avais des photos sur mes jambières et ça m'aidait à me concentrer. »

Selon toi, est-ce que la jambière est vraiment importante pour les joueurs ou c'est simplement un accessoire parmi tant d'autres ?
Certains font des demandes personnalisées qui relèvent de leur vie privée : des photos de leurs enfants, parfois un hommage à des membres de leur famille qui sont décédés, un logo qui leur tient à cœur... Pour eux, c'est quelque chose d'aussi intime que leur caleçon ! Et il y a aussi une dimension psychologique. Pendant ma carrière, j'avais des photos sur mes jambières et ça m'aidait à me concentrer. Quand j'étais en Italie, beaucoup de joueurs avaient des choses liées à la religion et ils y étaient très attachés. Puis il y a aussi ceux qui ne les jetteront jamais, même à moitié détruites, parce qu'ils sont en train de performer à fond avec, et ça en devient presque un porte-bonheur.


Au niveau de la conception des jambières, c'est toi qui t'adaptes aux jambes des joueurs ?
J'ai deux gammes : une avec plusieurs tailles et un matériau qui est très flexible, de manière que ça ne les gêne pas pendant l’effort, et l’autre gamme où je me déplace pour voir le joueur. Je fais le moulage de ses jambes et la production est ensuite adaptée à la morphologie du joueur. Ils cherchent souvent quelque chose de très léger et pas très grand. Une fois qu'on est d'accord, je reviens à mon atelier, et la conception peut mettre deux à trois semaines. Ce n'est pas un truc qu'on commande à 20 heures et qui est prêt à 20h30. Avec le temps, je me suis attelé à proposer de la top qualité. Le moindre défaut est tout de suite plus remarqué que la qualité. Quand je faisais des jambières à Meunier, je ne pouvais pas me permettre de me manquer. Si le mec entre dans le vestiaire du PSG et qu'il a des jambières qui se décollent ou qui se cassent après un contact, ce n'est pas bon pour moi...


« Je prends beaucoup plus de plaisir à faire un produit pour un joueur amateur ou un enfant qui va être hyper content de sa jambière plutôt qu'à un pro qui, malheureusement, s'en fout un peu. »

Depuis peu, tu t'investis aussi à ta manière dans le football amateur.
Ça fait deux ans que je suis entraîneur adjoint dans une équipe provinciale et je me suis rendu compte que ces clubs amateurs étaient totalement oubliés. Ces clubs vivent principalement de l'argent qui rentre grâce à leur buvette, donc le moindre euro compte. Du coup, je me suis dit que je pouvais aider en leur fournissant des produits que je conçois avec les couleurs ou les logos des clubs, qu'ils pourraient vendre par la suite. L'objectif, c'est vraiment qu'il ne mette pas un centime là-dedans, mais qu'ils réussissent à faire rentrer un peu d'argent en retour. Et honnêtement, je prends beaucoup plus de plaisir à faire un produit pour un joueur amateur ou un enfant qui va être hyper content de sa jambière plutôt qu'à un pro qui, malheureusement, s'en fout un peu car il a l'habitude de tout avoir à disposition. Mais je ne leur ferme pas la porte non plus, c'est quand même eux qui m'ont aidé à avoir une petite réputation !

Tu avais dit il y a quelques années que ton rêve était de mettre des vitres teintées aux voitures de Balotelli et d'Ibrahimović. Est-ce que tu as pu le faire ?
L'histoire, c'est que j'ai connu Mino Raiola, qui n'est malheureusement plus de ce monde, puisqu'il était le manager de mon frère (Régis Genaux, NDLR) à l'Udinese. À l'époque, Mino était un illustre inconnu. Du coup, quelques années plus tard, j'avais émis l'idée de pouvoir faire ça un jour comme je savais qu'il gérait aussi ces joueurs. Mais on sait comment ça se passe, c'est beaucoup plus dur de faire des choses avec des gens quand ils sont beaucoup plus demandés et ça n'a jamais pu se réaliser...

Propos recueillis par Alexandre Lejeune Retrouvez le travail de Terrence Genaux sur son profil Instagram : @ac_sport_belgium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
il y a 1 heure L'article le plus fou de l'Histoire de So Foot arrive ce lundi ! 106
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:57 Luis Suarez marque déjà avec le Nacional Montevideo 26