Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real (1-2)

Tatie Daniel

Fautif sur l’ouverture du score madrilène qui a précipité l’élimination du Paris Saint-Germain, Daniel Alves et ses jambes de grand-père n’y arrivent plus quand ils sont invités à une grosse soirée. Dommage pour un mec qui devait changer l’état d’esprit d’une équipe psychologiquement bloquée en Ligue des champions.

Modififié
Au départ, tout le monde en était persuadé : le transfert de Daniel Alves allait changer beaucoup de choses. Passé de la Juventus au Paris Saint-Germain, le latéral apporterait enfin l’état d’esprit cherché, la mentalité nécessaire et le tempérament de gagnant qu’il manquait au club pour atteindre enfin une demi-finale de Ligue des champions. Et les premiers matchs du bonhomme confirmaient la chose. Le double vainqueur de la C1 enquillait les bonnes performances, s’imposait comme un taulier dans le vestiaire, et gérait plutôt bien son corps. Et puis, les grosses soirées européennes sont arrivées. Coulé sur le terrain du Bayern Munich, le Brésilien a ensuite galéré sur la pelouse du Real Madrid. Avant de définitivement perdre tout crédit lors du huitième de finale retour de Ligue des champions contre les Espagnols.

Papy Alves contre Asensio et sa jeunesse


Chacun a le droit à l’erreur, certes. Et chacun a le droit au pardon, aussi. Alves n’est donc absolument pas un mauvais joueur de football, et il sera excusé. Seulement, le PSG sait désormais que ce n’est sans doute pas avec lui comme titulaire dans le couloir droit qu’il verra le dernier carré de la coupe aux grandes oreilles. C’est triste à dire, mais la 51e minute de la confrontation entre les Madrilènes et les Parisiens a définitivement montré que l’arrière droit n’était plus dans le coup sportivement parlant. Alors qu’il est censé incarner l’autorité et l’expérience, le Sud-Américain s’est permis une grossière erreur, à savoir une perte de balle dans une zone dangereuse, avant de se faire balader par Marco Asensio. Lequel a tranquillement attendu l’appel de Lucas Vázquez pour le servir et provoquer l’ouverture du score de CR7. Une ouverture du score synonyme d’élimination prématurée pour le PSG. Sur le coup, les images sont terribles, et la différence entre les 22 bougies de l’Espagnol et les 34 balais de l’ancien Barcelonais est observable à des kilomètres.

Un rôle dans le vestiaire


La différence entre Marcelo, 29 ans et pourtant pas auteur d’une immense partition, et Tatie Daniel s’est également vue. Tous ces constats mis sur le devant de la scène pour quoi ? Simplement pour signifier qu’Alves a fait son temps. Et que si son apport dans les coulisses d’un effectif en manque terrible de leader n’est pas remis en question, celui qu’il est censé amener sur son aile en tant que titulaire indiscutable s’avère aujourd’hui largement insuffisant. Dani n’est même pas fatigué par l’accumulation des matchs, il est juste vieux. Ses jambes ne vont plus assez vite lorsqu'un duel rythmé par une telle intensité survient, et ses muscles ne peuvent plus suivre ceux d'un gamin déboulant le long de la ligne comme si la touche R1 était bloquée. Est-ce à dire qu’il serait préférable de voir l’ex-Turinois s’en aller sur ce simple échec, quelques mois seulement après son arrivée ? Non, justement. Pas forcément, en tout cas. Le prochain entraîneur qui débarquera dans la capitale devra en revanche comprendre que Tatie, même si elle a été la plus belle dans ses folles années, ne peut plus autant rayonner face aux stars. Et qu’elle doit donc parfois se contenter de transmettre et regarder. À ce propos, quelqu'un a des nouvelles de Thomas Meunier ?




Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
il y a 4 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 12
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Et Zidane ferma le Parc