Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // En partenariat avec Disney "Black Panther"

T’Plaka, la première panthère noire

Le football wakandais est à l’image de son pays fictionnel (dans lequel se déroule notamment le nouveau film Marvel Studios Black Panther) : techniquement en avance, terriblement efficace, mais aussi très discret et opaque aux yeux du monde entier. Pas étonnant que sa plus grande légende, T’Plaka l’indomptable, soit un illustre inconnu. Retour sur la carrière hors norme du plus grand joueur wakandais de tous les temps.

Modififié
En juillet 1966, alors que le pays qui inventa le football (ouais, l’Angleterre) gagnait enfin sa première Coupe du monde sur un but à peine valable de Geoff Hurst, la plus grande légende du football wakandais venait au monde. Né dans un petit village isolé de la vallée du serpent, le petit T’Plaka n’a pas dérogé à la destinée qui s’impose à tous les enfants de Wakanda. Avant ses 8 ans, il avait déjà obtenu son master degree en aéronautique, parlait déjà six langues et maîtrisait les arts martiaux ancestraux. Pas de temps à perdre en jeux et en rêveries infantiles. Après avoir réalisé son service militaire obligatoire à 12 ans, il est missionné pendant plusieurs années au sein de la force de protection du temple de la tranquillité. Il y fait déjà preuve d’une grande maîtrise de soi pour un jeune homme de 15 ans. Mais l’enfant de la vallée sait que son destin n’est pas de défendre les ressources en vibranium de son royaume. Il souhaite enfin se dédier à sa vraie passion, gardée secrète depuis son enfance : le football.

Une technique hors du commun

Tout petit déjà, T’Plaka n’hésitait pas à traverser seul le gouffre de la brume glaçante pour rejoindre le terrain de football de son village. Alors que ses parents le croyaient parti rejoindre l’entraînement de Panther Kung Fu, il participait chaque soir à des parties de foot sanglantes, d’un niveau technique inimaginable pour le commun des mortels. En quelques années au contact des plus grands joueurs de ballon du royaume, le niveau de T’Plaka devient si élevé qu’il se retrouve banni des matchs de son village. Les locaux en avaient sans doute assez de se faire humilier à chaque rencontre par ce défenseur central que personne, même ceux dopés à l’herbe en forme de cœur, n’arrivait à passer.

Une fois déchargé de ses obligations militaires, T’Plaka postule donc au club de Wakanda Central. Après quelques matchs amicaux, le club ayant flairé le potentiel du garçon lui fait une proposition de contrat mirobolante, qu’il accepte. À partir de là, la progression du joueur est exponentielle. Après avoir gagné 5 fois le championnat avec son club, il décide de quitter son royaume. Il rejoint Narobia et sa ligue exigeante. Il va ensuite traîner sa dégaine d’armoire normande dans le terrible championnat de Sokovie, puis réalise – 5 fois ! – le doublé coupe-championnat de Latverie avec le FC Hassenstadt – il y sera notamment désigné ballon de Vibranium, une première pour un joueur étranger.

37 à 0 contre le Lichtenbad

Avec l’équipe nationale de Wakanda, dont il est le joueur le plus capé et le capitaine historique, il remporte de grandes victoires, dont une mémorable victoire 37 à 0 en 1978 contre le Lichtenbad, équipe la plus redoutée de l’époque. Mais le fait que Wakanda ai toujours refusé de déclarer son existence auprès des Nations unies aura sans doute été un frein énorme à la notoriété de T’Plaka, l’empêchant notamment de pouvoir participer à la Coupe du monde. À 49 ans, après une carrière bien remplie, T’Plaka n’a plus qu’un souhait : revenir dans son royaume de Wakanda. Après quelques saisons au Racing Haut Plateau, il raccroche les crampons et se tourne vers la formation des jeunes. Il est ainsi le coach de l’équipe des moins de 13 ans du RHP. Une belle façon de rendre à son pays ce qu’il lui a donné.

Par Gilles François
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 132
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi